Partagez

who knew one day we'd be an almost (r/lilith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Felix Ackerley
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 25/02/2019
messages : 269
avatar © : chico lachowski ©rita, lchwsk, tumblr, pinterest.
fairytale counterpart : rhenalyrr of glymur.
activité rp : erathia ⋅ charlotte, lilith, tc, neith.

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) EmptyMar 21 Mai - 19:04

it hurts having you in my life, it hurts
not having you in my life. i can't win.
@lilith hobbs
 
Les minutes défilaient sans que Felix puisse y faire quoi que ce soit. Dès la seconde où il était entré dans le Mississippi's Luncheonette, les yeux de l'avocat s'étaient retournés vers son amie.. vers Mara. Ou Lilith, oui, c'est ça, maintenant. Lilith. Il aurait eu l'envie de rebrousser chemin, n'arrivant toujours pas à savoir si oui, il voulait redevenir cet ami précieux qui la supportait malgré tout, envers et contre tous, mais c'est Charlotte qui le serre à la taille, vers elle, en riant d'une blague que l'un de leur pote venait de faire. À son tour, Fee laisse l'amusement prôner sur tout le reste, sur ses inquiétudes, sur ce qui va bien, sur ce qui va mal. Les restaurants - en dehors du Rousseau's - n'avaient aucun réel intérêt pour le jeune homme qui, sans vouloir se prétendre meilleur que les autres, ne s'autorisait que très peu de "dinner food" et préférait largement cuisiner - ou commander ou - le Mississippi's Luncheonette n'avait jamais été dans ses priorités, encore moins sachant qui y travaillait alors que depuis qu'elle avait enfin fait son choix - ahem, le mauvais - Felix évitait Lilith comme la peste. Pas vraiment par animosité ou rancoeur, non, plutôt pour la facilité avec laquelle il pourrait éclater la gueule de son faible mari. That's all you can be when you hit a woman, so fucking weak. Ses pensées le rendent absent à la conversation que sa fiancée et leurs amis avaient, aussi Felix semblait plus distrait qu'à l'habitude, ce qui revenait du miracle. Leur serveuse n'est pas celle qu'il connaissait et Fee, il ignore s'il doit être soulagé ou agacé. Gentille certes, mais pas Lil et si personne ne remarquait son absence mentale plus qu'évidente, ce n'était qu'à cause des plans qui étaient mis en branle. Aller au Ahoy! et pourquoi pas aller danser jusqu'aux petites heures au the Rogue. Felix acquiesce, dit oui, tout pour rester plongé dans des souvenirs qu'il n'avait pas le droit de manquer. Cette soirée où il lui avait demandé de quitter son mari pour lui, pour elle surtout, mais pour eux aussi. Un peu. Il avait aimé Lilith, mais elle n'était rien face à Mara, cette jeune femme loin du joug de son Ellis, loin de la femme effacé qu'il pouvait remarquer aujourd'hui. L'héritier des Ackerley s'était refusé de penser à elle ou même demander de ses nouvelles, préférant non pas couper toute communication avec Lilith par pur sentiment de vengeance, mais vraiment pour s'empêcher de franchir le pas de trop, celui qui le mènerait jusqu'à la maison des Hobbs et qui pourrait possiblement l'inculper de meurtre au premier degré. Un long soupire se fait entendre de sa part et Charlotte dépose sa main contre la sienne, remarquant bien que Fee ne semblait pas du tout dans son assiette. Il balaie les inquiétudes d'un revers de main et ils se lèvent tous, enfin la panse pleine, fin prêts à conquérir les bars de Crescent Grove. Felix, il offre de payer pour tout le monde et il n'y a que Charlotte qui reste près de lui - bien placée dans son rôle de fiancée parfaite, narguant du regard ceux qui n'avaient jamais cru voir ce moment arriver, dont ces fameux "amis" qui les accompagnaient. Fee dépose un baiser contre la tempe de Charlotte, la serrant dans ses bras aux passage. Une bouffée d'oxygène alors que lui, il n'avait envie que d'étouffer - et pourquoi pas, un peu plus longtemps. - You can go, have fun. I'll catch up with you later, baby. La blonde ne semble pas très convaincue, mais le laisse faire de toute manière, l'appel des shots devenant trop puissante, les singeries que leurs potes pouvaient faire à l'extérieur du restaurant également. Dickheads, ah. Felix laisse tomber de l'argent cash sur sa table, s'assure de donner un bon pourboire - cause that's who he is - et se retourne enfin vers sa distraction, son poison, les deux ? Oh shit. Felix s'approche de Lilith, qui vient de servir ses derniers clients et n'arrive pas à lancer rien de mieux qu'un très peu original - Hi. Avant de prendre sa main dans la sienne, retournant son bras doucement pour y voir des ecchymoses, là où un bracelet cachait - pour ceux qui n'étaient pas avertis - les marques que Ellis Hobbs osait laissé sur le corps de sa femme. - You look well. Sarcasme sec, alors qu'il pouvait bien voir que la situation ne s'était pas améliorée. Une frustration qui venait de loin, lui qui ne tolérait aucune injustice - encore moins envers elle.
Revenir en haut Aller en bas
waiting, seething, blooming
Lilith Hobbs
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : rosewins ⋅ rita.
date d'inscription : 19/01/2019
messages : 714
avatar © : b. marquezine ⋅ natashabucks.
fairytale counterpart : odessa ⋅ succubus.
activité rp : alexis ⋅ felix ⋅ fenris ⋅ inej (tc).

