Partagez|

time to debrief (tc hayes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 261
avatar © : taylor lashae, delreys ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 3/3 - miles ; franky ; hayes

MessageSujet: time to debrief (tc hayes) Lun 14 Jan - 16:03

Une tronçonneuse lui massacre le crâne tandis que ses intestins s’entortillent les uns dans les autres et que son estomac menace de régurgiter ce qu’il reste de son ventre – c’est-à-dire pas grand-chose, compte-tenu du fait que Diana Hayes souffre d’une gueule de bois monumentale et est bien incapable d’avaler quoi que ce soit. Elle a regardé les plats se suivre à table sans prendre la peine de dissimuler son dégoût le plus profond – la mère de la fratrie est pourtant une cuisinière honorable – en se demandant comment ses frères et sœurs parvenaient à ingurgiter tout ce qu’il y avait dans leur assiette. Disons qu’elle est loin d’être dans la sienne et que la gamine fait simplement acte de présence : hors de question pour elle de ne pas assister au repas post nouvel an avec la totalité des Hayes – certains partiront immédiatement après le festin, si bien qu’il n’y a que Cordelia, Eliott et Diana qui passeront l’après-midi avec leurs parents au sein de la petite maison familiale. La dernière nommée observe avec un air ébahi sa sœur aînée manger pour deux – tant mieux, elle lui laisse volontiers sa part – alors qu’on sait tous autour de cette table qu’elle picole comme un trou. Et n’a jamais de gueule de bois. Sûrement un truc vaudou. L’heure du repas terminée, les trois enfants n’ayant pas l’intention de se quitter immédiatement se retrouvent dans l’ancienne chambre des filles : Diana se pose immédiatement sur un pouf confortable, échouée comme une baleine sur une plage. Un gémissement beaucoup trop long et beaucoup trop plaintif franchit la barrière de ses lèvres. « J’vais crever putaaiiiiin… » Lamentable. Elle était pourtant en bien meilleure forme hier soir. Uhu. Le souvenir est très agréable ; pas assez néanmoins pour l’empêcher de lâcher un rot retentissant – mieux vaut ça qu’autre chose ok ? On l’a déjà dit : pas dans son assiette. Diana le zombie tente avec peine de trouver une autre position sur son pouf, tâchant de se caler le plus confortablement possible en étant la plus étalée… possible. Pas la première fois que Cordelia et Eliott se tapent une énième gueule de bois de leur sœur, alors pas de fausse réaction choquée ou dégoûtée ok ? On est en famille. Les parents laissent sagement leurs enfants s’entretenir ensemble comme ils le font à chaque repas – probable qu’ils confessent des événements qu’ils n’ont pas forcément envie de connaitre. Pas nous qui leur donnerions tort. Diana, elle, se voit bien raconter ce qu’elle a fait de son nouvel an – et elle a fait beaucoup, beaucoup de choses. Un sourire étire ses lèvres rien qu’en y repensant : la voilà ailleurs. Elle aurait rien fait, probable qu’elle se serait évitée un putain de savon par Nell, qui découvrira immanquablement la vérité tant Diana ne sait rien cacher – et encore moins à elle ou Bonnie. Ou Cordelia et Eliott. Soudain plus en forme à l’idée d’exposer ses exploits sous leurs yeux ébahis à défaut de les montrer directement – ce serait un peu chelou –, Diana lance les festivités. « En tout cas j’vous retiens vous. » Ah oui. C’est l’inévitable moment Calimero de Diana : « J’suis à peine arrivée au nouvel an, y en a une qui se barre (œillade à l’ainée) et y a l’autre qui me fout le plus gros vent que j’me suis mangée de ma vie (index accusateur tourné vers le petit frère). Merci la famille, hein. » On en parle, de ton retard de plus d’une heure et demi sur le bateau, de ton arrivée en mode complètement pétée et de ta présentation merdique à base de Natacha ? Pas prévu dans les sujets à aborder en tout cas. D’autant plus qu’Eliott manquera probablement pas de l’attaquer, à moins que ce ne soit Cordelia qui lance les festivités : dans sa tête, Diana est déjà persécutée. Sourire malin avant d’ajouter : « Maaais j’ai passé une très, très bonne soirée. » Et à en juger par son air coquin, on devine sans souci ce qu’elle a pu y faire. Uhu again. « Bref. » Grimace : sa tête et son ventre sont en train de monter un orchestre philarmonique et ça fait mal. Vraiment. Persuadée qu’on n’aura pas pu mieux fêter la nouvelle année que comme elle l’a fait, quand bien même le type serait pas validé par tout le monde (mais complètement, largement par elle, et c’est le plus important), elle est curieuse de savoir ce que son frère et sa sœur ont fait de leur côté. Curieuse, oui, avec une pointe d’envie de montrer qu’elle aura fait mieux parce qu’elle peut pas s’en empêcher. Enfin évidemment, c’est sans compter sur Cordelia – mais ça, elle le sait pas. Diana perd pas le nord et n’a évidemment pas oublié la sublime rousse avec laquelle Eliott faisait connaissance la veille. « Alors Doudou ? T’as embrassé qui aux douze coups de minuit ? » Dis la rousse. Dis la rousse.
Revenir en haut Aller en bas
désastre des astres
Eliott Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : milou sur pluton
date d'inscription : 21/12/2018
messages : 161
avatar © : logan lerman ; Lempika. (vava) ; old money (signa)
fairytale counterpart : le petit prince ; le berger de porcelaine
activité rp : (open) the hayes ; maggie ; tc mardi gras

