Partagez|

you wanted to steal, now is your time (robin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 483
avatar © : tiera skovbye ⋅ valtersen.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : ●●●●●● › brody ⋅ james ⋅ tc ‹ nola × robin ⋅ philip ⋅ jihen ‹ erathia.

MessageSujet: you wanted to steal, now is your time (robin) Sam 5 Jan - 17:38

Freehaven ou son havre de liberté personnel. Le refuge qu'elle fréquente quand elle veut échapper à la tutelle paternelle, quand la pression se fait trop lourde, quand elle s'enlise dans un ennui profond, quand le temps est propice à la promenade, quand elle veut toucher du bout des doigts des produits originaires de tout Erathia. Quand elle a besoin d'un changement de décor. Ce qui arrive assez souvent. Fort heureusement, son père ne sait rien de ses petites escapades hebdomadaires. Bien trop occupée à discuter stratégies, à faire d'Aurore la princesse héritière parfaite, et à entretenir sa liste non-exhaustive d'invités diplomatiques venus de tous les coins. Il n'a pas de temps à accorder à sa plus jeune enfant qui profite de cette indifférence pour vagabonder dans les méandres de Cair Paravel ou plus loin encore, dans les ruelles de Freehaven. Une indifférence qui pourtant ne la laisse pas de marbre. Une indifférence qu'il partage avec Aurore. Depuis le mariage d'Aurore à un fils Pendragon, les deux jeunes femmes ne partagent plus grand chose si ce n'est leur aversion pour la nouvelle épouse de leur père, Anya. Antipathie qui leur permettrait de se rapprocher si elles mettaient du cœur à l'ouvrage. Ella a essayé mais les devoirs et responsabilités d'Aurore semblent plus importantes que les caprices journalières de la jeune princesse. Elle ne demande rien si ce n'est un peu de considération, un peu d'attention. Une attention dont on la prive depuis la disparition de la matriarche. Plusieurs fois après l'annonce de son décès, on a confondu Ella avec sa mère. Une ressemblance si frappante que Peter et Aurore ne parviennent à soutenir son regard bien longtemps. Du moins, jamais assez longtemps pour qu'elle ait le sentiment d'appartenir encore à leur famille. Elle voit le chagrin qui habite le regard de son père quand elle s'adresse à lui. Le regard qu'Anya lui offre en retour parce qu'elle a osé invoquer le souvenir de celle qui l'a précédée rien qu'avec sa présence et ses doux traits. Le silence qui se fait trop lourd. Ella qui se retire alors dans ses quartiers et scrute son reflet dans le miroir. Une vision qui l'attriste autant que son père et sa sœur. Elle les comprend un peu mieux. Elle appelle sa nouvelle servante et lui prie de couvrir tous les miroirs de sa chambre. La remplaçante de Wendy s'exécute. Wendy était bien plus qu'un membre du petit personnel. Elle était son amie, sa