Partagez|

“When the moment is right, confess your love…”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Piper Hewitt
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny, starbuckscrazy
date d'inscription : 29/12/2018
messages : 420
avatar © : hailee steinfeld ; mistspell ; (gif leslie)
fairytale counterpart : belle
activité rp : ●●●●● jeanne ; william ; lancelot ; gaston ; guenièvre

MessageSujet: “When the moment is right, confess your love…” Lun 7 Jan - 23:54



Voilà deux jours que l’agression a eu lieu, deux jours que Belle n’a pas pu se rendre à la roseraie auprès de William. Durant ces dernières quarante huit heures, son père, étrangement revenu à la raison, s’est occupé d’elle du mieux qu’il a pu. Lancelot, chevalier de la table ronde, et accessoirement, le père biologique de William, l’avait ramené saine et sauve chez son père, après l’avoir sauvé des griffes de malfrats, prêt à lui voler le maigre butin que la jeune femme pouvait avoir sur elle. Dieu seul sait ce qu’ils auraient pu faire de plus à la jeune femme, si Lancelot n’était pas intervenu à ce moment précis. Mais la jeune femme ne veut pas penser au pire, parce que Lancelot est arrivé, l’a sauvé et c’est bien là tout ce qui compte. Evidemment, la nouvelle a fait le tour de Camaaloth, Thomas, sa petite lumière dans un monde de ténèbres, est venue s’enquérir de son état, et par la même occasion, a pris la lettre qu’elle avait rédigé pour William, lui expliquant et s’excusant de son absence à leur rendez-vous. Et bien sur, peu de temps après le départ de Thomas, c’est Gaston qui a son tour est venu lui rendre visite. Si Thomas a su se faire calme et discret pour ne pas la perturber dans son repos, Gaston s’est montré tonitruant et faussement révolté à l’égard des malfrats qui l’avaient agressé. Il aurait hurlé et pesté qu’il vengerait la jeune femme que cela ne l’aurait guère surprise. Heureusement, Gaston s’était bien gardé de ce genre de commentaires, et avait fini par la laisser seule avec son père, se reposant du mieux qu’elle le pouvait. Pour autant, au bout de deux longues journées à se reposer, Belle n’en pouvait plus et souhaitait plus que tout retrouver William, qu’elle jugeait ne pas avoir vu depuis bien trop longtemps à ses yeux. C’est donc après avoir embrassé son cher papa, que Belle prend la direction de la roseraie, certainement plus anxieuse que la dernière fois. Mais cela n’est guère surprenant après sa dernière mésaventure. Cette fois ci, Belle ne s’arrête pas pour humer les fleurs en chemin. Sa cape est ramenée sur son visage, cachant ainsi ses traits. Son pas est rapide, sa démarche fluide à mesure qu’elle avance sur cette route qu’elle connait si bien. Le temps se gâte et quelques gouttes font leur apparition. En l’espace de cinq minutes, la météo se dégrade et une averse s’abat sur la jeune femme, l’obligeant à courir jusqu’à la roseraie. Lorsqu’elle arrive enfin à sa destination, ses cheveux gouttent le long de son visage et de sa nuque, mais tout ce qui inquiète Belle sur l’instant, est l’état dans lequel se trouve le livre qu’elle a ramené à William. Son pas hâté a visiblement alerté ce dernier qui l’attend à l’entrée de la roseraie, un sourire discret sur son visage. Belle s’avance doucement vers celui qui a désormais volé son cœur. Sa main vient caresser sa joue, effleurant quelques cicatrices marquant son visage. Ce dernier est marqué par de nombreux stigmates, causé par le courroux de son père adoptif, seigneur de kriegspire. Pas une seule fois Belle n’a montré le moindre signe de dégoût, de peur, face à celui surnommé la bête, par les gens des alentours. Tout ce qu’elle a su voir au travers de ses cicatrices, fut la douleur, l’incompréhension, ce sentiment de rejet qu’il a du ressentir depuis des années. Belle n’est pas femme à se laisser effrayée par l’apparence d’un homme, simplement parce qu’un tyran a décidé d’en faire son souffre-douleur. Au-delà des cicatrices, elle voit un bel homme, aux traits fins, harmonieux, aux yeux rieurs. Mais par-dessus tout, ce qui a su charmer la jeune femme fut ce sourire, d’une sincérité comme l’on n’en fait peu. Aucune cicatrice, aucun coup ne saurait camoufler ce sourire, ancré en lui, comme la part la plus sacrée de son être. « Ces derniers jours sans toi ont été un véritable calvaire. J’ai bien cru ne jamais te revoir. » Souffle-t-elle, pendant que ses bras viennent s’enrouler autour de lui. Ses lèvres n’ont pas cherché les siennes encore, pudique, et ce, malgré tout l’amour qu’elle lui porte. Elle attend un geste, un signe de William. C’est toujours avec douceur qu’elle agit envers lui, ne voulant pas le brusquer, pas après tout ce qu’il a traversé.
Revenir en haut Aller en bas
kisses on the forehead
Austin Carlyle
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : MAS VARES, leslie.
date d'inscription : 23/12/2018
messages : 136
avatar © : douglas booth, BONNIE.
fairytale counterpart : william (the beast).
activité rp : (closed) belle, guenièvre, tg no, team pendragon = hell.

