Partagez|

well excuse us for having fun ( hayden x seth )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
[ plots your death in spanish ]
Hayden Beckwith
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : maclean, julia.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 1150
avatar © : eiza gonzalez
fairytale counterpart : captain hook (the long lost lady viola of ravenshore)
activité rp : seth, becks, (rhys) ○ flint, lumière, morgiane, the captains.

MessageSujet: well excuse us for having fun ( hayden x seth ) Dim 11 Nov - 22:57

♪ eminem, without me.
Now this looks like a job for me
So everybody just follow me
'Cause we need a little controversy
'Cause it feels so empty without me

Douée pour le lip sync à tel point que c'en est ridicule, Hayden crache les mots d'Eminem avec une incomparable justesse tout en matant l'état de son rouge à lèvres dans le rétroviseur. Un bâton de sucette au coin de la bouche, les lunettes de soleil sur le bout du nez, la musique à fond, elle roule pied au plancher sur Desroses lorsqu'elle reconnaît Bonnie sur le trottoir, where she belongs. L'occasion est si belle qu'elle n'hésite pas un seul instant à foutre un coup de volant à son niveau et frôle la puta si prêt que l'odeur du gazole pourrait se confondre avec celle de l'homicide prémédité. Elle persiste dans son élan de totale provocation lorsque les paroles d'Eminem collent avec le contexte de façon parfaitement saisissante en hurlant  : —  'Til someone comes along on a mission and yells "bitch !"     par la fenêtre avant de tourner sur Wolley en direction du garage.

Les rideaux sont levés, signe que Seth a au moins fait l'honneur aux Beckwith d'ouvrir avec moins d'une heure de retard. Son père s'est planqué dans la réserve, et prend pas la peine de passer la tête pour la saluer, alors qu'ils ne se sont pas croisés au petit déjeuner. Le signe qu'il fait la gueule, ou qu'il a simplement sacrifié toute la patience qu'il a en réserve dans sa première heure de service. Les paroles gravées en tête et frustrée de couper le moteur, donc la musique, Hayden continue à marmonner son rap quand elle s'extirpe de sa caisse, et que sa dégaine de déesse en pantalon trop serré l'amène vers Seth.

So let me just revel and bask
In the fact that I got everyone kissing my ass
And it's a disaster such a catastrophe
For you to see so damn much of my ass you ask for me
Well I'm back, nana-na na na nana-na na na kshh

Le dernier baragouinage fait jouer le bout de son index avec les lèvres du pseudo-garagiste. —  Holà, Manwhore ! Le ton est, comme toujours, caustique et elle lui offre un sourire goguenard. Le genre de sourire qui n'augure jamais rien de bon, mais lui va au teint d'une manière particulièrement exquise. —  Tu vas peut-être devoir te trouver une nouvelle piaule. J'ai écrasé de la mégère, et je l'ai fait exprès, et rien que pour toi, lâche-t-elle, comme si elle lui faisait une putain de faveur, et c'est, au moins selon elle, clairement le cas. Pas que son inimitié avec sa colocataire puisse influencer sa relation, quelle qu'elle soit, avec Seth, mais faut avouer qu'il s'agit là d'un bonus non-négligeable qu'Hayden prend un plaisir limite malsain à manier, comme un chat et sa pelote de laine. Le temps de la plaisanterie lui prend assez d'attention pour qu'elle aille lâcher son sac dans les vestiaires et enfiler son bleu de travail vintage personnalisé à la sauce huile de moteur sexy, avant de réaliser que c'est le merdier. Des outils partout, des tâches de graisses au sol, des chiffons coincés dans le moteur de la Chevrolet Bel Air Cabriolet de 1957 dont M. Harding est particulièrement fier, cela même si elle vaut rien sous le capot. Pas maniaque, mais toujours soucieuse d'utiliser un espace de travail relativement propre et d'accueillir les clients dans de bonnes conditions, Hayden est celle qui passe son temps à nettoyer avec les autres. Ses mains tremblent dans ses poches, ses lèvres se pressent parce qu'elle se dit que ce serait dommage d'aboyer direct de bon matin, alors que son heure idéale pour les reproches se situe entre 16h et 18h. Mais quand retentit le crissement sourd que fait le cric mal posé qui soutien le fourgon familiale des Madsen, elle explose. —  Oooh SETH !  Me cago tus putos muertos montado a caballo !   L'emportement est tel qu'elle fait un tour sur elle-même et agite les bras dans tous les sens, latina style. Eliott Beckwith, jusqu'ici en retrait, étouffe si mal son rire rauque et tout sauf discret qu'il n'est pas bien compliqué de l'entendre malgré la porte fermée. Elle sait que Seth a voulu bien faire, ou du moins elle tente de s'en convaincre parce que... qui sait avec cet idiot du village ? Il a voulu bien faire, ses intentions étaient honorables, et c'est là tout le problème : comment lui en vouloir ? Elle pose son regard furax sur lui, et se voit lui foutre son poing dans le pif, mais elle sait aussi qu'elle a cette tendance à exagérer. Il est que dix heures quinze. Cool. Tranquille. Pépère. Ses lèvres se tordent en un faux sourire, et sa bouche laisse échapper un soupir clairement tendu. Non, elle ne va pas excuser son espagnol, partant du principe qu'il y a 99% de chance pour que les seuls mots de sa langue maternelle que Seth connaisse soient tirés de ' despacito '.  —  Non, j'rigole, mais par contre tu ramasses ton merdier ou tout ce qui se trouve par-terre dans les vingt secondes termine dans ton ...anus. Elle percute sur le dernier mot, qu'elle choisit in-extremis, puisque son papa de amor écoute, et qu'elle voudrait pas traumatiser ses oreilles avec plus de vulgarité.
Revenir en haut Aller en bas
to you, it's mr asshole
Seth Admiraal
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 10/11/2018
messages : 384
avatar © : g-eazy ©dublin, mein.
fairytale counterpart : big bad wolf.
activité rp : (●●●○○) 3/5 - bonnie, hayden, tc.