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: Re: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) EmptyDim 26 Mai - 22:10

C'est entièrement de sa faute. Si elle était moins maladroite, plus agile, moins encombrante, plus effacée -encore que... difficile de faire plus effacée que Lilith Hobbs. Reine des impairs. Même pas en mesure d'exécuter la plus élémentaire des tâches sans merder quelque part. Une bonne à rien, vraiment. Quel homme censé consentirait à se coltiner une pareille incapable ? You dumb bitch, that was my only ashtray. It was a gift! What am I gonna do with you now, huh? Crampe soudaine à l'origine d'un faux mouvement qui vient renverser cendrier en cristal -souvenir d'une vie passée, luxuriante- et éparpiller cendres sur le parquet nouvellement lustré. Des excuses inaudibles face à un regard austère. Elle aurait dû faire plus attention. Si elle faisait les choses bien, si elle n'était pas si lamentable, elle leur aurait épargné la contrainte d'une énième discorde. Instinctivement, Lilith recule d'un pas, bien peu enthousiasmé par la lueur qui scintille au fond de ses prunelles, cette lueur mesquine qu'elle côtoie depuis maintenant plus d'un an, annonciatrice du déferlement de violence à venir. I have an idea, how about- Bras saisi bien trop violemment, mégot qui s'écrase sur l'épiderme ; vision troublée par les larmes qui menacent de rouler sur ses joues fiévreuses, mais Lilith se mure dans un silence tout ce qu'il y a de plus perturbant, une passivité des plus malsaines. Il y a Mara qui souhaiterait lui faire bouffer son foutu cendrier à cet enfoiré d'Ellis, mais il y a surtout Lilith qui s'excuse encore une fois avant de quitter la pièce précipitamment puis d'y revenir pour faire disparaître les traces de son étourderie. Hide that shit before you go, don't want people looking at you like you're a freak, barging in here asking questions. Elle ne dit rien, acquiesce simplement. You know you deserved that, don't you? I wouldn't punish you like this for the fun of it. Maybe next time you'll be more careful. I don't enjoy this, alright? Elle aurait presque envie de le croire sur parole s'il était aisé de faire omission des sévices subies au quotidien. Sévices qu'elle s'inflige également à rester aux côtés de son bourreau alors qu'on lui a ouvert une porte de sortie avant que les événements ne prennent une tournure si dramatique. Felix Ackerley était sa porte de sortie, sa bouée, sa ligne de vie. Celui qu'elle aurait dû suivre, ne pas abandonner. Celui qui aurait pu lui offrir la vie qu'elle a toujours mérité mais Lilith a pris peur, Lilith a renoncé à ce potentiel bonheur. Parce qu'il avait droit à mieux. Mieux qu'une pauvre jeune femme brisée qui n'a même pas le cran de se battre pour eux, pour elle surtout. Ellis a laminé ses forces, Lilith n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle suit les recommandations de son époux, camoufle ses contusions, ses cicatrices. Un bandage pour dissimuler le nouveau cadeau de son cher époux, une blessure qu'elle attribuera -encore une fois- à sa maladresse légendaire pour assouvir la curiosité maladive de ses pairs. Toutes les semaines, la même rengaine. Une routine qu'elle maîtrise à la perfection, une chorégraphie mécaniquement exécutée avant chaque service du Mississippi's Luncheonette. Cette journée est la copie conforme de ses devancières. Du moins jusqu'à l'irruption d'un visage douloureusement familier sur son lieu de travail. Elle l'observe à distance, Lilith, n'ose pas l'approcher, à bas son professionnalisme. Lilith? Lilith! They're waiting. Sursaut. Jeune femme blonde interpelle une Lilith songeuse qui devrait déjà être en train de prendre la commande des nouveaux arrivants. La tablée de Felix. « Dammit! Hey, can you cover for me, please? » Elle se défile encore une fois alors que son amie l'interroge du regard. It's the end of my shift, Lil. Elle en est bien consciente et en temps normal, elle ne lui aurait jamais fait une telle requête mais la situation n'a rien de normale. « Please? I'll owe you. » Elle se reprochera sa couardise plus tard. En attendant, elle pousse un soupir de soulagement lorsque sa collègue accepte de lui sauver la mise. Ugh fine, but you're being weird, I'm gonna need all the gossip. « Thank you, you're a doll. » Le service touche rapidement à sa fin, elle a droit à quelques regards inquisiteurs auxquels elle ne prête pas attention. Elle encaisse les derniers clients lorsqu'il vient la rejoindre. Elle ferme les yeux un instant à l'instar des enfants qui pensent que cette simple action suffira à les rendre invisible au reste du monde, mais elle n'est pas invisible et il est toujours là. Elle s'apprête à le saluer en retour lorsqu'il lui attrape la main, un contact auquel son palpitant réagit bien trop frénétiquement. Mais le geste et l'insinuation qui s'ensuivent la refroidissent immédiatement. Elle récupère sa main, ignore le reproche tacite et le gratifie d'un sourire, ce sourire hypocrite habituellement destiné au reste de l'humanité pour écarter tout soupçon quant à sa détresse intérieure. « So do you. » Elle redécouvre ce visage qu'elle a longtemps admiré en secret, ce regard qui traduisait clairement sa résolution à la protéger du moindre danger, ces lèvres qui trouvaient toujours les bons mots pour apaiser ses tourments. Elle s'est risquée à lancer quelques regards discrets dans sa direction. Sourire aux lèvres, pincement au cœur. Of course he moved on, what did you expect? « Anyway, we're closing up so... it was nice seeing you, Fee. » Ce simple surnom, une marque d'affection qu'elle ne peut -veut- plus se permettre. Elle a besoin de le laisser partir, définitivement. « Felix. Thanks for dining with us, have a great evening. » Sourire hypocrite : le retour. What a coward.
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Felix Ackerley
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 25/02/2019
messages : 269
avatar © : chico lachowski ©rita, lchwsk, tumblr, pinterest.
fairytale counterpart : rhenalyrr of glymur.
activité rp : erathia ⋅ charlotte, lilith, tc, neith.