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Sam 12 Jan - 12:15

William avait commencé à faire des cauchemars peu de temps après la découverte scandaleuse de son véritable lignage. La nuit suivant la première journée où Arthur s’était abandonné à sa colère contre lui, il était resté de longes heures immobile dans un lit trop large, minuscule et pétrifié. Le sommeil avait fini par l’emporter à une heure impossible et il s’était aventuré de mauvais rêves en mauvais rêves, une pellicule de sueur couvrant fiévreusement son petit corps. Si toutes ses nuits passées en quinze ans ne faisaient guère totalement écho à celle-ci, William multipliait malgré tout les insomnies. Une lutte épuisante qui démarrait chaque soir lorsqu’il regagnait à contre coeur son lit. Immanquablement, il lui fallait s’adonner à un combat épuisant avant de réussir à atteindre un état de détente suffisant pour sombrer dans un sommeil tortueux et douloureux. Une quiétude constamment ébranlée, lacérée par Arthur voilà bien des années. Le temps passé depuis n'y faisait rien. Les ombres demeuraient, se massant immanquablement autour de William. Elles s'étaient faites plus sombres et étouffantes quand, deux jours plus tôt, Belle ne s'était pas présentée à lui comme convenu. William l'avait attendue. Longtemps. Il avait patienté, le coeur battant, son regard bleuté embrassant fiévreusement les environs. Belle n'était jamais apparue et une énième guerre s'était engagée dans l'esprit tourmenté de William. Son inquiétude avait atteins des sommets, son corps tendu agité de tremblements. Son souffle s'était coincé sur sa gorge et il avait longuement hésité à s'arracher à sa douce solitude pour partir à la recherche de la jeune fille. Il avait effectué plusieurs rondes, en vain. Lorsque la nuit était tombée, il avait été plus que jamais incapable de s'abandonner au sommeil. Il ne s'était d'ailleurs même pas couché, trop conscient qu'il était du caractère vain d'une telle entreprise. Il avait passé la nuit devant l'âtre d'une cheminée, les flammes rehaussant de leur chaude lueur les boursouflures et cicatrices habillant furieusement ses traits. Il avait lu, ou du moins il s'y était essayé. Il avait tourné les pages en jetant un regard absent à leur contenu, incapable qu'il était de se concentrer. Son esprit demeurait inlassablement tourné vers Belle alors que les pires scénarios se dessinaient dans sa tête. Il avait essayé de se convaincre qu'il l'aurait senti. Que si quelque chose de mal était arrivé à Belle, il le saurait. Pensée qui n'était pas parvenue à l'apaiser. Il avait fallu que Lumière se présente à lui le lendemain pour qu'il recommence à respirer convenablement.
William avait quasiment arraché la missive écrite par Belle des mains de l'entendant et n'avait pas entendu de se retirer pour en lire contenu. Le regard fou et ourlé de fatigue, il avait parcouru les lignes, les battements de coeur se faisant moins affolés au fil de sa lecture. Vaguement, il avait balbutié des excuses d'une voix bourrue avant de disparaître à l'intérieure de sa demeure. La main refermée sur le papier, il avait dut résister à une envie vociférante de la rejoindre. Il avait besoin de la voir. De constater par lui-même qu'elle allait bien. Un désir viscéral qu'il était parvenu à contrôler au prix d'un gros effort. Chaque instant passé loin d'elle demeurait malgré tout une lutte nouvelle. Sa propre immobilité lui était presque insupportable. Il arpentait son domaine, le regard brillant et le corps trop raide. Malgré tous ses efforts, il ne parvenait pas à détourner ses pensées de Belle. Tel un fauve en cage, il demeurait à l'agonie, rendu fou par une attente qui lui paraissait franchement interminable. Il se déplaçait dans la roseraie, presque indifférent à la beauté des fleurs. Lorsque la pluie se mit à tomber, doucement et puis fortement, il demeura à l'extérieur, trempé, sourd à tout cela. Attraper la mort était le dernier de ses soucis en cet instant.
Et puis, brusquement, elle apparu. Alors qu'il ne l'attendait plus, elle entra dans son champ de vision, trempée, mais indéniablement vivante et bien portante. Le coeur de William lui remonta dans la gorge. Elle était là. Elle était là. William demeura immobile, figé. Ses jambes lui paraissaient trop lourdes, comme brusquement constituées de pierre. Se fut à Belle de dissoudre la distance entre eux deux. Il la regarda progresser lentement vers lui en la couvant du regard. « Belle » prénom soufflé, murmuré. Arrivée devant lui, elle tend une main, parcourant de ses doigts sa peau saturée de cicatrices. Il la laisse faire. Il ne frissonne pas, ne bronche pas. Il sursaute tout au plus, légèrement. Il est malgré lui toujours surpris de constater comme ce faciès ne la révulse pas. Aucune trace de dégout quelconque dans son regard. Jamais. Ça le réconforte. Il a l'impression de regagner tant bien que mal une partie de lui dont on l'a amputé voilà bien des années. Il se sent bien, toute souffrance apaisée. « Ces derniers jours sans toi ont été un véritable calvaire. J’ai bien cru ne jamais te revoir. » Elle l'enserre doucement de ses bras, ne va pas plus loin. Jamais elle ne le brusque, lui témoignant plus d'attention et de tendresse que n'importe qui d'autre en ce monde. Doucement, il incline son visage vers le sien et vient presser ses lèvres humides contre les siennes. Un baiser léger, ourlé de timidité. L'attitude réservée d'un homme guère accoutumé à ce genre de choses. Il met ensuite fin au baiser et viens doucement frotter son nez contre le sien, savourant la sensation de leurs souffles qui s'entremêlent. « Tu m'as tellement manqué. » Il ne peut réfréner l'envie de lui dérober un nouveau baiser avant d'attraper l'une de ses mains. « Entrons, je ne veux pas que tu attrapes froid » reprit-il en commençant à prendre la direction de la demeure qui s'élevait derrière lui, beauté grise, impérieuse et timide.
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Piper Hewitt
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny, starbuckscrazy
date d'inscription : 29/12/2018
messages : 420
avatar © : hailee steinfeld ; mistspell ; (gif leslie)
fairytale counterpart : belle
activité rp : ●●●●● jeanne ; william ; lancelot ; gaston ; guenièvre

