Partagez|

christmas time (miles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 220
avatar © : taylor lashae, bleu amer ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 6/3 - tc ; miles ; grace ; franky ; mulan ; hayes

MessageSujet: christmas time (miles) Ven 4 Jan - 12:00

Parce que Diana ne peut décemment pas laisser ce pauvre Miles ne pas avoir de Noël digne de ce nom cette année. Parce qu’elle est prête à faire beaucoup (trop) de choses pour lui. Parce qu’elle ne peut pas l’abandonner à la solitude en pleine période de fêtes. C’est le premier Noël que Miles a passé sans son père, sans famille. Elle l’aurait su plus tôt qu’elle l’aurait sûrement invité à venir chez les Hayes, mais comme souvent, Diana n’y a juste pas pensé. Il a fallu que ce pauvre garçon le lui dise alors qu’elle aurait pu le deviner seule – on repassera pour la prise d’initiatives – et le corbeau est prêt à se rattraper. Quoi ? Bouge pas, j’arrive, lui a-t-elle envoyé alors qu’il lui racontait par texto qu’il n’avait rien fait de spécial pour Noël. Le pauvre. Quand on a une famille nombreuse comme la sienne, la seule idée de passer les fêtes seule peut lui foutre le moral en l’air. Et une bonne heure et demi plus tard, la voilà débarquée chez le beau Miles, celui qui a fait chavirer son cœur alors qu’elle ne s’était initialement approchée de lui que pour se le mettre dans la poche dans une vaine tentative de gravir les échelons à la télévision. Vrai qu’elle se serait bien vue présenter le JT à ses côtés, mais on connait Diana : elle n’aurait jamais investi le temps nécessaire à son ascension. Evidemment, tomber amoureuse de Miles ne faisait absolument pas partie du plan de base – drôle d’effet secondaire si vous voulez son avis mais le charme a opéré (dans un seul sens) et les faits sont là. Accompagnée de deux énormes sacs de courses blindés de tout ce qu’il faut pour passer un bon Noël, Hayes fait son entrée chez son (juste) ami affublée d’un bonnet ridicule rouge et blanc et un gigantesque sourire : « La brigade de Noël est arrivée ! » Evidemment, Diana ne se fait pas prier pour entrer et trouve toute seule le chemin de la cuisine pour y déposer ses courses, profitant de passer à côté de Miles pour lui poser un bécot sur la joue. « J’ai pris tout ce qu’il faut, tu vas voir. » Volaille, pommes de terre, légumes divers et variés, il y a de quoi faire pour cinq : rien d’étonnant, Hayes voit toujours les choses en grand. Et attention, ambiance. Elle sort de de l’un de ses sacs un CD fraichement acheté comportant l’ensemble des plus grands classiques de Noël. De quoi faire oublier à Miles la grisaille de ses fêtes dans un patchwork de couleurs rouge, blanche, dorée et verte. On est à rien de l’imitation du Père Noël – ho ho hoo. Comme à-peu-près partout où elle va, Diana fait comme chez elle et se dirige vers la chaine hi-fi pour mettre la musique en route à coup de let it snow, jingle bells et autres chants traditionnels de fin d’année. Attention ce n’est pas fini : retour au sac de courses d’où elle sort un mini sapin pré-décoré en toc, qui trône bientôt fièrement sur le comptoir de la cuisine. « Bah reste pas planté là Miles, viens m’aider ! Y a du boulot je te signale. Noël ça se mérite ! » Disons que de son côté, elle a plus observé qu’assisté sa mère pendant la préparation des divers repas, une bière à la main – mais là c’est pas pareil. Là, c’est l’occasion de passer un peu plus de temps avec Miles, de le chouchouter, de lui arracher les idées noires qu’il pourrait avoir et les balancer par la fenêtre. Rien de tel que cuisiner un bon repas avec quelqu’un qu’on aime – et Diana est souvent trop positive, souvent trop de bonne humeur pour que la magie n’opère pas. Alors non, elle n’écoutera pas son ventre qui la supplie de lui laisser un peu de répit. Comme si elle s’accordait un quelconque répit pour quoi que ce soit… « Au menu du chef : poularde farcie aux marrons, purée de pommes de terre et petits légumes de saison. » Petite pause de réflexion avant d’ajouter : « T’as déjà farci une volaille ? Parce que moi jamais. » Non, Diana n’a pas fait top chef. Sa cuisine est originale à défaut d’être vraiment bonne, mais laissons-la accomplir sa B.A. qui, elle l’espère, aboutira peut-être sur quelque chose d’autre que la friendzone désespérante dans laquelle elle se trouve avec Miles.  