MessageSujet: Re: well excuse us for having fun ( hayden x seth ) Sam 17 Nov - 18:09

L'opportunité d'emmerder ses collègues restait trop alléchante - du moins, pour le moment - pour que Seth se permette trop de latitude, l'envie et le besoin d'être utile tout en ne faisant que le stricte minimum était l'une de ses spécialités aussi, le jeune homme ne fut pas si en retard que cela. Sa compagne du soir, histoire de choquer les environs, probablement aussi la conception que sa terrible colocataire avait de lui; Steven était canon, mais ne criait définitivement pas comme une fille. Les grands yeux ronds de Bonnie lorsque sa conquête avait quitté l'appartement, du haut de son mètre quatre-vingt, fut suffisante pour Seth, lui donner juste assez de joie de vivre et qu'il se motive enfin à se rendre au Wicked Wrench body shop. Le brun avait pour tâche indigne  - comme bien souvent, il était la victime - d'ouvrir le garage à une heure scandaleuse, tout comme on lui infligeait parfois d'éteindre la lumière avant de mettre la clé dans le verrou. Si Mme. Hendrix avait un problème avec son moteur, c'était Hayden que l'on demandait et lorsqu'il s'agissait d'un changement de pneu, c'était Eliott - à vrai dire, les Beckwith ne semblaient pas exactement lui faire confiance avec leurs bagnoles et/ou équipements ou même enclins à lui laisser quelconque responsabilité. Fine. Pas plus scandalisé lorsqu'il arriva enfin à destination que le propriétaire soit déjà sur place, histoire de faire changement. Il n'avait - après tout - que trente-cinq minutes de retard. Un record personnel, presque à l'heure. Good god. Soucieux du travail bien accompli, Seth n'a pas attendu que le panneau signale "ouvert" avant de s'activer et avec les plus bonnes intentions du monde, de diminuer la charge de travail d'Hayden. Dans sa grandeur d'âme, le brun accueilli chaleureusement la matriarche Madsen, la ribambelle d'enfants et la fourgonnette - promettant à travers des battements de cils aguicheurs et un peu de rentre-dedans qu'il s'occuperait de tout, qu'elle n'avait pas à s'inquiéter et qu'elle pourrait revenir dans quelques heures tout au plus. Le plus rapidement débarrassé d'elle et ses marmots, plus rapidement il pourrait se rendre utile. Faire autre chose qu'un simple petit changement d'huile. Alors qu'il chahutait à gauche, qu'il laissait tomber la clé à molette à droite et qu'enfin, la fourgonnette fut montée sur un cric, un sourire satisfait s'affichait sur les lèvres de Seth. Who said he couldn't do a fucking job ? La tête dans le moteur d'une Chevrolet qui coulait plus qu'une femme bien excitée - which was saying a loooot - des chiffons pour colmater les fuites et une pointe de panique commençant à s'installer dans son système nerveux, Seth, fier comme un paon n'allait certainement pas demander renfort à Beckwith Senior, ressentant toutefois un soulagement lorsqu'il entendit un engin gronder. Il reconnaîtrait la caisse d'Hayden n'importe où, avec ce bruit infernal et les