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Mar 22 Jan - 23:51


La seule vision de William se dessinant sous ses yeux suffit à lui arracher un sourire, quelque peu douloureux. Les stigmates de son agression sont encore assez frais dans son esprit, parce que même si les dégâts ont été limité, la jeune femme a bien été secoué et a chuté à plusieurs reprises au sol. Alors évidemment, son visage est sensible, au point qu’un sourire lui écorche quelques élancements. Mais qu’importe la douleur, le bonheur de voir celui qui a dérobé son cœur est bien plus important. Avec douceur, ses doigts errent sur le visage de William, sans chercher à le brusquer. Par ce geste, Belle a toujours espéré montrer à celui que les gens appellent la bête, qu’il est bien plus que ça, bien plus que le monstre dépeint par de nombreux habitants de kriegspire. A ses yeux, ses cicatrices sont simplement le symbole et la marque d’un père bien trop violent, bien trop fou. Mais les gens ne voient que l’aspect physique de William, ses traits marqués et déformés par des dizaines de coups. Les kriegspiriens sont parfois bien trop focalisés sur ce qu’ils voient, incapables de voir au-delà des apparences, de voir toute la bonté et la générosité dont peut faire preuve William. Alors Belle s’évertue à faire le travail de tout un peuple, de lui faire oublier les insultes, brimades et autres agressions. Les lèvres de William viennent enfin sceller un baiser avec sa douce, soulageant la jeune femme, et l’apaisant en un instant. Trois jours à ne pouvoir le voir, ne pouvoir le rassurer. Une véritable torture. Et ce baiser vient mettre un terme à ce calvaire et lui fait oublier tout ce qu’elle vient de traverser. « La seule pensée de te savoir sain et sauf à la roseraie est la seule chose qui m’a fait tenir. » Mais pas suffisamment pour calmer son impatience à l’idée de le revoir. Ce n’est guère une surprise, depuis que le chemin de ces deux-là se sont croisés, Belle a bien du mal à se contenter d’une visite par semaine à la roseraie. C’est parfois bien insuffisant pour la jeune femme, qui rêverait de passer plus de temps aux côtés de William. Mais malheureusement, le destin en a décidé autrement, et a choisi de rajouter un troisième protagoniste sur leur chemin, la pire des personnalités, l’infâme Gaston. Si cela ne tenait qu’à Belle, la jeune femme aurait déjà quitté kriegspire en compagnie de William, mettant derrière eux le poids d’un passé bien trop dur à porter. Fâcheusement, son bien-aimé est le fils du seigneur de kriegspire et à ce titre, ne peut aisément quitter le royaume. Parce que même si Arthur n’a pas d’amour pour son fils, il est quasiment certain qu’il n’acceptera jamais le départ de son cadet. « Après avoir passé deux jours enfermée chez moi à me reposer, crois bien que je ferai tout pour éviter de ne tomber malade. » Elle suit docilement William au sein de la roseraie, s’approchant du feu pour essayer de se réchauffer un tant soit peu. Le cadet Pendragon lui apporte rapidement une serviette pour essorer ses cheveux, gouttant sur sa tenue abîmée par l’usure du temps. Elle s’en saisit rapidement, avant de la reposer au bord de la cheminée et de la faire sécher. « Je suis désolée si je t’ai fait peur. Thomas t’a bien apporté ma lettre ? Gaston tournait autour de la maison, alors Thomas n’a pas pu me confirmer avoir fait la livraison. » Elle aurait souhaité voir William bien plus rapidement mais malheureusement Gaston était fourré là où l’on ne souhaitait pas. Ce dernier semble toujours se mettre en travers de son chemin, ne supportant visiblement pas que Belle ait choisi son frère, le monstre dépeint par tant de gens. Mais ce n’est guère une surprise, Gaston, imbu de lui-même, ne supporte pas être le vilain petit canard. Parce que finalement, celui rejeté par tous, c’est bel et bien lui. Les rumeurs veulent que Blanche l’a elle aussi éconduit. A croire que Gaston ne peut se trouver une femme par lui-même, et se retrouve à faire la cour aux femmes de ses frères. Quelle tristesse, s’en est ridicule. Finalement, la jeune femme aborde le sujet qui lui brûle les lèvres depuis son arrivée à la roseraie. Elle ne sait pas réellement par quoi commencer parce qu’elle sait pertinemment que c’est un élément sensible qu’elle va mentionner. « Tu sais, c’est Lancelot qui m’a sauvé de ces truands… il m’a sauvé la vie. » Meaning, ton père biologique est un héros et je lui dois une reconnaissance éternelle. C’est compliqué pour la jeune femme, parce qu’elle ne veut prendre aucun parti, être la plus neutre possible. Belle sait à quel point la situation est compliquée entre Lancelot et William. Seulement, elle ne peut s’empêcher de vouloir parler en bien du chevalier à son fils.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
kisses on the forehead
Austin Carlyle
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : MAS VARES, leslie.
date d'inscription : 23/12/2018
messages : 136
avatar © : douglas booth, BONNIE.
fairytale counterpart : william (the beast).
activité rp : (closed) belle, guenièvre, tg no, team pendragon = hell.