@Miles Aberline
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Miles Aberline
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : sasha
date d'inscription : 20/12/2018
messages : 133
avatar © : sam claflin. avatar ©muggle
fairytale counterpart : lumière, thomas (la belle et la bête)
activité rp : ●●●●○ (diana, hook, jeanne, tc)

MessageSujet: Re: christmas time (miles) Ven 11 Jan - 21:39

Noël. Une période de l’année que le journaliste n’avait jamais réellement portée dans son coeur. Se préoccupant davantage de son travail que de sa seule famille, elles étaient nombreuses les années où il avait passé le réveillon avec pour seule compagnie un verre de vin rouge français. Son père avait toujours insisté pour qu’ils le refassent, ce repas ensembles, aux côtés d’un sapin. Comme avant. Et chaque fois, Miles repoussait avec brio ce rendez-vous à l’année suivante… Jusqu’à ce qu’il n’y ait finalement plus d’années à ajouter au compteur de son père. Etouffé par une culpabilité destructrice, le jeune homme s’était noyé dans une profonde solitude ce fameux 24 décembre. Quelques larmes pour compagnies, des cassettes vidéo de son enfance, et un nœud au cœur. Heureusement, les fêtes étaient désormais derrière lui, et il s’était replongé corps et âme dans son travail. Un emploi qui toutefois n’avait plus la même saveur depuis quelques semaines. La seule petite motivation qui continuait à le pousser jusqu’aux plateaux télévisé résidait en la personne de Diana. Un brin de femme bien trop généreuse avec lui. Il avait appris à aimer cette collègue, à la considéré comme une véritable amie. Le soleil de cet hiver infernal. Lorsqu’elle lui envoya un message annonçant son arrivée prochaine, Miles laissa échapper un soupire. Inutile de lui répondre, elle ne tiendrait pas compte de son refus et serait sans doute capable de défoncer sa porte d’entrée… La mère noël ne se fit pas prier pour débarquer – comme promis – à la maison. « Diana ? » lança-t-il, faussement surpris. Il la laissait faire, puisque rien n’arrêtait la tornade Hayes. Et elle avait tout préparé, à la manière d’une maman poule qui dézingue son adolescent de fils déprimé. Une pensée qui arracha finalement un sourire à son hôte. « Je t’avais dit que je ne tenais pas à fêter noël… » qu’il marmonna dans sa barbe tout en s’avançant vers elle. Diana avait le don de rependre sa bonne humeur, sa magie, chaque fois qu’elle se trouvait dans les parages. « Mais merci. Ça me touche beaucoup tu sais. »  La cuisine était déjà ravagée. Comment lui expliquer qu’il était plutôt fervent des plats à emporter ces derniers jours ? Une main se grattant machinalement le crâne, il épiait d’un œil le plan machiavélique que son amie avait programmé. Faire des pâtes était déjà une réussite – quand il n’oubliait pas de mettre de l’eau -, alors cuisiner une volaille… Ce n’était pas une résolution prise pour 2019. « Si tu veux, je sais faire des pancakes par contre. » Qu’il lança d’une voix innocente, haussant les épaules pour appuyer ses dires. A moins de prendre le risque de mettre le feu à l’appartement… il n’était pas question qu’il touche à quoique ce soit. Attrapant la boîte d’œuf se trouvant à proximité, il épia un instant Diana d’un œil avisé avant de laisser un sourire malicieux se planter sur son visage d’enfant. La tentation était bien trop forte... Si forte qu’il ne pu d’ailleurs résister très longtemps. Et d’un geste aussi précis qu’inattendu, il envoya voler un œuf en direction du joli pull tricoté made in noël de Diana. Le pauvre s’écrasa en un bruit sourd avant de se rompre contre sa cible. Touché ! Un petit ‘’yes’’ de victoire franchi ses lèvres alors qu’il tentait de garder tout son sérieux. « Je suis meilleur viseur que cuisinier… » qu’il annonça, fier d’avoir atteint sa proie. Un brin provocateur, il lui tendit une serviette pour essuyer la monstrueuse tâche jaune qui trônait au milieu de son pull. Et il riait de la voir ainsi, le bougre. Chose qu’il n’avait plus fait depuis déjà quelques semaines… Un joli cadeau de noël qu’elle lui accordait de par sa simple présence. « Pis ça t’apprendra à venir squatter chez moi sans avoir rapporté de pizza ! » Oui parce que le duo Diana / Miles avait pour rituel de regarder des films ensembles, accompagné d’une pizza ou deux. Et non pas d’une volaille et de ses petits légumes… Quelle idée. « Aller, fais pas ta boudeuse. Tu savais quelle tournure ça prendrait… Mère noël. » Il se rapprocha d’elle, méfiant, attrapant une casserole en guise de bouclier. Parce qu’on ne sait jamais de quoi une Hayes pouvait être capable…
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 220
avatar © : taylor lashae, bleu amer ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 6/3 - tc ; miles ; grace ; franky ; mulan ; hayes