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mer 16 Jan - 20:02


≈ ≈ ≈
time to debrief
crédit/ tumblr (gifs) ✰ w/@cordelia hayes & @diana hayes
Il avait été décidé par la volonté de on-ne-sait-quel-dieu, qu’une petite réunion familiale s’imposait dans l’ancienne maison où vous aviez tous grandis. Voilà comment tu te retrouvais à manger la bonne cuisine de maman et de prendre des nouvelles des tes parents. Et puis, c’était une occasion de revoir tout le monde et de passer du bon temps en famille parce que t’étais souvent dans ta bulle. Et avec la température à l’extérieur, pour une fois, t’avais mal nulle part, un véritable miracle, considérant le fait que ça faisait plus d’un mois, malgré la saison d’hiver. Tu te comptais chanceux d’habiter dans une région chaude et ne pas à avoir supporter le froid parce que tu te disais que tu serais probablement en morceaux. Cette cuisine t’avait tellement manqué. Tu te débrouillais pas mal non plus, mais cela te manquait de ne plus faire la cuisine. Et comme tu n’avais pas revu tes deux sœurs depuis l’incident du nouvel an, c’était un bon moment de savoir ce qu’elles avaient bien pu foutre du reste de leur soirée, évidemment. Tu avais embrassé Cece, mais tu n’avais pas du tout revu le bout du nez de tes aînées par la suite. Envolées, volatilisées. Bref, c’était le moment de faire le point avec elles, alors que vous restiez encore un peu dans l’ancienne chambre des filles. Tu n’avais rien de prévu de particulier, alors tu restais en leur compagnie. C’était toujours mieux que de se remettre dans les lourds travaux universitaires qui t’attendaient à l’appartement. Les piles qui s’accumulaient commençaient légèrement à te faire peur. Didi était en pleine crise existentielle, une fois que vous vous étiez retrouvé tous les trois. « Tu vas survivre. Du moins, t’as intérêt. » lui dis-tu, avec une certaine malice dans la voix. Tu savais qu’elle n’était pas à l’article de la mort et qu’elle allait s’en sortir. C’était évidemment pour lui lancer des flèches amicalement. Bien sûr, vint le moment inévitable où elle fit mention de l’évitement que tu lui avais fait subir lorsqu’elle était sortie de nulle part. C’était bien de sa faute à elle si tu t’étais retrouvé dans ce pétrin à être présenté à un inconnu qui te présenta une autre inconnue que t’avais embrassé. « Tu sais très bien pourquoi j’ai pas voulu t’adresser la parole. » Tu lui tiras la langue, comme un gamin. Tu l’étais encore, quand tu y pensais. Mais tu le faisais aussi juste parce que c’était elle, on s’entend. Tu trouvais que c’était encore légitime de le faire. Ce n’était pas comme si Diana ignorait la raison du pourquoi tu n’avais pas sauté dans ses bras lorsqu’elle avait eu le culot de se pointer, quoi. Tu t’étais retrouvé sur ce bateau pour une raison. Le sujet changea radicalement quand on s’adressa d’abord à toi. Génial, c’était donc à toi d’ouvrir le bal des petites cachoteries et de dévoiler ce que t’avais probablement fait aux douze coups de minuit. Tu grognas légèrement avant de lever les yeux ciel. « Cece, la rousse qui était avec moi et qui m’a été présenté par un certain Sebastian. Que je connaissais pas non plus d’ailleurs. Donc disons que ça s’est passé comme dans la petite sirène, mais y’avait pas le crabe pour chanter Embrasse-la dans l’arrière-plan. » Oui parce que c’était aussi important de le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
ray of fucking sunshine.
Cordelia Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 905
avatar © : nathalie emmanuel, @dublin.
fairytale counterpart : circe the sorceress.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - hamilton, nash, hayes, sebastian (nola) // megara (erathia)