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Mer 23 Jan - 15:52

« Ces derniers jours sans toi ont été un véritable calvaire. J’ai bien cru ne jamais te revoir. » Et il y avait quelque chose de foncièrement doux dans chacun des mots qu'elle prononçait. La certitude que quelqu'un se souciait de lui. Une preuve d'amour constamment prononcée, fièrement exhibée. Parfois, il avait du mal à seulement croire que tout cela arrivait réellement. Quand il nouait ses bras autour de sa taille, quand elle laissait ses mains s'égarer sur ses cicatrices, l'expression faciale dénuée de toute trace de révulsion. Dans ces moments de plénitude, il ressentait presque le besoin de se pincer pour s'assurer qu'il n'était pas en train de dormir d'un sommeil nerveux et agité. De bien des façons, Belle lui apparaissait encore comme étant irréelle. Une apparition divine et parfaitement inopinée. L'écho saisissant d'une vie à laquelle il ne s'était jusqu'alors jamais laissé aller à rêver. Avant de la rencontrer, William était presque résigné. Il était résolu à se contenter de trop peu, tâchant de se convaincre qu'il n'avait besoin de rien d'autres que cette bâtisse un peu triste, encerclée de roses venues ajouter un peu de beauté au cadre autrement trop austère. C'est mieux que ce que tu avais avant. Des paroles qu'il se récitait fiévreusement avant Belle. Une façon de se convaincre qu'il avait pris la bonne décision en quittant la demeure de son enfance. Il avait acquis une liberté toute relative en s'installant seul, mais c'était uniquement quand Belle avait fait son apparition dans son quotidien solitaire qu'il avait senti s'échouer sur ses lèvres un vague parfum d'espoir. La proximité de la jeune femme et l'affection inespérée qu'elle lui portait avait rendu à son monde bien des couleurs. Un univers encore fragile que le sien, aussi entaché et lacéré que la peau de son visage, mais un univers malgré tout décent. Un monde au sein duquel il lui était possible de s'imaginer un avenir. C'était là ce que Belle représentait pour lui. Une vie qui vaille la peine d'être vécue. Une raison de s'extirper des draps chaque matin. Tout. Elle était tout. « Après avoir passé deux jours enfermée chez moi à me reposer, crois bien que je ferai tout pour éviter de ne tomber malade. » Non sans lui adresser un nouveau sourire saturé de tendresse, William fit volte face vers la demeure. Une fois à l'intérieur, il referma d'un geste leste la porte derrière eux et se mit sans attendre en quête d'une serviette. Une fois le bout de tissu en main, il le tendit à Belle pour qu'elle essore sa longue tignasse trempée. William la regarda faire, perdu malgré lui dans sa contemplation et peu soucieux de s'occuper de sa propre chevelure. « Je suis désolée si je t’ai fait peur. Thomas t’a bien apporté ma lettre ? Gaston tournait autour de la maison, alors Thomas n’a pas pu me confirmer avoir fait la livraison. » L'expression de William se fit nettement moins rêveuse alors que le prénom de son grand frère surgissait soudain dans la conversation. Gaston. Une ombre parmi bien d'autres. Un problème à gérer. « Je l'ai bien reçue » répondit-il simple d'une voix douce, peu désireux qu'il était de parler de son aîné. Une menace crispante qui peinait William davantage qu'il ne consentait à l'avouer. D'abord fruit de la haine d'Arthur, voilà qu'il lui fallait aussi composer avec celle de son grand frère. Un bien laid portrait de famille. « Tu sais, c’est Lancelot qui m’a sauvé de ces truands… il m’a sauvé la vie » En parlant de son miséreux lignage, voilà que surgissait le nom de son vrai père dans la conversation. Malgré lui, le corps de William se tendit un peu à cette allusion. S'il avait consenti à essayer de nouer un lien avec son père après la visite surprise de ce dernier, parler de Lancelot était encore source de gêne et d'embarras pour lui. Outre l'impact émotionnel suscité par chaque allusion à son vrai père et il avait l'impression absurde de trahir l'homme qu'il l'avait élevé, comme s'il devait quoique ce soit à Arthur. C'était là une pensée qu'il préférait taire et ce même à Belle à qui il avait pourtant fait plus de confidences qu'à n'importe qui d'autre en ce monde. Elle ne comprendrait pas l'amour qu'il continuait à porter à un homme qui n'avait eut de cesse de lui gâcher la vie depuis la petite enfance. William lui-même en était incapable. Ce désir qu'il continuait à nourrir de gagner enfin l'affection d'Arthur... C'était tout bonnement ridicule. Il aurait dut haïr cet homme. Le fait qu'il ne ressente rien de tel à son égard... L'anormalité de cette situation lui pesait. « Il aura toujours ma reconnaissance pour cela. » Répondit William aux propos de Belle. Non pas que son père en fasse grand cas, il le savait bien. Lancelot n'était pas en quête de sa reconnaissance mais de son affection. Retrouver le fils dont Arthur l'avait privé voilà plus de quinze ans. Une requête à laquelle William n'était pas sûr de pouvoir accéder même s'il avait consenti à essayer. « Il est venu me trouver ici il y a quelques jours. C'était un moment très... » William se mordit la lèvre, peinant à finir convenablement cette phrase. Angoissant ? Gênant ? Perturbant ? Émouvant ? Assourdissant ? Tout ça à la fois ? « Troublant. » Oui, c'était un adjectif relativement décent pour dépeindre ces drôles de retrouvailles. William porta une main à sa nuque rendue humide par la pluie. « Il était là à me couver du regard, attendant de toute évidence quelque chose de moi et je ne savais pas quoi faire, ou quoi dire. » Après toutes ces années passées à nourrir une rancune grossière envers l'homme dont il partageait le sang, William était resté comme pétrifié lors de la confrontation. Une grosse partie de sa colère s'était essoufflée face au regard brillant d'amour et de regret de son père. Il ne s'était pas attendu à ça.