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: Re: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) EmptyJeu 6 Juin - 18:44

Felix ignorait s'il avait prit la bonne décision en choisissant de laisser partir Charlotte, en décidant qu'il voulait absolument parler avec Lilith - comme si quoi qu'il pourrait dire suffirait à changer la donne. Ils n'étaient rien de ce qu'ils auraient pu être à un moment dans leur vie. Il avait cru pouvoir lui promettre la lune, sans qu'elle ne veule retourner dans la noirceur. Comme s'il pouvait faire le poids contre son très cher Ellis. Think again, mate. Il n'y avait qu'un profond désir de s'assurer qu'elle ne crèverait pas any time soon et l'imbécilité rare de se torturer juste un peu plus, s'assurer qu'il ne pouvait pas complètement tourner la page sur cette histoire qui aurait pu arriver. La remarque était sortie de ses lippes plus rapidement qu'il n'avait pensé - chose rare pour l'avocat qui mesurait toujours ce qu'il disait dans un contrôle de soi exercé à la perfection près. Il ne fait qu'émettre une esquisse de sourire lorsqu'elle lui renvoie le compliment. Outre les hématomes qu'il pouvait deviner, n'osait pas s'imaginer, Lil était pour toujours saisissante là où elle ne semblait pas réaliser la perfection de ses traits. Là où son mari tentait de la cacher. Come on now Fee, don't fuck it up. Sauf qu'il ne semblait rien contrôler en ce qui concernait les femmes de sa vie que ce soit autant sa fiancée que le petit bout de femme qu'il avait devant lui et alors que Lilith semble prête à le foutre à la porte, c'est l'agacement qui l'emporte sur tout. - Of course. Il aurait presque levé les yeux au plafond s'il n'était pas autant occupé à la détailler dans chacun de ses traits, comme s'il essayait d'en prendre une photographie. L'immortaliser dans son esprit - alors que son rire, au creux de son oreille lors de leurs rares moments de bonheur ne semblait pas vouloir le quitter. Surprenant ce qu'une vision pouvait recouvrir comme souvenirs. Elle passe du surnom Fee, à son prénom complet et Felix, il fronce les sourcils pas certain de l'aimer, sortant de sa bouche à elle. Felix. Si froid, si impersonnel, si loin de ce qu'ils avaient été et auraient pu être. Sigh. Il regarde autour de lui et il est bel et bien le dernier. Il aurait pu s'en tenir là, à un good evening sans saveur, sans un autre regard pour cette fille qu'il a tant aimé, mais il est pas aussi simple et surtout peut-être un peu masochiste. Il s'installe sur un tabouret proche de la caisse, proche des cuisines - et un air un brin effronté sur le visage. - But what if someone where to order something else, you would technically be obligated to stay open, hm ? Cocky little rich boy. Il n'utilisait ce côté de sa personnalité que dans quelques cas d'urgence - ce que cette réunion était devenue face à la panique qu'il avait ressenti avec l'idée de tourner les talons et de ne plus revenir. Il comprend à la tête que Lilith lui tire qu'il a bel et bien raison et c'est un fin sourire de vainqueur qui s'étale sur son visage alors qu'il réalise que sa collègue s'est déjà éclipsée. Great. - Two milkshakes. Chocolate and strawberry. parce qu'il sait que si Lil en prendrait un, elle finirait tout de même par goûter le sien parce que le mixe des deux saveurs is the best thing you can taste. Fee avise son regard et feint l'innocence plus mal qu'il ne savait mentir par principe de se défendre. - What, I'm real thirsty ! Il peut comprendre les employés et leur désir d'en finir avec la fermeture, mais lui aussi dans un certain sens - cherchait quelque chose. Une fin ? Prendre des nouvelles ? Ou tout simplement constater avec tristesse que rien n'avait changé et ne changerait probablement pas de si tôt et Felix l'espérait, avant qu'il ne soit trop tard. Il attend patiemment ses milkshakes conscient que la jeune femme faisait essentiellement tout pour l'éviter, mais elle ne pouvait pas le faire de manière définitive. Lorsque Lilith revint enfin vers lui, Felix brisa la glace une seconde fois. - So... How have you been ? How's... Ellis, my man. comme s'ils étaient les meilleurs amis du monde, comme s'il ne tapait pas sur l'une des personnes qui était des plus importantes dans sa vie. C'était toujours le cas, il s'inquiéterait toujours pour Lilith. En froid, étrangers, ensemble. La frustration toujours bien présente, avec un peu de sarcasme qu'il se trouve incapable de filtrer, Felix ne quitte pas la jeune femme du regard, l'air de dire; cut. the. crap.
Revenir en haut Aller en bas
waiting, seething, blooming
Lilith Hobbs
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : rosewins ⋅ rita.
date d'inscription : 19/01/2019
messages : 714
avatar © : b. marquezine ⋅ natashabucks.
fairytale counterpart : odessa ⋅ succubus.
activité rp : alexis ⋅ felix ⋅ fenris ⋅ inej (tc).

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: Re: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) EmptyVen 7 Juin - 1:39