confidente. La seule qui ne croulait pas sous le poids de son regard. Sauf qu'elle est partie, elle s'est envolée vers de nouveaux horizons, laissant derrière elle une princesse désœuvrée, le cœur en supplice. Et puis il y a Philip qui occupe ses journées sans fin. Philip qui occupe ses pensées. Ces sentiments naissants qui la décontenancent et bousculent son quotidien. Elle passe ses désirs sous silence par respect pour Aurore. Un sourire de soutien en leur compagnie alors qu'elle s'imagine quitter les remparts de Caerwyn pour d'autres contrées, accrochée au bras de Philip, le cœur léger. En attendant c'est avec le cœur lourd qu'elle les regarde chaque jour s'éloigner pour jouer le rôle qui leur est assigné. Elle congédie le petit personnel et revêt une magnifique cape bleue ayant appartenu à sa défunte mère. Sa broche repose sur le tissu. Une pièce d'une grande valeur monétaire mais surtout sentimentale qu'elle ne quitte jamais. Son père la tancerait s'il venait à apprendre qu'elle l'emmenait avec elle dans ses excursions improvisées. Hors du palais, elle retrouve enfin un peu de sa joie de vivre. Elle salue avec douceur et éloquence les visages familiers qui parviennent à capter son attention. Ici, elle se sent à sa place. Le décorum n'a pas sa place chez les petites gens, les braves gens. Ceux qui pourtant la reconnaissent, dissimulée sous sa capuche, se courbent et Ella leur intime que ce n'est pas nécessaire, qu'ils peuvent la considérer comme un membre à part entière de leur groupe. Ici, elle n'est pas princesse de Caerwyn. Juste Ella, une jeune femme comme les autres. Elle navigue oisivement entre les allées, offre son aide aux plus nécessiteux, savoure sa liberté temporaire jusqu'à atteindre l'Ethraid. La main d'Ella exécute une chorégraphie approximative dans l'eau claire du fleuve et ses yeux suivent la direction du courant. Elle hésite alors à le suivre, curieuse de savoir où les flots la mèneront. « Tu peux sortir de ton trou, je sais que tu es là. » Elle espère sincèrement que c'est une âme curieuse qui s'est égarée en chemin et non pas un brigand qui l'a suivie pour lui ôter sa broche et puis la vie. Il faut dire qu'elle n'a pas su se faire discrète à se pavaner dans le quartier avec un bijou inestimable exposé à la vue de tous. Her bad. Elle devrait paniquer, seule et à la merci d'un compagnon invisible et peut-être violent mais au lieu de ça, elle s'approche de la source du bruit.
Revenir en haut Aller en bas
rich boys don't have hearts.
Rhysand Ryker
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 20/12/2018
messages : 310
avatar © : garrett hedlund, @perlman.
fairytale counterpart : robin hood, prince of thieves.
activité rp : (●●●●○) 4/5 - tc [hayden] (nola) // ella, esmeralda, marian [tuck] (erathia)