 
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Piper Hewitt
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny, starbuckscrazy
date d'inscription : 29/12/2018
messages : 420
avatar © : hailee steinfeld ; mistspell ; (gif leslie)
fairytale counterpart : belle
activité rp : ●●●●● jeanne ; william ; lancelot ; gaston ; guenièvre

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Jeu 31 Jan - 22:36


Un soupir s’échappe de ses lèvres lorsqu’elle apprend que Lumière a pu délivré sa lettre auprès de William. C’est un soulagement parce que cela veut dire que ce dernier n’a pas eu d’occasion de s’inquiéter, et surtout que Gaston n’a pas mis la main sur la précieuse missive. Qui sait ce que le fils du seigneur de kriegspire aurait pu faire avec un tel objet en sa possession ? Mais la jeune femme souhaite effacer cette idée de son esprit, pour s’offrir un peu plus de tranquillité, après une semaine bien trop mouvementée pour la vie paisible de la jeune femme. Elle suit docilement l’amour de sa vie derrière les portes de la roseraie, qui lui offre de quoi se sécher après une averse terrible. La jeune femme ne manque pas de tendre à William la serviette pour qu’il essuie à son tour sa chevelure trempée par les trombes d’eau. Inutile qu’il tombe lui aussi malade. Belle ne pourrait rester à ses côtés pour l’aider à guérir et imaginer William seul, malade, dans la roseraie a le don de l’inquiéter plus que de mesure. Mais de toute façon, tout ce qui concerne William l’inquiète plus qu’elle ne le devrait. C’est le centre de son univers, la personne qui compte le plus à ses yeux, et si un malheur devait lui arriver, Belle ne sait pas ce qu’il adviendrait d’elle. Son monde s’écroulerait, purement et simplement. Mais elle refuse d’y penser, pour éviter de s’offrir des pensées bien trop horribles. La fille du savant fou préfère aborder un sujet plus délicat, celui de la famille, et du père biologique de William. Lancelot l’a sauvé, et à ce titre, Belle aura toujours une reconnaissance éternelle envers lui. Mais c’est compliqué pour la jeune femme, de ressentir une telle gratitude à l’égard de son sauveur, du géniteur de William. Parce qu’au fond, elle lui en veut malgré tout, d’être la source de tous les tracas de la vie de William, d’être la raison pour laquelle ce dernier a dû subir le courroux d’un père fou et violent. C’est une position compliquée et Belle ne sait pas quelle attitude adoptée. Pourtant, elle choisit de mettre en avant l’attitude chevaleresque de Lancelot. Parce qu’au fond, ce dernier s’est contenté de tomber amoureux de la mauvaise personne, en a résulté la naissance de William. Rien n’aurait pu prédire l’ire d’Arthur et la folie qui s’était emparée de ce dernier. William semble être reconnaissant envers Lancelot d’avoir sauvé sa dulcinée, mais la jeune femme garde le silence, laissant le temps à William de digérer l’information. Il semble finir par aborder à son tour la rencontre qu’il a eu quelques temps auparavant avec Lancelot. Encore une fois, elle se contente de l’écouter, préférant être une épaule sur laquelle il peut se reposer, ni plus, ni moins. Ses lèvres restent scellées et sa main vient serrer celle de William, comme pour le soutenir et l’inciter à continuer ses révélations. Ce n’est pas chose facile que d’évoquer une situation si compliquée que celle-ci. « Déjà tu lui as laissé une chance de s’exprimer, d’aborder un passé compliqué entre vous deux, ce n’est quand même pas rien. » Mais c’est compréhensible que William n’ait pas été en mesure de répondre immédiatement à Lancelot, et d’arriver à lui offrir les réponses qu’il pouvait peut-être chercher en lui rendant visite. Il fallait bien se dire qu’un jour ou l’autre, Lancelot allait se présenter à William. Ils ne pouvaient pas s’éviter l’un et l’autre indéfiniment parce que pour deux personnalités si importantes à la vie de kriegspire, leurs chemins allaient forcément se croiser à un moment donné. Il faut croire que Lancelot avait pris les devants en venant rendre visite à William à la roseraie. « Il a eu vent de ton existence toute sa vie, c’est normal qu’il ait cherché à te rencontrer et à en savoir plus. » La jeune femme porte un verre d’eau à ses lèvres avant de reporter son attention à nouveau sur William. « Sans parler de rattraper le temps perdu, vous avez eu la possibilité d’échanger un peu ? » Lancelot n’a dit que peu de choses à Belle lorsque ce dernier l’a sauvé des malfrats, se contentant d’énoncer son nom, son rang, sans dévoiler d’autres informations. A l’énonciation de son nom, Belle s’était d’ailleurs figée une fraction de seconde avant de se reprendre, pour ne rien laisser paraître. Elle avait su immédiatement qui il était sans avoir à lui poser de questions supplémentaires. Elle avait bien vu l’intérêt que Lancelot lui avait porté, les questions qu’il lui avait posées, sur les raisons de sa visite à la roseraie. Mais Belle n’avait rien laissé paraître, préférant attendre sa visite à William, pour en parler avec lui. « Vous allez vous revoir ? Du moins, en as-tu envie ? Je n’imagine pas à quel point ça a dû te perturber et te laisser mille questions sans réponses. » Impossible pour la jeune femme de se mettre à la place de son amoureux, d’imaginer la confusion qui doit régner dans son esprit, face à une telle rencontre. Mais Belle fera de son mieux pour l’aider à affronter cette difficulté, que ce soit en silence ou simplement par sa présence, Belle sera là, quoi qu’il advienne.
@austin carlyle
Revenir en haut Aller en bas
kisses on the forehead
Austin Carlyle
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : MAS VARES, leslie.
date d'inscription : 23/12/2018
messages : 136
avatar © : douglas booth, BONNIE.
fairytale counterpart : william (the beast).
activité rp : (closed) belle, guenièvre, tg no, team pendragon = hell.

