Partagez|

the father. (mulan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 220
avatar © : taylor lashae, bleu amer ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 6/3 - tc ; miles ; grace ; franky ; mulan ; hayes

MessageSujet: the father. (mulan) Lun 14 Jan - 14:07

Les rayons du soleil percent à peine l’épais feuillage des arbres de la forêt de Murmurwoods. Les énormes racines se fraient un chemin entre les buissons et les troncs centenaires parsemant son tapis mousseux. La vie est comme suspendue. Pas d’oiseaux si ce n’est les corbeaux et leur croassement funeste, pas d’animaux sauvage : un calme de mort. Il faut aller au plus profond de la forêt de Murmurwoods, dans son cœur, pour trouver Cassandre. Cassandre qui vit dans une paix toute relative, dont le quotidien est rythmé par les visites attendues de Morgane, et sa bienveillance à son égard est à ce jour son bien le plus précieux. Âme noire damnée, poursuivie, persécutée jusqu’à trouver ce havre de paix dans le cœur mort de la forêt, là où personne ne viendra la chercher puisque personne n’aura l’idée de s’aventurer jusqu’ici. Le silence est lourd. Pesant. Pour la maudite, il est synonyme de tranquillité : le rejet des êtres humains à son égard devient son propre rejet ; elle se l’approprie au point qu’il semblerait que ni l’espèce humaine ni Cassandre ne puissent supporter leurs existences distinctes et respectives, et puisque cette espèce ne lui laisserait pas un royaume qu’elle est d’ailleurs loin de demander, c’est elle qui se fait oublier. Elle qui disparait. Elle qui se perd jusque dans le cœur noir de Murmurwoods, alimentant ce dernier par le sien qui n’est pas plus blanc – mais peut-être aussi pur. Ne s’ennuient dans cette forêt que ceux qui ne savent pas regarder. Perchée sur une branche épaisse d’un arbre surplombant sa ridicule cabane, Cassandre est immobile, concentrée ; elle s’exerce à ce que Morgane s’efforce de lui apprendre jour après jour, un entrainement auprès de la fée qui est loin d’être de tout repos. Elle a compris que sa malédiction pouvait être une force sous réserve qu’elle la maitrise ; compris mais pas assimilé. Le problème est insolvable : elle se voit face à un mur gigantesque et lisse à escalader sans la moindre prise. Loin du mépris, des quolibets et de la cruauté de l’homme, l’âme de Cassandre trouvera peut-être la paix nécessaire à une maitrise qui lui échappe complètement ; qui lui a toujours échappée. Aucune vision ne transparait derrière ses paupières closes. Avant Morgane, son don ne se révélait qu’au contact direct des autres. Les pouvoirs de la fée lui ont montré qu’elle n’en avait pas nécessairement besoin, tout du moins plus tard. Quand elle saurait se contrôler et contrôler ce qu’elle appelait un don. Un don qui sonne toujours comme une terrible malédiction pour Cassandre, en marge du monde des hommes. En marge du monde tout court. Un bruit dans le noir. Rien derrière ses paupières, pas même une image, une intuition de la personne se présentant chez elle. Systématiquement, ses intestins se nouent et s’emmêlent lorsqu’une présence surgit : la peur d’un animal, l’instinct de survie. Ses yeux noirs s’ouvrent et découvrent une silhouette qui lui est familière, quand bien même ne l’aurait-elle jamais vue en vrai. « Mulan. » Comment peut-elle connaitre son nom ? Elle revoit encore la mort de son père alors même que l’évènement s’est produit il y a un certain temps. Elle avait rencontré le pauvre homme, un simple contact avait provoqué cette promesse de mort et bien évidemment, le destin avait abattu sa carte sans demander son reste ; il n’avait jamais été son allié et jusqu’ici, la pauvre mystienne se voyait plus considérée comme l’annonciatrice de la Mort elle-même que comme une voyante ; on n’accorde de toute façon aucun crédit à son don, sa malédiction, hormis Morgane, toujours, qui s’était taillée une place jusque dans l’âme de la pauvre créature – ou l’inverse. Méfiante, Cassandre se tient désormais debout sur la branche de son arbre au-dessus de la Darkmoorienne ; elle a vu la fille dans la vision concernant le père, dessinant un avenir de sang et de guerre, de combats et de meurtres. Son aura est assassine, son cœur réclamera vengeance: le sang coulera. L’intuition l’envahit toute entière ; Cassandre manque de peu de glisser et de tomber de son perchoir. « Que me veux-tu ? » On ne vient pas par hasard dans le cœur de Murmurwoods – on y chuchote que les âmes les plus noires du Royaume y errent et prendront tous les inconscients ou les ignorants s’y aventurant – balivernes. En tout cas pour Cassandre et pourtant, c’est le mal qui tourne autour d’elle, qui grignotte son âme. Le père gît dans la mare de son sang encore chaud – vision d’un dragon – et s’étouffe dans le liquide prenant d’assaut sa gorge et ses poumons ; il veut le dire, il veut dire son nom. Cassandre s’appuie contre le tronc de l’arbre sur lequel elle se tient toujours. Les quelques années d’entrainement sans que rien ne se passe amènent une première trace de progrès. Mais c’est encore pire. Encore pire que de devoir toucher. Ses visions s’imposent, stop. « Ton père, » souffle-t-elle. Car c’est le père qu’elle voit, son ombre qui se tient derrière, prête à l’engloutir toute entière. C’est sa vision qui reste, qui l’aveugle à moitié. Serait-ce déjà la fin ?
Revenir en haut Aller en bas

the father. (mulan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [MK3-75Pts] Father - take and hold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: erathia, engla beorhtast :: kriegspire :: murmurwoods-