MessageSujet: Re: christmas time (miles) Lun 14 Jan - 10:44

Il ne faut pas plus que le Diana ? pas vraiment surpris de Miles pour qu’un sourire enchanteur étire ses lèvres. Oui, Diana est là, prête à te forcer à fêter Noël comme personne d’autre ne t’a forcé à fêter Noël jusqu’à présent. Pire : tu vas devoir aimer ça Miles ; quel calvaire. Enfin, elle sait que son ami n’est pas bien difficile à motiver et qu’il trouvera certainement de quoi s’occuper parmi tout le joyeux bordel qu’elle a déjà foutu dans son appartement. La gamine pose ses mains sur ses hanches, prête à répondre à tous les arguments que le nouveau Grinch de l’année pourrait lui sortir : il tenait pas à fêter Noël ? Tatata, balivernes, tout le monde doit se le taper dans l’année et c’est pas Miles Aberline qui va passer au travers des mailles du filet. S’il ne vient pas à Noël, c’est Noël qui viendra à lui. Et il est tout bonnement impossible pour Diana Hayes de laisser ce pauvre garçon rester seul pendant la totalité des fêtes. On sait bien que la période n’est jamais facile pour ceux qui n’ont pas ou plus de famille. Elle s’offre donc elle-même dans une tornade de couleurs criardes ; à dire vrai, elle aimerait bien qu’il se passe quelque chose. De deux choses l’une : d’abord, la gamine ne lui a jamais avoué ses sentiments – pour une fois qu’elle tombe sur un type bien, il serait peut-être temps ; ensuite, il est clair comme de l’eau de roche que Miles ne ressent rien de plus que de l’amitié pour elle, tout comme il est clair comme de l’eau de roche qu’elle est dingue de lui. Sauf qu’il n’y a qu’une seule personne au monde capable de ne pas le voir, et c’est… lui. Au moins peuvent-ils profiter de ce moment sans qu’une quelconque gêne ne s’installe vis-à-vis de cela. Restons focus sur l’objectif : Diana est venue forcer Miles à fêter Noël. Voilà. Il la remercie, ça lui fait comme des papillons dans le ventre. « Tu me remercieras quand on aura terminé tout ça. » Parce qu’elle compte vraiment réaliser tout ce qu’elle a promis ? Diana Hayes, (trop) pleine de bonnes intentions, de bonne volonté ; pas souvent assez longtemps néanmoins pour faire les choses jusqu’au bout. Mais elle est en cet instant précis très déterminée et compte-tenu du temps que cette même détermination va durer, Miles peut bien faire l’effort de jouer le jeu. Ou lui proposer de faire des pancakes. Hey, mais c’est que c’est pas une mauvaise idée du tout ces pancakes de Noël ! Rien à voir avec son menu mais quand même. Diana lance un regard à la quantité astronomique de bouffe s’étalant dans la cuisine de son ami. Jusqu’à ce qu’un œuf s’écrase sur elle : « Eh ! » proteste Diana, visiblement mécontente que son magnifique pull de Noël subisse la grinchitude de Miles, qui rigole absolument sans vergogne devant sa pauvre victime. « Haha, très drôle. J’te signale que y a des enfants qui crèvent la dalle en Afrique. » Et en même temps qu’elle finit sa phrase, Diana envoie une poignée de champignons en direction du journaliste, protégé par sa casserole – injustice totale, Hayes se munit d’une poêle, prête à parer toute attaque de l’adversaire. Elle ne le lâche d’ailleurs à aucun moment du regard, préférant ne pas se laisser surprendre par une autre attaque. « Mais t’as vu tout ce que j’ai rapporté quand même ? Pfff, j’m’attendais quand même à autre chose. » Genre cuisiner à deux façon jeune couple follement amoureux ? Oublie, Diana. Ca n’arrivera pas, t’as pas assez de chance pour ça. « Aucune reconnaissance ! » s’exclame-t-elle, beaucoup trop dramatique pour être crédible. La gamine approche – se précipite serait plus juste – Miles rapidement, se saisit d’un œuf et le lui écrase sur le crâne : « Parait que c’est bon pour les cheveux ! » Retour en position défensive, Diana maintient une distance respectable avec son ami qui cherche à se rapprocher. « Ecoute Miles, tu peux pas test. J’ai grandi avec des frères et sœurs, une fois qu’on a commencé c’est l’escalade et tu vas perdre, ok ? » La meuf se croit en pleine négociation avec un terroriste. Ta-rée. « Evidemment, le but c’est que tu le prennes comme un avertissement, pas comme une provocation. » Ah ouais ? Parce que c’est pas du tout ce que disent sa position, sa fausse bouche en cœur et ses cils un peu trop battants. Diana ressemble à un chat prêt à sauter sur Miles : même pas peur. C’est d’ailleurs sûrement pas elle qui va s’en plaindre – toute excuse est bonne à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Miles Aberline
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : sasha
date d'inscription : 20/12/2018
messages : 133
avatar © : sam claflin. avatar ©muggle
fairytale counterpart : lumière, thomas (la belle et la bête)
activité rp : ●●●●○ (diana, hook, jeanne, tc)