Il ne devrait plus être là et elle lui fait respectueusement savoir. Mais faut croire qu'elle n'a pas été assez claire car son dernier client ne semble pas décidé à amorcer le moindre pas vers la porte de sortie. Porte du diner qui s'ouvre, laissant s'échapper une Sera impatiente de quitter les lieux, mais qui ne manque pas d'articuler silencieusement un cute à l'adresse de Lilith tout en désignant Felix de la tête. « I know. Wait a min- » Crap. Thanks for that, Sera. Son regard est indéniablement attiré par la silhouette de Felix qui juge bon de s'installer au comptoir alors qu'elle a lui a expressément signalé la fin de son service. Un service qui est sur le point de se prolonger à en croire les dires de son interlocuteur. « Come on, what about your friends? Aren't they waiting for you? » qu'elle l'interroge, des fois que... mais elle sait d'ores et déjà qu'elle est condamnée à subir cette atmosphère pesante qui règne entre eux depuis ce fameux soir. Lorsqu'elle lui a redonné sa liberté sans lui demander son avis, prenant une décision sans le consulter, scellant ainsi la fin de ce tandem qui avait encore tant à donner, à se donner. Mais il y avait l'ombre d'Ellis qui planait sur eux, leur quotidien, leur destin. Cet amour malsain qu'elle ressentait encore à l'égard de cet époux qui ne la méritait nullement, cette peur de tout recommencer, de souiller une âme infiniment généreuse qui pouvait trouver mieux. Trouver mieux qu'elle, que ce semblant de relation qu'elle était terrifiée d'officialiser. Il semblerait qu'elle ait eu raison. Il a su trouver quelqu'un qui lui a rendu ce sourire pour lequel elle aurait autrefois pu se damner, tout envoyer valser -et elle était sur le point de... jusqu'à la dernière minute- et c'est là tout ce qui lui importe. « So... what's her name? » Elle sait pas trop pourquoi cette question. Curiosité maladive, once de jalousie, pluie de regrets ? Il peut bien faire ce qu'il veut, avec qui il veut, elle n'a pas son mot à dire. « Never mind, it's none of my business. Forget I asked. It doesn't matter. » It doesn't. It shouldn't. Alors pourquoi cette amertume dans le fond de la gorge sur laquelle elle manquerait presque de s'étouffer ? Elle se rappelle la commande de Felix qui lui fait oublier ce sentiment désagréable. Un coup d'œil rapide en direction de la table qu'il occupait avec sa petite bande lui fait arquer un sourcil, alors que son regard balaie la surface sur laquelle reposent cadavres de bouteilles et verres vidés de leur contenu, avant de se reposer sur Felix l'air de dire Really, Fee? Real thirsty? Elle voit clair dans son jeu mais, cette fois, ne s'oppose pas à sa requête. Une part d'elle lui en est reconnaissante pour son obstination car la triste vérité c'est qu'il lui a manqué. Elle s'est surprise bon nombre de fois à repenser à lui, à eux, à cet avenir en commun qu'ils recréaient chaque jour mais qu'elle était venue fracturer sans aucune considération. « Coming right up, Your Highness. » souffle-t-elle, un fin sourire étirant ses lèvres. Taquinerie qu'elle ne se serait ô grand jamais permise avec Ellis. Mais c'est Felix qu'elle a en face d'elle et il ne lui suffit que de respirer le même air que lui pour retrouver un peu de son insouciance d'autrefois. Il a toujours été remarquablement doué pour faire ressortir Mara, sa frivolité, alors qu'Ellis perdurait nuit et jour à s'assurer la disparition totale de cette facette de son existence. You're Lilith. You'll never be Mara again. That girl was a disaster. Alors elle