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Ven 1 Fév - 21:07

« Déjà tu lui as laissé une chance de s’exprimer, d’aborder un passé compliqué entre vous deux, ce n’est quand même pas rien. » William acquiesça d’un mouvement de tête. Compliqué. C’était très certainement le mot adapté pour dépeindre tout cela. En dépit de leur lien de parenté, Lancelot était pour ainsi dire un étranger aux yeux de son propre fils, une vérité bien connue que le prince avait malgré tout eut le bon goût de ne pas jeter à la figure de son père.  La rencontre n’en avait pas été moins gênante pour autant. Encore à présent, William ne pouvait pas y penser sans éprouver l’envie de baisser les yeux. Il n’avait jamais aimé s’exprimer plus que de raison sur son drame familial et les années passées n’y avaient rien changé. S’il ne lui en avait pas non plus parlé des heures durant, Belle faisait figure d’exception à ce sujet. Au bout d’un moment, William avait fini par se sentir suffisamment en confiance avec lui pour consentir à lui délivrer le récit peu glorieux de sa vie. Belle l’avait écouté tout du long, sans jamais l’interrompre. Elle ne l’avait pas questionné plus que de raison et ne l’avait pas non plus poussé à la confidence, ce qui aurait été le meilleur moyen de s'assurer qu'il se braque. Elle avait été parfaite, comme toujours. Patiente, compréhensive, idéale. « Il a eu vent de ton existence toute sa vie, c’est normal qu’il ait cherché à te rencontrer et à en savoir plus. »  William, qui avait entre-temps cessé de triturer sa tignasse humide, malaxait désormais la serviette qu'il continuait de tenir entre ses mains. Il avait toujours été ainsi. Depuis l'enfance, il éprouvait toujours le besoin d'occuper ses mains lorsqu'il éprouvait un sentiment de malaise persistant. Une habitude bien trop visible qui ne parvenait pas à lui passer. « Sans parler de rattraper le temps perdu, vous avez eu la possibilité d’échanger un peu ? » William se fendit d'un haussement d'épaules. Cette rencontre père-fils lui avait parue à la fois insolemment longue et effroyablement courte. Un instant étrange qui lui avait laissé un drôle d'arrière-goût en bouche. Peut-être était-ce dut au fait qu'il s'était maintes fois imaginé ces retrouvailles. Cela avait rendu l'instant un peu irréel, péniblement sorti des brumes vaporeuses de son imagination. « C'était... » William se mordit la lèvre, cherchant le mot adapté. « Un début. » Il ne parvenait pas à se défaire du sentiment que Lancelot avait très certainement dut être un peu déçu. Tout du long de leur rencontre, William était resté légèrement en retrait, sa langue peinant considérablement à se délier. D'un autre côté, il aurait pu se montrer bien plus dur et froid. Lorsqu'il s'imaginait devant son père par le passé, il éprouvait toujours une forme de colère. De la rancune envers cet homme qu'il était pourtant sensé aimer. Un père qui n'avait jamais eut le loisir ou l'opportunité d'endosser véritablement ce rôle. Un géniteur fantomatique qui ne l'avait pas élevé, constituant une ombre dans son monde, un écho douloureux qu'il n'était jamais parvenu à vraiment ignorer. « Je ne lui ai pas claqué la porte au nez. Compte tenu des circonstances, j'imagine que c'était déjà quelque chose. » Lâcha William. Il aurait pu. S'adonner à ce ressentiment qui lui meurtrissait le palpitant. Il s'était longtemps figuré qu'il agirait ainsi si son père se présentait à sa porte, repentant et désireux de tisser un lien avec son enfant. Ce n'était pas ce que William avait fait cependant et c'était déjà beaucoup. S'il ne s'était pas abandonné dans les bras de son père, il ne l'avait pas non plus repoussé avec véhémence hors de son existence. Il avait entrouvert une porte. La voie était là, dessinée. Un peut-être. Une raison d'espérer. C'était tout ce que William avait à offrir. Il aurait été bien périlleux et maladroit de lui en demander d’ores et déjà davantage. « Vous allez vous revoir ? Du moins, en as-tu envie ? Je n’imagine pas à quel point ça a dû te perturber et te laisser mille questions sans réponses. » William secoua légèrement la tête, gagné par la confusion. Il était difficile pour lui de mettre le doigt sur ce qu'il ressentait exactement. Comme bien trop souvent à son goût dans son existence, il se sentait un peu perdu, malmené par des vents contraires. Les effluves de rancune se mêlaient à la curiosité. Des relents d'espoirs venus percer une obscurité qui n'avait que trop duré. Que voulait William exactement ? Il était bien incapable de le dire lui-même. Il voulait tout. Une famille. Un foyer. Quelque chose ou quelqu'un qui puisse pallier ce vide que même Belle ne parvenait pas totalement à combler. Il voulait tant, il voulait trop. C'en était presque douloureux en fait. « On se reverra, oui, je suppose. Il en a très clairement formulé la demande. » Lancelot n'avait nullement cherché à dissimuler son désir de se rapprocher de lui et William n'avait pas ouvertement rincé ses espoirs non plus. « Et c'est aussi ce que je veux. » Si son ton se faisait légèrement chancelant, une note de certitude perçait néanmoins dans sa voix. « C'est mon père. Je suis naturellement curieux à son sujet. » Malgré la peine, malgré la colère. En dépit de tout ce ressentiment fiévreusement emmagasiné, il avait sincèrement envie de connaître l'homme dont il partageait le sang. Il ne lui pardonnait pas, pas entièrement, mais une part de lui n'en était pas moins foncièrement désireuse de glaner des informations à son sujet. William poussa un soupire, le coeur inévitablement serré à cette idée. « Mais je ne peux pas m'empêcher de culpabiliser » avoua-t'il d'une voix plus basse, presque dans un murmure. Un drôle d'aveux qu'il peinait à faire.
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Piper Hewitt
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny, starbuckscrazy
date d'inscription : 29/12/2018
messages : 420
avatar © : hailee steinfeld ; mistspell ; (gif leslie)
fairytale counterpart : belle
activité rp : ●●●●● jeanne ; william ; lancelot ; gaston ; guenièvre