MessageSujet: Re: christmas time (miles) Sam 19 Jan - 21:59

Diana Hayes était un petit rayon soleil à elle seule. Une source de réconfort inattendue et boule d’amour qu’il était tout bonnement impossible de ne pas porter dans son cœur. Il la regardait, un sourire triomphant sur le visage, contemplant la réussite de son coup porté. Là où la morosité avait commencé à grignoter sa bonne humeur habituelle, il suffisait que la jeune femme fasse son apparition pour dissiper le moindre de ses maux. Une tornade de couleurs et de jovialité plus tard, le voilà qui regagnait sa légendaire allégresse. Et pour cette raison, il l’aimait. D’un amour platonique, avec toutefois son soupçon d’ambiguïté. L’amitié fille-garçon n’existe pas diront certains. Elle est seulement compliquée. Alors ils profitent ensembles de ce petit moment qui leur appartient, à eux seuls. Personne pour venir salir ce tableau si parfait. A sa remarque, il baissa les yeux d’un air faussement désolé… et bien trop mignon pour être convainquant. « Moi aussi je crève la dalle figures-toi ! » qu’il lâcha d’un air désespéré. Miles n’est qu’un petit chat en manque d’amour. Du moins, c’était en tout cas ce qu’il cherchait à provoquer chez son amie. Un brin de pitié pour éviter toute représailles… Malheureusement pour lui, les Hayes ne sont pas dupes. Les quelques secondes qu’il s’accorda à la regarder, rêveur, lui coutèrent un œuf abattu de plein fouet contre son crâne. « Tu ne l’emporteras pas au paradis, je peux te le garantir Diana Hayes… » La mine décomposée, il passa machinalement une main dans ses cheveux… Dégoulinant de son shampoing improvisé. Ainsi soit-il, la guerre était donc belle et bien déclarée. Amoché mais pas encore vaincu, Miles s’avança calmement vers l’évier. Pensif, il s’empara du manchon du robinet pour venir rincer la mixture gluante qu’il portait dorénavant sur ses cheveux. Il va perdre ? Vraiment ? Aberline peut être un gentil et charmant garçon la plupart du temps, ça ne faisait pourtant pas de lui quelqu’un d’inoffensif en matière de bataille de nourriture… Un brin de malice dans le regard, il fit mine de s’avouer vaincu en accordant une courbette désolée à son adversaire. « D’accord. Je rends les armes… » Siffla sa petite voix d’enfant. Quelques gouttes d’eau eurent à peine le temps de longer ses mèches de cheveux humides, que la scène connu un retournement de situation plutôt inattendu. D’un geste assuré, il attrapa de sa main libre le poignet de son amie avant de l’attirer vers lui et la coincer dans l’étau de ses