s'absente, plus longtemps qu'elle ne devrait, parce qu'elle se sent coupable. Coupable de tellement de choses : de l'avoir abandonné comme elle l'a fait, d'avoir renoncé à eux, de laisser cet organe s'agitant dans sa poitrine s'éprendre de lui alors qu'elle a juré fidélité à un autre. Pourtant, elle ne fait rien de mal à part discuter avec un vieil ami. An old friend, right. Alors pourquoi éprouve-t-elle tant de difficulté à le confronter ? Livrée à ses réflexions, elle en oublie ses préparations et s'apprête à rejoindre Felix mais fait bien vite demi-tour, s'assurant cette fois-ci de récupérer les milkshakes qu'elle place sur le comptoir devant un Felix résolu à lui exprimer sa frustration. « Don't. Don't do that. » Parce qu'il sait, à la regarder, il sait. Et même si Lilith n'a rien relevé, sa première pique n'est pas passée inaperçue. Puis il y a le qualificatif utilisé pour décrire Ellis qui lui arrache une grimace qu'elle peine à réprimer. « I'm fine. He treats me better, I swear. » Ça, c'est ce qu'elle lui assure. Except I'm not and he doesn't. It's getting worse and I'm pretty sure letting you go was the worst mistake I've ever made. I messed up, I know that now. I've always known. I miss you sometimes. Et ça, c'est tout ce qu'elle souhaiterait lui communiquer. Mais elle ne peut pas, n'a pas le droit de le mêler à ces histoires qui ne le concernent plus. Qui ne l'ont jamais vraiment concerné à bien y réfléchir. C'est entre Ellis et elle, personne d'autre ne saurait rien y faire. Speak of the devil. La sonnerie de son portable la tire à ses rêveries et elle sait déjà qu'il s'agit d'Ellis avant même d'extirper l'appareil de la poche de son tablier. Faut croire que prononcer son nom suffit à le conjurer. Elle fixe l'écran un instant, hésitation sur les traits, avant de relever la tête vers Felix. « I gotta take this, it's- you can- hm. Just- enjoy your shakes. » Elle s'éclipse une nouvelle fois, accueillant la voix au bout du fil avec ce ton affreusement mielleux qui lui est spécialement réservé. — Where are you? — Work. — When will you be back? — I'm not sure, still a few people in here. — I'll come pick you up. Panique dans le regard, puis surtout dans le ton. — NO. I mean, no, it's fine, I'll manage. — I insist. Can't let you walk home all by yourself. Got something to do first, be there in an hour or so. — Sure. See you then. — Lilith? — Yes? — I love you. — I- Ses prunelles se posent sur Felix qu'elle parvient légèrement à distinguer de sa cachette, et elle sourit tristement. Un sourire qu'elle efface d'un mouvement de la tête, se focalisant sur la voix s'élevant du combiné. — I love you, too. Il raccroche enfin et la serveuse retrouve son client de la dernière heure. « Listen, I don't have long, Felix. So whatever it is you wanna tell me, go ahead and actually say it. No games, only the truth. And then we can go our separate ways again. » Elle ne lui dit pas que c'est Ellis qui viendra la chercher. Elle espère pouvoir congédier Felix du diner avant l'arrivée de son mari -même si ce dernier ne se doute nullement du lien qui unissait cet homme à son épouse. Ellis qui semble être dans un de ses bons jours. C'est du moins là tout ce qu'elle désire.
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Felix Ackerley
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 25/02/2019
messages : 269
avatar © : chico lachowski ©rita, lchwsk, tumblr, pinterest.
fairytale counterpart : rhenalyrr of glymur.
activité rp : erathia ⋅ charlotte, lilith, tc, neith.