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Jeu 21 Fév - 23:32


Il y a encore quelques mois, tout aux plus deux ans, il aurait été improbable d’imaginer que William aurait pu se confier de la sorte à Belle, s’ouvrant et répondant à ses questions avec tant de sincérité, de sensibilité et fragilité. Auparavant, il aurait balayé d’un revers de main toutes les questions dont l’assenait Belle, ronchonnant et baragouinant l’ennui qu’elle lui provoquait. Mais à mesure que le temps avançait et que les sentiments naissaient entre eux, William s’était ouvert à elle, acceptant non sans difficulté les interrogations qu’elle pouvait avoir, et offrant une réponse la plus proche de la vérité qu’il le pouvait. La jeune serveuse de l’auberge des Bonnacieux faisait de son mieux depuis plusieurs mois, pour lui apporter tout le soutien dont elle était capable. Elle se hasardait à poser quelques questions personnelles, s’offrant le luxe d’une curiosité qu’elle n’imaginait pas mal placée. Elle souhaitait simplement aider William à s’ouvrir un peu plus au monde, à ne pas s’enfermer sur les crimes qu’avait commis Arthur à son encontre. Peut-être s’y prenait-elle mal, elle n’en savait rien. Mais Belle avait le mérite d’essayer. Et par amour pour William, la jeune femme était prête à tout, parce que nul autre personne n’avait su voler son cœur comme le fils Pendragon. C’est donc à son tour de le soutenir lorsqu’il en a besoin, et tout particulièrement dans une situation où le passé revient vous hanter de la sorte. « J’imagine qu’il a dû être déjà très touché que tu acceptes de lui ouvrir la porte. C’est aussi une porte ouverte à une possible relation, ce n’est pas rien. » Accepter de lui ouvrir la porte est littéralement et métaphoriquement la possibilité d’une nouvelle relation, d’accepter ce lien de filiation pourtant inconnu jusqu’à il y a peu de temps. C’est peut-être l’opportunité pour William de faire la paix avec lui-même, d’en apprendre un peu plus sur ses origines, et peut-être de s’offrir à son tour un peu de sérénité dans sa vie. C’est tout ce qu’elle lui souhaite Belle, d’être un peu plus apaisé avec sa propre personne, et de s’accepter, tel qu’il est, pour l’homme fantastique qu’il est. « C’est bien s’il a demandé à te revoir, c’est bon signe pour l’avenir. » Et surtout, ça incite William à entrevoir un avenir, et c’est certainement le plus important à accepter, qu’il puisse voir sur le long terme, espérer un avenir avec son père, quel qu’il soit. « Cette curiosité est peut-être la mieux placée qui soit. J’espère qu’elle t’aidera à répondre aux questions qui te taraudent l’esprit depuis tant de temps. » Belle ne peut s’imaginer à quel point cela doit être compliqué pour William de ne pas comprendre d’où il vient, de grandir avec un père qui le déteste, sans savoir pourquoi, sans pouvoir lui dire qu’il n’a rien demandé à personne, il n’a pas demandé à être le fruit d’une infidélité. Toute sa vie, on lui a imposé des choses, un père autoritaire, une mère impuissante, une vie à l’extérieure du château, loin de sa fratrie, sans qu’il ait pu jamais dire la moindre chose pour se défendre. Sa vie lui a été imposé, et il n’a jamais pu en disposé par lui-même. Et voilà que William prononce des paroles qui laissent Belle sans voix, l’espace de quelques instants. « De la culpabilité ? Je ne comprends pas, c’est ton père, il n’y a rien de mal à vouloir le rencontrer et à en savoir plus sur tes origines. » Elle tente de comprendre le sens de ses paroles, de cette culpabilité qui semble le ronger à mesure qu’il parle de son père biologique. Mais aucune culpabilité n’a de place dans cette histoire, du moins pas pour William. Que les adultes et parents de William se sentent coupables, c’est une chose et ce serait d’ailleurs mérité, après tout, c’est eux qui ont imposé une vie de complication à William. Mais ce dernier n’a pas à se sentir coupable de quoi que ce soit, loin de là.  « Tu culpabilises à cause d’Arthur, c’est ça ? » Sa voix tremble légèrement à mesure qu’elle prononce ces quelques mots. Sa colère se fait doucement ressentir, et le ressentiment qu’elle nourrit à l’égard du paternel Pendragon ne peut rester muet plus longtemps. « Tu sais, je suis toujours restée silencieuse quant à ta relation avec Arthur, je n’en avais rien à dire, ce n’était pas ma place. Mais aujourd’hui je ne peux me taire. Tu n’as pas à culpabiliser. Arthur a toujours mis un point d’honneur à te délaisser, à t’éloigner du patronyme de Pendragon, allant même jusqu’à te battre. Tu ne lui dois rien, absolument rien. » Pendant des mois, Belle a assisté impuissante à la vision d’un William peiné et triste, souffrant de l’absence d’un père, et surtout, souffrant physiquement des coups d’un père. La jeune femme s’est toujours tue, gardant ses réflexions pour elle-même, ne voulant pas imposer sa pensée à un William déjà en proie à ses propres élucubrations. Mais face aux dernières paroles de William, restée silencieuse lui est impossible. Arthur Pendragon est un monstre, dénué de cœur et de sentiments, qui ne mérite absolument aucune pitié et aucune considération de la part de qui que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
kisses on the forehead
Austin Carlyle
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : MAS VARES, leslie.
date d'inscription : 23/12/2018
messages : 136
avatar © : douglas booth, BONNIE.
fairytale counterpart : william (the beast).
activité rp : (closed) belle, guenièvre, tg no, team pendragon = hell.