bras. « Laisses-moi te nettoyer tout ça, tu permets ? » Qu’il lui glissa en pointant le manque du robinet vers elle. Quelques secondes plus tard et la voilà tremper des pieds à la tête. De l’eau partout, et deux idiots qui étaient bien trop occupés à jouer ensembles pour noter toute la niaiserie d’une pareille scène. Une vision qui arracha d’ailleurs un fou rire à l’auteur du crime. T’as joué, t’as perdu. « BOOM, c'est qui l'papa maintenant ?! » Qu'il entonna d'un air radieux. Il lui rendit la liberté, lui-même trempé jusqu’aux os, tandis qu’il relevait fièrement le menton. Oui parce qu’il en était fier, d’avoir couper le caquet à la légendaire reine des conneries. Et bien sûr, comme toute scène bourrée de niaiserie se voulant dramatique et incluant une bataille d’eau, arriva enfin le moment fatidique où le garçon apostrophait sa victime d’un regard transporté. Et il le fût réellement. Un instant qui dura peut-être deux ou trois secondes, mais un temps largement suffisant pour qu’il détail le moindre de ses traits. Les courbes de ses hanches jusqu’au sourire radieux qui l’enveloppait dans un petit cocon de bonheur. Il n’est pas amoureux Miles, simplement con. Suffisamment en tout cas pour s’être enticher d’une amie qui ne donnait plus signe de vie depuis nouvel an. Et quel réveillon… Un petit pincement au cœur le fit rapidement grimacer en resongeant à sa soirée. A Hayden. A Diana. Et puis à Rhysand. Mais fort heureusement pour lui (ou pour elle ?), la question qui lui brûlait les lèvres depuis plusieurs jours franchi involontairement la barrière de sa bouche. « Au fait, ce type du nouvel an, l’énergumène bizarre et peu attirant que t’as embrassé à minuit… C’est ton nouveau crush du moment ? » Un cheveu sur la soupe. S’il n’avait pas été aussi curieux, il se serait sans doute mordu les lèvres d’avoir lancer un tel sujet au beau milieu d’une bataille inachevée. Parce que, clairement, la réponse de son amie déterminerait la prochaine attaque à venir. Non pas que sa vie privée le regarde, mais il ne pouvait s’empêcher de se poser la question. De la jalousie ? Jamais. De la curiosité ? Sans nul doute. De l’espoir ? Bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: christmas time (miles)

Revenir en haut Aller en bas

christmas time (miles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ZEN] Time Sieve
» Time vault
» Impossible de connecter mon lapin via une Time Capsule
» Hockey time !
» A Most Dangerous Time: Japan in Chaos, 1570-1584 - MMP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: waterlily sq.-