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: Re: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) EmptyJeu 13 Juin - 4:31

La tête de l'héritier se retourne vers la place qu'il occupait avec ses amis quelques instants auparavant. Son excuse était bidon, mais n'importe quel prétexte aurait été bon afin de passer quelques petites minutes supplémentaires avec elle. Fee se passe une main dans la tignasse, l'ébouriffe un peu encore au passage et émet un bref sourire en coin en repensant à Charlotte. Aux autres. - Nahh, they're good. They don't think I'm that fun, anyway. Ce qui devait être la vérité pourtant. Felix était le parfait petit gendre sur papier, probablement en pratique pour tout le monde sauf sa fiancée. Il ignorait toujours sur quel pied danser et encore moins s'il le devrait - sauf que parfois, juste parfois, elle lui lançait ce regard et Fee, il oubliait tout le reste et même parfois, pendant quelques secondes, il en oubliait ses sentiments enfouis pour Lilith. Fee, il est même surpris de voir la jeune femme mentionner sa fiancée. Pas en autant de mots, mais il comprend et si Lil se rétracte plus rapidement que l'éclair, Fee choisit tout de même de répondre, du bout des lèvres. - Charlotte. mais son prénom ne dit rien de plus et c'est dans une étrange satisfaction, comme s'il savait qu'il enfonçait un clou qu'il ne pourrait plus récupérer par après, comme s'il se vengeait en quelque sorte de la souffrance qu'il avait pu accueillir durant les derniers mois, les dernières années. - We're engaged. I still don't know why she said yes, but yeah. Engaged. Honnête vérité, que Lilith n'avait pas demandé, mais qu'il avait besoin qu'elle sache. Il ne pouvait pas sauver tout le monde, quand même bien il en avait l'envie. Il ne pourrait pas sauver Lilith d'elle-même, tout comme elle ne se sauverait pas d'Ellis. Il avait fait un choix, avait décidé d'arrêter de l'attendre, mais cela ne rendait pas les choses plus faciles. Les what ifs bien présents, Felix remercie la jeune femme lorsqu'elle lui apporte sa commande et il commence à jouer avec la paille de son premier milkshake d'un air distrait. Breuvage qu'il n'a pas le temps de savourer avant d'entamer le vif du sujet, avant que la corde sensible ne soit touchée. - You can't pretend. Not like you can with the others. I know better, Lil and I really wish it was true. Son regard maintient l'intensité de celui de la jeune femme femme, la défiant de lui prouver le contraire, que ce qu'il avait vu sur son poignet n'était qu'une vieille blessure et non pas une excuse pour ce qu'il avait pu lui faire la veille. Les hommes dans ce genre ne changeaient jamais, il connaissait plus de bêtes brutes qu'il pouvait compter, beaucoup d'entre-eux n'en ayant aux avant bord pas du tout les airs. Fee laisse à Lilith le loisir de répondre à son téléphone, entamant la consommation de ses milkshakes. Il n'avait plus faim, ni même soif, aussi abandonna t-il l'idée. Ce n'était de toute manière qu'un prétexte pour passer du temps avec la brunette. Felix passe en revue son iPhone, n'y trouvant aucun message et sachant donc qu'il n'avait pas besoin de presser le pas, quand même bien le