Partagez

it's such a wonderful life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nate Lindley
way down the river we go
pseudo, prénom : sasha
date d'inscription : 28/02/2019
messages : 333
avatar © : ben barnes.
fairytale counterpart : tiresias.
activité rp : (lara, goldie) ● (...)
Voir le profil de l'utilisateur

it's such a wonderful life. Empty
MessageSujet: it's such a wonderful life. it's such a wonderful life. EmptyMar 30 Juil - 23:31

 
you can be the moon and still be jealous of the stars.
@goldie fawkes
 

Au milieu d’une ruelle beaucoup trop étroite pour un égo aussi imposant, Nate s’aventure aux confins de Crescent Grove. Les visages se lèvent sur son passage. On le reconnait, on l’acclame, et on a les yeux qui scintillent devant cette célébrité locale. La scène est magnifique. C’est ce qu’il a toujours convoité et qu’il a obtenu désormais. Son sourire d’ange déchu illumine ses traits qu’il veut garder implacables et fiers. Il est une ombre populaire qui glisse le long d’une avenue bien trop peuplée, élégant et mystérieux comme le veut sa réputation. Nathaniel Lindley est la poule aux oeufs d’or. Un pianiste dont la renommée n’est plus à faire. Un musicien de talent et un personnage haut en couleurs, il est devenu en quelques années un homme dont n’importe quelle femme s’enticherait. Là où les vedettes américaines s’arrachent les radios qui acceptent de diffuser le bruit qu’ils produisent, Nate a choisi de faire partager sa passion sans la moindre prétention. Et, étrangement, ça marche. Ses concerts ne désemplissent pas, bien au contraire. Sa peau de fée glisse sur les touches de son plus fidèles compagnons pour en révéler toutes les notes dans un mélange subtile et absolument parfait à chaque prestation. Ses mélodies envoutent littéralement son public. Les âmes se laissent étreindre par ce son, telles des vipères devant leur charmeur, pour être emportées bien loin de la Nouvelle Orléans. Un Paradis sur Terre. Il a quelque chose de différent. Quelque chose d’inexplicable et qu’aucun être ne pourrait comprendre sans connaître l’identité de son alter-ego. Puisque si Tiresias avait le don de pouvoir lire dans les pensées et déchiffrer une certaine forme d’avenir, Nate a hérité d’une étrange capacité à pouvoir manipuler plus ou moins facilement certaines personnes grâce à ses notes de musique. Il devine les intentions de ses interlocuteurs sans aucun effort. Il perce à jour leurs secrets sans avoir à lever le petit doigt. On pourrait le craindre et s’en méfier, s’il n’avait pas été aussi plaisant. Sa démarche souple et déterminée fini par le guider devant un café. Un endroit simple, fréquenté par les habitués et source de repos pour ce grand gamin épuisé par une nuit à se torturer l’esprit. On l’installe à table et il commande un café noir sans sucre. Une pincée de caféine pour tenir bon. Nate possède absolument tout en apparence. Beau. Riche. Talentueux. Mais il est bien une chose que n’importe quelle foule ne saurait le guérir : sa solitude. Perpétuellement encerclé par le monde, Nathaniel reste terriblement seul. Isolé et à l’agonie dans un univers qui ne semble jamais pouvoir lui donner satisfaction. Il est un alcoolique qui a toujours soif, le fumeur qui n’a jamais suffisamment de cigarettes, le célibataire qui ne possède pas assez de conquêtes. Son coeur est un puit sans fond, un abysse qu’aucune compagnie ne pourrait combler. Du moins, s’en est-il persuadé. Pourtant, c’est bien son souffle qui se perd lorsque son regard se pose sur une silhouette familière. Il reste apathique, figé tel un soldat sur cette chaise dans le fond de la pièce, sans ciller, sans même détourner le regard. Que fait-elle ici ? Et surtout…qui est cet homme qui l’accompagne ? Nate la dévisage sans qu’elle ne l’ait aperçu. Sa tasse de café s’est vidée d’une seule traite. Billet abandonné sur la table, il quitte la sienne pour s’approcher du couple à peine installé. Sa silhouette est l’ombre qui vient masquer soudainement les deux âmes en tête à tête. Son sourire est devenu reptilien, et s’élargit alors même qu’il prend une chaise pour prendre place à leurs côtés. — Eh bien ! Regardez ce que le ciel nous apporte. Il ricane, se frotte les mains, la flingue de ses yeux ombrageux d’où l’on pourrait presque y décerner une lueur de folie. — Tu me présentes à ton ami Fawkes ? Son attention, il la lui accorde l’espace de deux ou trois secondes, pas plus, avant de revenir déchirer Goldie du regard. — Nathaniel Lindley. Tu peux prendre congé Patrick, c’est avec moi qu’elle avait rendez-vous. Hophophop, dehors. Le malaise est là, juste sous son nez. Et s’il n’avait pas été aussi courtois et élégant, sans doute Nate se serait-il rué sur ledit Patrick pour lui faire gouter à cette délicieuse jalousie qui lui rongeait désormais les nerfs. Il n’est pas violent. Simplement possessif, égocentrique, et par moment salopard. Elle est sa faiblesse, il le sait. Ses lèvres brûlent toujours d’un désir incandescent de réitérer l’expérience. Ce baiser, le premier entre ce couple de musiciens. Elle est cette perfection qu’il recherche depuis tant d’années, la note finale qui boucle sa plus belle mélodie. Sa voix se fait pourtant si narquoise, si cruelle, et sonne d’ores-et-déjà la sentence à venir. Il se dit incapable d’aimer, mais demeure fou de rage face à un homme qui tenterait de courtiser la moindre de ses filles. Elle, plus encore. Alors il est là, assis entre eux, à sourire comme un idiot sans jamais baisser les yeux. L’invité, gêné, se tait, cherche à comprendre quelque chose, mais ne discerne apparemment pas l’évidence. Un comble lorsqu’on peut lire dans le regard de jais du pianiste des flammes danser en leur coeur. — Ce serait vraiment regrettable que je sois obligé de me lever pour raccompagner ton rencard Goldie. Fais-le partir, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Goldie Fawkes
way down the river we go
pseudo, prénom : rosewins ⋅ rita.
date d'inscription : 18/11/2018
messages : 994
avatar © : ana de armas ⋅ lunaeye.
fairytale counterpart : rapunzel ⋅ goldilocks.
activité rp : jack ⋅ nate.
Voir le profil de l'utilisateur