beats qui étaient blastés à travers les haut-parleurs. Il se redresse et marche à sa rencontre, sans oublier au passage de reluquer au maximum. Le trentenaire ne relève même pas la salutation, sachant accepter la vérité et puis, ce sont le reste de ses paroles qui lui mettent la puce à l'oreille, qui lui fait oublier que la Chevrolet de M. Harding est en difficulté cardiovasculaire et qu'il faudrait très certainement utiliser un défibrillateur afin de le rescaper - manière de parler, alors que du coin de l'oeil Seth pouvait voir d'autres fluides couler sous le capot. Rien que pour moi ? T'essaies pas de me séduire par hasard, cause it's working. Et elle quitte la pièce, sans plus de commentaires. Il a oublié ce qu'il est entrain de faire, Seth. Il pense à Bonbon, il pense à Hayden, il s'imagine la situation, la haine puis elle devient un peu plus caliente - jusqu'à ce que l'espagnol lui vienne aux oreilles, jusqu'à ce que ces pensées osées et gardées secrètes - ce potentiel threesome relevant du miracle et de son imagination - se transforment en litanie hispanique dont il ne compris que les mots putos et caballo. Seth fronça des sourcils, parce que non. Camila Cabello n'était pas une putos. L'air coupable d'affiche sur le visage du jeune homme lorsqu'il comprend qu'elle ne lance pas de compliments sur son anatomie, sur les travaux qu'il a accompli et sur les initiatives qu'il n'était vraisemblablement pas obligé de faire. La prochaine fois, il ouvrira le garage et basta. Plus d'aide, si elle se vexe aussi facilement. L'attention de Seth était toutefois toujours de courte durée, tout comme toute force de petite frustration quotidienne aussi, c'est avec un sourire plus que caustique qu'il regarde autour de lui, qu'il constate non pas seulement son fabuleux travail accompli, mais les carcasses et traces en tout genre de son passage - tel un ouragan, il pouvait clairement retracer ses pas à travers le carnage. Il prend une position militaire d'écoute, refusant - ou étant totalement incapable -  de réprimer le sourire en coin de son visage. Chef, oui chef ! T'es aussi exigeante au lit aussi, ou bien c'est un truc de mécano ? Il n'attend pas de réponse avant de se retourner et trouver un outil à coincer dans sa boite. Ne sachant plus vraiment où donner de la tête, il se penche pour en ramasser un second et capte le regard d'Hayden, alors qu'il est encore renversé, cul dans l'uniforme presque moulant bien exposé. Tout vas bien patron ? Distraite par une belle vue, hm ?
(100e post, whaaat)
Revenir en haut Aller en bas
[ plots your death in spanish ]
Hayden Beckwith
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : maclean, julia.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 1150
avatar © : eiza gonzalez
fairytale counterpart : captain hook (the long lost lady viola of ravenshore)
activité rp : seth, becks, (rhys) ○ flint, lumière, morgiane, the captains.

MessageSujet: Re: well excuse us for having fun ( hayden x seth ) Jeu 22 Nov - 18:08