MessageSujet: Re: you wanted to steal, now is your time (robin) Lun 21 Jan - 16:07

La liberté au bout des doigts. Rien de plus exaltant que de sentir l'adrénaline monter en lui, son sang pulser jusque dans ses tempes, d'envisager des plans toujours plus extravagants, toujours moins réalistes. Robin était prince des voleurs, mais il était surtout un comédien-né capable d'éblouir un public imaginaire en mettant en place – et surtout en les atteignant – des scénarios de haute-voltige. Plus libre que quiconque ne le serait, quand bien même sa tête était mise à prix, quand bien même Reynald continuait de le cherche désespérément dans l'espoir de lui faire payer ses vaines tentatives pour se venger de lui. Libre comme l'Ethraid qui naissait depuis les Plateaux Enneigés pour finir sa course à Ravenshore, deux régions qu'il ne pouvait qu'imaginer sans jamais avoir la moindre idée de ce qui l'y attendrait si d'aventure il décidait de s'y rendre. L'Ethraid, justement, accueillait le dernier plan qu'il avait imaginé sans le partager avec aucun de ses Merry Men. Ce vol-ci serait à son seul et unique crédit, pas tant par arrogance ni par reconnaissance que pour sa symbolique. Robin aimait l'argent, pas pour ce qu'il lui permettait d'acheter mais parce qu'il lui rappelait d'où tout avait commencé et le pouvoir que les pièces sonnantes et trébuchantes pouvaient lui offrir. Et réussir à voler une princesse était l'occasion rêvée d'accomplir une forme de revanche sur la misère de sa propre vie, et sur tout ce qu'il avait du sacrifier pour ne serait-ce que survivre dans le ventre de Freehaven. Ce projet demandait de la subtilité, celle qu'un groupe de 5 personnes ne parviendrait jamais à atteindre à l'inverse de Robin, habitué à travailler seul quand bien même agissait-il le plus souvent en groupe. Il n'avait donné aucune explication à ses compagnons, aucune excuse non plus, s'était contenté de disparaître pour rejoindre l'Ethraid – et une visiteuse de prestige. La Princesse Ella de Caerwyn, en chair et en os – et surtout ridiculement seule pour une personne de son rang. Il n'avait pas souvenir qu'on laissât une princesse non-mariée s'aventurer à Freehaven sans la présence de sa garde rapprochée. Non pas qu'il en eût l'expérience compte tenu de son statut de vaurien à lui, mais même les gens comme lui connaissaient les protocoles les plus élémentaires tant ils étaient à l'opposé de son propre quotidien. Il avait repéré Ella dans les rues de Freehaven, exhibant sur une cape bleue une broche presque ostentatoire. Beaucoup de marchands se pavanaient avec des bijoux en toc qu'ils exposaient fièrement en pensant que personne ne verrait la différence, mais pas lui. Lui, il connaissait la différence entre chaque métal, leur valeur, leur durée, mais surtout leur prix. Et celle de la princesse, il en aurait mis sa main à couper, valait une véritable fortune. Celle-ci ne se montrait d'ailleurs pas discrète – il aurait espéré qu'une femme de son rang prenne au moins la peine de se déguiser, même sommairement, mais elle n'en avait rien fait, probablement trop habituée aux bains de foule ponctuant ses passages réguliers à Freehaven. Sans doute pensait-elle que cela la rendrait plus populaire, plus... humaine. Plus capable de se mettre à leur niveau de petites gens d'un regard empli de pitié déguisée en compassion. La tolérance de Robin à l'égard des nobles était absolument inexistante, et personne ne lui avait jamais donné l'occasion de le détromper. La voix claire de la princesse s'éleva devant lui, lui demandant de sortir de sa cachette. Il étouffa un ricanement – s'il avait voulu se cacher, elle n'aurait jamais même ne serait-ce qu'imaginé sa présence à côté d'elle. Il s'exécuta cependant avec un sourire et poussa le sarcasme jusqu'à imiter une révérence en s'approchant d'elle. C'était bien cela que l'on était supposé faire devant une princesse, n'est-ce pas ? « Vous êtes chanceuse, vous auriez pu tomber sur une âme mal intentionnée, princesse. » Il insista sur ce dernier mot, qui sonna comme une moquerie plutôt que comme un compliment. « Oui, je sais qui vous êtes. Comme les trois quarts des gens que vous avez croisés sur votre chemin. C'est fort imprudent de votre part. » Robin improvisait – ce qui ne lui arrivait que rarement – sans savoir quelle direction il prendrait.

_________________

-- I've been looking for a lover, thought I'd find her in a bottle, god, make me another one, I'll be feeling this tomorrow. Lord, forgive me for the things I've done, I was never meant to hurt no one, I saw scars upon a broken-hearted lover.
Revenir en haut Aller en bas
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 483
avatar © : tiera skovbye ⋅ valtersen.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : ●●●●●● › brody ⋅ james ⋅ tc ‹ nola × robin ⋅ philip ⋅ jihen ‹ erathia.