it's such a wonderful life. Empty
MessageSujet: Re: it's such a wonderful life. it's such a wonderful life. EmptyMar 27 Aoû - 19:19

Trop grand, trop petit, pas assez avenant, entreprenant à l'excès, toutes les excuses sont bonnes pour justifier la mauvaise foi de Goldie quant à ces blind dates durant lesquelles elle s'efforce de rester courtoise et intéressée malgré son malaise presque évident. Ses partenaires, eux, ne se font pas prier lorsqu'il est question de lui vendre leurs mérites dans l'espoir de décrocher une nuit entre ses draps ou un second rancard qui jamais ne viendra. Ces rencontres n'ont jamais abouti à rien et si, au départ, la disquaire semble s'être prise au jeu, les mauvaises surprises se succèdent et très vite, la belle déchante. Ce qui représente alors une aventure singulière pour celle qui se hasarde rarement de cette zone de confort dans laquelle elle a jusqu'alors évolué paisiblement, se transforme en véritable cauchemar à mesure que les rendez-vous s'accumulent et s'enchaînent. Alors elle jette l'éponge, démobilisée à l'idée de faire le moindre effort pour combler sa vie intime. Elle est au bout du rouleau lorsque son amie insiste pour lui présenter un nouveau prétendant -le dernier, qu'elle lui assure face à l'expression fermée de sa victime qui s'apprête à refuser mais parce que sa générosité ne connaît pas de frein, Goldie accepte. Une dernière fois. Qu'elle croit. Jour J, Goldie décide naïvement de ne pas mettre toutes les chances de son côté et se contente de faire le minimum syndical. À l'instar de ses prédécesseurs, son vis-à-vis semble plus enjoué par la perspective de ce rancard qu'elle ne l'a jamais été. Elle n'a aucune envie d'être là, et elle compte bien écourter cette entrevue par tous les moyens possibles. C'est là son but premier mais tous ses projets s'envolent en fumée alors qu'elle apprend malgré elle à connaître son partenaire. Elle tente de jouer aux désintéressées mais il y a quelque chose chez ce type qui parvient à renverser tous les remparts qu'elle s'est construits après ses innombrables échecs sentimentaux, un physique et une personnalité qui mettent à mal toutes ses défenses. Il s'appelle Kade Darcy et l'ironie veut qu'elle se sente presque l'âme d'une Elizabeth Bennet en sa compagnie. L'amatrice de littérature semble fin prête à mettre la fiction de côté pour composer sa propre histoire d'amour. Elle sait toutefois qu'ils n'en sont pas encore à ce stade, que leur histoire n'est en rien d'officielle malgré les regards volés, et les allusions à un avenir -potentiellement- en commun. Une part d'elle espère pourtant que ces soirées finiront par aboutir sur quelque chose de bien concret car elle estime ne plus avoir l'âge et encore moins le temps de s'adonner à des amourettes sans fond. C'est qu'elle a grandi trop vite, Goldie. Pas le temps de profiter de sa jeunesse que la vie fait d'elle une mère de substitution. Trois gamins et une génitrice en deuil qui requièrent son attention la plus acharnée. Une vie laissée en suspens par sentimentalisme, par obligation. Le commun des mortels -son entourage, vraiment- jugent qu'il est temps pour elle de se réapproprier sa jeunesse, rattraper le temps perdu. Et peut-être qu'ils n'ont pas tort, peut-être qu'elle devrait se laisser aller, prendre des risques et compter les regrets le lendemain mais elle n'a jamais été de celles-là, Goldie. Trop prudente, trop sensible, certains diraient plate, barbante. À ces gens-là, elles pourraient aisément prouver le contraire mais elle préfère faire fi des jugements impersonnels, traçant sa route