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…” Mar 26 Fév - 9:49

La culpabilité. Une émotion on ne peut plus assourdissante et incohérente dans le cas présent. Et pourtant, c’est indéniablement bien là ce qu’il éprouve. Le sentiment de fauter, de commettre d’une erreur. Comme si le simple fait d’échanger avec son père faisait de lui un traitre au même titre que sa mère. Une infidélité absurde qui pesait malgré tout méchamment tant sur les épaules que sur le coeur de William. Un sentiment terrassant qui obstrue tout, qui l’étouffe. Il ne respire véritablement qu’au contact de Belle. Belle qui le sauve, constamment, de bien des façons. Belle dont il ne saurait supporter l’absence. Belle qui est confuse à présent. Troublée par les propos qu’il viens de tenir. Evidemment, elle s’empresse de le contredire. Tu ne lui dois rien. Des mots qu’il a pour habitude de se répéter inlassablement, dans le vague espoir qu’ils finissent par se faire un étroit chemin jusqu’à sa cervelle. Tu ne lui dois rien. Tu ne lui dois rien. Tu ne lui dois rien. Chaude complainte qui fait grincer ses dents. Sa tête sait tout cela, mais son cœur marmonne constamment un chant contraire. Il ne peut pas s’en empêcher. Son esprit torturé persiste à s’enticher de son bourreau. Malgré tout, il l’aime. Arthur. Cette parodie de père. Cet homme qui lui voue une haine aveugle et qui l’a totalement brisé. Il doit être fou, William, d’avoir encore de l’affection pour cette créature monstrueuse. Il doit être complètement cinglé de nourrir malgré lui encore l’espoir de s'en faire un jour aimer. Il a dit beaucoup de choses à Belle, mais pas ça, jamais ça. Il sait qu’elle ne comprendrait pas. William lui-même demeure profondément ancré dans la confusion. Des émotions absurdes qui le maintiennent dans la tourmente. « Je le sais bien. » Et sa voix se fissure sur ces mots. Une vérité qu'il semble pourtant incapable d'intégrer. Garçon bousillé, exténué. Il soupire et passe une main sur sa nuque encore un brin humide. « Je devrais le haïr de toutes mes forces. J'aurais toutes les raisons de ressentir ça. » Car Arthur ne l'avait jamais épargné. Dès lors que la trahison de ses vrais parents avait été révélée, William était devenu un exutoire pour l'homme bafoué. Lancelot, exilé. Guenièvre, captive et révulsée. Et William, tout aussi piégé à l'abris des murs doré. Coups, humiliations, tortures muettes ou plus criardes. Arthur n'avait eut de cesse de le tourmenter, tirant une joie manifeste de ses larmes. D'abord vulnérable et incapable de se défendre, William ne s'était pas pour autant rebellé en grandissant. Il s'était malgré lui oublié dans son rôle de victime. Il n'avait jamais eut la force ni le cœur de se fantasmer une vengeance. Il demeurait fidèle à l'homme qui l'avait brisé, creusant des sillons tant dans son palpitant que dans sa chair. Un asservissement niché au plus profond de William et dont il ne parvenait pas à se libérer. « Et j'éprouve bien de la colère à son égard, mais... » Mais quoi ? Il n'en savait rien. Il répugnait à admettre qu'il aimait malgré tout cet homme. Qu'il demeurait fidèle à Arthur et au père qu'il aurait pu être. Entiché d'un fantôme, d'une image, d'un songe. Une fable qu'il se contait encore, y puisant un sordide réconfort. « Je n'en sais rien. Toutes ces histoires... C'en est trop pour moi. » Plus que tout, il était éreinté. Encore considéré par bien des gens comme un enfant, il se faisait au contraire l'impression d'avoir d'ores et déjà mené bien des vies. Une vieille âme, emmurée dans le silence et la solitude et prisonnière d'un corps fracturé quoique toujours jeune. Il ne voulait pas penser à tout cela. Arthur, Lancelot, Guenièvre... Un conflit autour duquel s'articulait invariablement sa vie depuis toujours, une situation dont il était particulièrement las. « Arrêtons d'en parler. S'il te plait. » Il ne voulait pas gâcher cet instant. Séparant en quelques pas la distance qui s'articulait toujours entre Belle et lui, il inclina la tête et pressa un baiser au creux de sa nuque. Il voulait oublier un peu tout ce qui le pesait et Belle n'avait pas son pareil pour l'y aider.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: “When the moment is right, confess your love…”

Revenir en haut Aller en bas

“When the moment is right, confess your love…”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Meilleur moment pour vendre un (jeune) joueur
» [Story] Vos citations du moment
» [NIE] En ce moment sur la Nuvapedia
» Vos Musique du moment
» [Deck Type 2] - Spread'em

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: erathia, engla beorhtast :: kriegspire-