— Comme si t'étais pas déjà entièrement à ma merci, qu'elle rétorque à un Seth manifestement peu troublé par le possible trépas de sa colocataire, moins encore par le capharnaüm habituel qui semble lui coller au cul et auquel il s'est tristement habitué. Elle s'occupe de tirer les torchons du moteur de la Chevrolet que dégueule instantanément de l'huile partout par-terre, et manque de presque rien de foutre le tout, torchons huile et bagnole, dans le calcif de son comparse qu'on regretterait presque tant de retenue de sa part. Hayden aime les choses rangées, propres, parallèles, à leurs putain de places. Sa famille le sait, ses amis le savent, ses amants s'en doutent. Comme toujours, il n'y a que Seth pour se démarquer, faire la différence, emmerder le monde avec le sourire en banane et les tétons à l'air. La dernière anecdote à le mérite de lui tirer un sourire, et effectivement, c'est qu'elle s'attarderait presque sur cet arrière-train qu'il parade en bombe sous son nez. La vue pourrait croquer un bout de son self contrôle, et elle croquer la vue. — Hm ? le ton est distrait, certes, mais le sourire est authentique, et l'attention carrément surfaite. Fallait bien jouer le jeu et flatter l'ego du mâle en présence, sinon elle pouvait faire une croix sur toute productivité de sa part dans la journée. C'est tout un art de bosser avec un homme, ou seulement de faire bosser un homme. Fallait tirer sur les bonnes ficelles, au bon moment. Sortir les arguments justes, ou dans le cas de Seth, les arguments qui prennent au cœur et tracent une belle ligne droite vers le slip. Mais parce qu'Hayden est une vraie belle contradiction, elle reprend son regard, le fait trainer sur les outils en vrac et lui ordonne en silence de ramasser son merdier plus vite que ça. — Si tu veux mon avis, tu devrais ralentir sur la bière et les tacos. Elle jette ça là dans le seul but de susciter une réaction, et le faire presser le pas et le geste plutôt que de zoner à ras du sol comme si un geyser d'or menaçait de lui sauter à la gueule. Le nez sous le capot de la Chevrolet, elle fait signe à l'amiral Seth de lui passer la clé de 12, celle qu'il a dans les mains et fait semblant de ranger dans la caisse à outils, quand une question existentielle lui traverse l'esprit. — Tu sais qui a un cul de rêve ? et avant qu'il puisse s'auto-sacrer cul de l'année, elle lui crache la réponse :— Steven. Le prénom s'échappe de sa bouche comme une sentence plus qu'une révélation. Parce que Hayden sait. Du moins elle croit savoir, mais suffit d'être doté d'un minimum de sens de la déduction pour rassembler toutes les pièces du puzzle, et déterminer ainsi que Seth, à défaut d'avoir passé la nuit dans ses bras, ou ceux de Kaley, ou ceux de Prisca, ou une autre de la ribambelle, n'est pas rentré le nez dans une poitrine, mais plutôt dans le sac à gosses d'un mec. Elle y était, à cette soirée. Avec un, ou quinze verres de trop, mais elle y était, plus consciente que jamais de 1) s'être abandonnée dans les bras du mauvais gars, as always 2) d'avoir vu Seth cogiter sur Steven plus de temps qu'un pote ne l'aurait envisagé. — Mais oui, tu sais, you slut, qu'elle finit par lâcher, d'humeur taquine. Faut dire que Steven est, effectivement, hot as fuckity fuck. C'est là qu'Eliott Beckwith passe la tête, et trucide sa fille d'un regard impérieux, fâché qu'il est de constater, une fois de plus, que sa grande n'est plus aussi innocente qu'elle l'était autrefois. C'est même tout l'inverse. La plus libérée des sœurs Beckwith, et la plus proche du père, affiche une moue qu'on sait tout sauf désolée à l'égard du paternel qui jette l'éponge, et consent à prendre sa matinée, trop fatigué qu'il est pour même envisager supporter ces deux fieffés gamins.  — Bon, tu me racontes ?   qu'elle réclame à Seth, alors que le père n'a pas encore tourné les talons et cherche ses clefs de bagnole dans le fond de ses poches. — Mais tu ranges. Mais tu me racontes quand même. Tu me racontes en rangeant. Go ! tranche-t-elle, un semblant de productivité matérialisé en une série de pinces coupantes dans les mains. Faut dire que commencer sa journée sans le rapport du matin, c'est tout de même compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
to you, it's mr asshole
Seth Admiraal
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 10/11/2018
messages : 384
avatar © : g-eazy ©dublin, mein.
fairytale counterpart : big bad wolf.
activité rp : (●●●○○) 3/5 - bonnie, hayden, tc.