comme bon lui semble. Avec lui, elle n'a pas la sensation d'être jugée. Ils en sont à leur septième rancard -lucky seven- et le sourire qui étire désormais les lèvres de Goldie en dit long sur sa pensée. L'idée d'être aux côtés d'un homme qui l'accepte pour qui elle est et n'hésite pas à lui faire part de ses pensées, ses sentiments à son égard, l'enchante plus que de raison. Le rendez-vous d'aujourd'hui n'a rien de transcendant, un bref tête-à-tête avant que chacun ne retourne à ses responsabilités professionnelles. Pour autant, la disquaire n'a pas hésité un instant à répondre par l'affirmative à la proposition de son compagnon, chaque instant volé étant précieux à ses yeux. Alors qu'ils s'installent tranquillement dans un petit café sur Tomassian Street, on s'approche de leur table et Goldie lève la tête prête à passer commande. Sa surprise est grande lorsqu'elle devine enfin les traits de celui qu'elle pensait alors serveur. Aucun son ne parvient à sortir de sa bouche alors qu'un malaise évident s'installe peu à peu entre eux à mesure que le musicien prononce de nouvelles paroles. « Ignore le. » déclare-t-elle à l'intention de Kade, suivi d'un « T'as pas mieux à faire ? » destiné à un Nate qui parvient encore et toujours à la perturber plus que de raison alors qu'il s'adresse cette fois à Kade. Elle pose une main délicate sur celle de son partenaire et secoue la tête de droite à gauche pour lui signifier que tout cela n'est qu'un malentendu. Son autre main se serre en un poing sous la table et si un regard pouvait tuer... on ne donnerait pas cher de la peau de Nate Lindley. Et parce qu'elle n'a jamais été une adepte des démonstrations de force quelles qu'elles soient, Goldie se lève brusquement, entraînant son partenaire à sa suite. Des excuses maugréées, des justifications qui parviennent à convaincre Kade avec, à la clé, la promesse d'un nouveau rendez-vous. Elle pourrait s'enfuir, partir avec ce dernier, mais ses pas la mènent instinctivement vers la table à laquelle ils étaient installés, vers lui. Cet homme qu'elle n'a jamais su cerner malgré tous ses efforts pour se rapprocher de lui. Pourtant, cette curiosité malsaine, le besoin d'en savoir plus sur lui, d'être celle qui saura venir à bout de son impassibilité, l'incite encore une fois à le rejoindre alors qu'elle devrait certainement l'abandonner là, ne méritant aucunement la moindre de ses attentions. « Charmant. C'est quoi ton problème, Lindley ? » Mis à part cet ego surdimensionné qu'il se plaît à exhiber aux yeux de tous. Une facette de sa personnalité qui n'a jamais impressionné Goldie dont le regard est tout sauf complaisant. Parce qu'elle ne sait que faire de ses mains, l'une d'elles s'amuse à faire tourner le pendentif accroché à cette chaîne dont elle ne sait rien, si ce n'est qu'elle s'est réveillée un beau matin avec cet objet étrangement familier autour de son cou. Elle se tient encore debout près de la table tandis qu'un rire quasi inaudible s'échappe de ses lèvres. « Si c'est pour parler travail, tu peux passer par le magasin. » l'informe-t-elle, faisant glisser l'adresse dudit magasin de disques vers lui. « Autrement, on n'a rien à se dire. » Alors pourquoi est-elle encore ici et pourquoi ses pas ne la guident pas automatiquement vers la sortie ?
Revenir en haut Aller en bas

it's such a wonderful life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « How to save a life » ▬ Naveen
» Half Life 2 et CS Source
» Hist. de galaxy life
» Life is Feudal
» vive les miss noel 2008 !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: tomassian st.-