MessageSujet: Re: you wanted to steal, now is your time (robin) Hier à 3:04

Elle l'est, chanceuse. Chanceuse de sillonner la ville en toute liberté, sans que personne ne s'interroge sur ses nombreuses allées et venues. Une aubaine pour une jeune femme de son rang. Si par le passé elle enviait Aurore et l'attention dont elle jouissait de par son titre de princesse héritière, son ressenti semble avoir bien changé depuis. À présent, elle n'échangerait leur place pour rien au monde, si ce n'est pour passer plus de temps auprès de Philip. Son Philip, son prince. Non, il ne sera jamais sien, elle se fait chaque jour un peu plus à cette idée. À cette vérité. Une pensée qu'elle s'empresse de chasser, refusant de se morfondre quand la nature avoisinante semble réclamer attention pleine et entière. Elle respire l'air frais et pur, sacrifiant corps et esprit, à la merci de son environnement. Un tableau tout sauf superficiel, artificiel, qui rallume la lueur dans ses yeux. Celle qui toujours s'éteint quand elle emprunte le chemin du retour. Un chemin semé d'embûches qui la mène vers des responsabilités et un rôle de plus en plus fastidieux qu'elle n'aspire guère plus à jouer. Elle s'est fait une place dans la capitale qu'on ne daigne lui accorder au sein du palais et des hautes sphères de Caerwyn. Elle n'est que l'alternative, la pièce de rechange, celle qui n'est bonne qu'à rester en retrait, à n'annoncer sa présence qu'une fois sollicitée, subissant les volontés de chacun avec la délicatesse qui lui est propre. Une qualité dont elle fait volontiers étalage pour satisfaire tous les partis en présence. Elle ne juge pas, Ella. Douce Ella qui accorde sa confiance à tous ceux qui ont un jour eu l'occasion de croiser son chemin, incapable d'admettre que certaines personnes cachent au plus profond d'eux une âme d'une noirceur rare qu'il lui serait judicieux d'éviter à tout prix. Prête à ignorer les rumeurs et faire la sourde oreille quand les retours ne satisfont pas son cœur d'or. Aussi c'est avec avide curiosité qu'elle s'en va à la recherche du trouble-fête qui vient interrompre sa communion avec la nature. Il se présente enfin à elle, et exécute une révérence qu'elle tente vainement d'intercepter. À Freehaven, ils sont sur le même pied d'égalité. Une réflexion bien hypocrite quand on sait qu'elle retournera à son confort bourgeois dans quelques heures tandis que les habitants de la capitale s'en iront retrouver des commodités rudimentaires. « Fort heureusement, il existe encore d'honnêtes gens pour m'ouvrir les yeux sur la vraie nature de l'homme. Mais dis-moi, qu'est-ce qu'une âme bien intentionnée comme toi faisait-elle tapie dans l'ombre ? » Amusée plus qu'apeurée par cet étranger dont elle devrait pourtant se méfier, la belle ne parvient à effacer le sourire qui éclaire perpétuellement son visage. Un sourire qui ne la quitte toujours pas, même quand il lui fait comprendre qu'il sait tout de sa véritable identité. Une observation des plus élémentaires comme il lui fait très rapidement remarquer. Fort imprudent de sa part ? Simple observation ou tentative d'intimidation ? Il est vrai qu'Ella ne fait pas preuve de grande circonspection accoutrée de sa cape d'un bleu royal, et des pierres précieuses qui reluisent près de son cœur, là où le souvenir de sa mère indéfiniment demeure. Ici, les nouvelles vont vite et si la jeune princesse ne se montre pas plus discrète, elle devra tirer un trait définitif sur ses excursions tenues jusqu'ici secrètes. La perspective de flâner dans la capitale entourée d'une garde rapprochée lui fait esquisser une moue déconfite qu'elle peine à dissimuler. À l'avenir, peut-être devrait-elle songer à se grimer et à se parer de tenues plus sobres pour ne pas attirer l'attention des âmes mal intentionnées. « Soit, tu sais qui je suis, comme les trois quarts des gens que j'ai croisés sur mon chemin, mais je ne sais pas qui tu es, ni pourquoi tu es ici. Faisons fi des détours inutiles, ta conduite ne prête nullement à l'équivoque. Pourquoi me suis-tu ? Quelles sont tes intentions ? » Elle étudie ce visage étranger avec intérêt, perdue entre son instinct de préservation qui lui intime de prendre la fuite et l'appel de l'inconnu, du risque qu'elle n'est jamais autorisée à prendre entre les murs du palais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you wanted to steal, now is your time (robin)

Revenir en haut Aller en bas

you wanted to steal, now is your time (robin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LES MANGAS
» [ZEN] Time Sieve
» Time vault
» Impossible de connecter mon lapin via une Time Capsule
» Hockey time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: erathia, engla beorhtast :: caerwyn :: freehaven-