MessageSujet: Re: well excuse us for having fun ( hayden x seth ) Lun 21 Jan - 4:11

« Pfff. » yes he was, mais là n'était pas la question. Tout en Seth était finement composé d'orgueil d'homme et de plaisir gamin de réfuter tout et n'importe quoi. Ils le savaient tous les deux, parce que si d'un l'oeil inconnu Seth ressemblait plus à un prédateur qu'une chose inoffensive, les femmes qui régissaient sa vie, elles, semblaient plus le voir comme un labrador en chaleur - et elles n'étaient pas loin de la vérité. Et comme un foutu cabot, il créait un espace désordonné, faisait tout tomber comme un ouragan -  partout où il mettait ses pattes. Il estimait que par sa bonté, sa bonne volonté d'avoir ouvert le garage avec presque aucun retard lui donnait assez de mérite pour que Hayden passe outre le bordel monumental qu'il avait bien pu foutre. Wishful thinking, et alors qu'il serait presque entrain de chigner pour ne pas obtempérer aux ordres de son amie, parce que ça lui passe par dessus la tête, parce qu'il sait qu'il est pas tout à fait formé pour les travaux manuels en tout genre, mais il ferme sa gueule au dernier moment. C'est plus sage, surtout devant une Beckwith. Il allait enfin obtempérer, lui donner tout ce qu'elle désirait lorsque la réplique fatale, ultime sur son physique se fait entendre. Oh, hell nah. Ralentir sur les bières et les tacos, son air mortifié étalé sur le visage, Seth toise sa collègue de haut en bas, considérant pendant une micro-seconde la chose. Non. Non, non, non, alors comme l'enfant de cinq ans qu'il était, Seth se mit à déplacer les outils de façon sporadique, à les déposer ici et là à travers le garage. Une chasse au trésor moderne pour celle qui avait faillit lui faire douter de son physique - qu'il savait plus qu'avantageux. Il le fait assez silencieusement, du moins au départ pour que Hayden ne s'en rende pas complètement compte, alors qu'elle avait encore la tête au fond de la Chevrolet, ne se permettant qu'un bref « Hmm hmm. » sceptique. On l'a lui fait pas à lui. À chaque outil rangé, un (ou deux) autres font leurs apparitions, et occupé dans sa tâche, Seth n'a effectivement pas le temps de s'auto-proclamer cul de l'année qu'il est tiré de ses rêveries de la soirée dernière, par le nom de la rêverie en question. Steven. « Oui, je sais et toi, tu sais comment ? » Sans avertissement, alors qu'il était situé à l'autre bout du garage, Seth s'était retrouvé presque par magie aux côtés de Hayden, prêt à rendre potin pour potin. « Je te le prête si tu veux. » Le grand brun hausse des épaules, sourire caustique sur les lèvres, sachant que de 1) elle ne prendrait pas ses retailles et que 2) #1 était probablement faux tant et aussi longtemps que la mexicaine ait entre douze et quinze verres dans le corps. Les profanités sortant de leurs bouches et les conneries en tout genre eurent raison d'Eliott et c'est avec une vague de la main que Seth salue le capitaine du bateau.. ou dans tous les cas, du garage. Le trentenaire garde le silence, ses muscles se relâchant à la minute où la clé fut mise dans le contact, Seth, enfin sans filtre avait royalement ignoré toute consigne de travail potable préférant aller enquêter sur les bancs avant de la Chevrolet, peut-être même allumer ce petit joint qui traînait dans le fond de ses poches, qui sait. « Tu l'as vu ? Y a rien de plus à raconter, sauf peut-être que tu serais très, très heureuse. If you know what I mean. » Elle sait très bien what you mean, elle est pas con, little miss vixen. C'est la pince coupante que Hayden a dans les mains qui lui donne enfin la bonne idée de lever son derrière et ramasse quelques outils en tas avant de les ranger de manière approximative sur les étagères. Se frottant le front, comme pour essuyer la sueur d'un travail bien accomplit, Seth dégaine son paquet de cigarettes, en glissant une au passage entre ses lippes. « C'est-l'heure-de-ma-pause-j'vais-fumer-une-clope - Et toi ? Ch'tai vu, avec what's his name, tall, dark and handsome ? » C'est lui qui veut le scoop, maintenant. Le début de la phrase, dit en un mot, alors qu'il se dirige vers l'énorme porte du garage afin de l'ouvrir au complet, profiter du soleil et surtout d'un petit joint bien mérité, après le dur labeur enduré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: well excuse us for having fun ( hayden x seth )

Revenir en haut Aller en bas

well excuse us for having fun ( hayden x seth )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lettre d'excuse
» re bonjour j'ai un truc a vous dire...
» Une voleuse bien bavarde...
» Ban perm
» Demande de réintégration.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: wooley st.-