regard que lui adressait Lil disait autre chose de bien différent. Il peut la voir, au loin, bavarder avec quelqu'un et il essaie de poser ses iris ailleurs, sur n'importe quoi plutôt que de la détailler, de s'émerveiller et de se laisser berner par des sentiments qui n'aboutiraient sur rien de rien. Elle revient et tout de suite il ressent le changement, comme si c'était instinctif. - It was him, wasn't it ? Fee n'avait pas besoin de confirmation et sa frustration prend le pouvoir sur le reste de ses émotions - lui qui était en tout temps maître de lui-même refusant même de laisser des débordements affecter son quotidien. Rien n'était rationnel par rapport à la jeune femme. Rien. Un poing s'abat avec plus ou moins de force sur le comptoir, ça fait un bruit, ça casse rien et Fee se calme tout aussitôt, en apparence. - I wanted to see if it got better, if staying with him was worth it, if - et il ne continue pas, mais c'est impliqué de manière plus silencieuse, à travers le regard qu'il pouvait lui lancer. If leaving me behind was worth it. Sauf que sa frustration n'a d'égal que les convictions de Lilith, qu'elle méritait ce qu'elle recevait qu'elle ne pourrait pas faire mieux qu'Ellis. She could and she should et il ne demandait même pas à en être le récipient. Il avait Charlotte, maintenant. Ils étaient ensemble, un couple plus ou moins fonctionnel marchant vers leurs meilleurs voeux de bonheur. Le ton de sa voix se durcit, alors qu'il en vient à la réalisation qu'il aurait dû avoir au moment où elle l'avait planté pour rester avec son mari. - But I can see that nothing has changed. Everything is exactly the same and I'm sorry for caring so damn hard. I thought I could give you some space, let you deal with all of this but, you stayed with him. for him. Incrédule, sous le choc. Le myocarde brisé par ce qu'ils auraient pu être et ce qu'ils ne seraient jamais. Pour ce qu'elle subissait au quotidien et ne lui laissait pas alléger. - It's like you have a death wish. s'étrangle t-il, à mi-voix craintif de trouver dans son regard une affirmation ou pire encore, un besoin vital. C'était nécessaire pour lui de savoir si elle allait bien, si elle était heureuse et avec Ellis, il savait que ça ne serait jamais le cas. Finalement résigné et jamais vraiment malhonnête ou mesquin par intention, les épaules de Felix s’affaissent, comme s'il avait été vaincu alors que machinalement il vide le milkshake au chocolat. - I wanted to talk to you. Not about him, not about us, not about anything. I guess I just, I miss our conversations, I miss us. Et il sait plus de quel « us » il parle, de ce qu'ils avaient faillit être ? Ou des amis qu'ils avaient étés ? Fee se mord quelque peu la lèvre puis relève les yeux vers Lilith.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty
MessageSujet: Re: who knew one day we'd be an almost (r/lilith) who knew one day we'd be an almost (r/lilith) Empty

Revenir en haut Aller en bas

who knew one day we'd be an almost (r/lilith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation Lilith 67
» Heartless | Lilith
» Présentation Lilith-Sama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: wooley st.-