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mar 22 Jan - 19:07

Aller déjeuner chez les parents pour fêter la nouvelle année était le genre de traditions auxquelles aucun des fils et filles Hayes pouvaient se soustraire, no matter the headache. Ou dans le cas de Cordelia, les courbatures post plan à trois qui s'était achevé quelques heures plus tôt dans la joie, la bonne humeur, et sans aucune gêne. Elle aurait du obtenir la palme de la plus grosse gueule de bois, mais avait le plaisir de déléguer ce titre à sa petite sœur qui, comme à son habitude, ne cessait de se plaindre, de gémir, de se faire remarquer en mentionnant combien elle avait la gueule de bois. Alright, Diana, we get it. Si le déjeuner se passa sans encombre notoire – leur mère, Josephine, avait préparé son célèbre gumbo, le meilleur de toute la ville aux yeux de Cordelia – le reste de la fratrie ne manqua pas de filer dès la dernière cuillère avalée. Contrairement aux trois restants, eux n'avaient pas daigné célébrer le nouvel an sur le bateau (losers) et ne méritaient donc pas le moment inévitable se profilant à l'horizon : le débriefing. Assise dans la chambre des filles (trois lits, beaucoup trop peu d'espace pour vivre décemment), Cordelia se remémorait avec un sourire malicieux les souvenirs de la veille. Elle aurait cru qu'ils seraient rares et flous, mais même pas : tout lui revenait en tête avec une très grande précision et elle admirait sa faculté à avoir eu parfaitement conscience de ce qu'elle faisait et de ne même pas sentir la moindre culpabilité. That was one hell of a bang, merci Sebastian, merci Nell. Elle ricana en entendant Eliott fermer le clapet de sa sœur – jusqu'à preuve du contraire, personne n'était jamais mort d'une gueule de bois – et acquiesça à son tour. « La prochaine fois tu picoleras moins, Natacha » rappela-t-elle à sa sœur. Elle aurait mérité de se reprendre une claque dans la nuque pour la punir de sa bêtise, mais Cordelia, dans sa grande charité, préféra rester assise sur le lit, adossée au mur, une main jouant habilement avec son téléphone. « T'avais qu'à être à l'heure, comme Eliott, comme moi. Et pas raconter tes conneries habituelles ». Aussi. Elle leva un sourcil vaguement intéressé à la mention de sa soirée et étouffa un nouveau ricanement, avant de faire claquer sa main libre contre celle de sa sœur. High-five sister. Ses condoléances au fou qui avait accepté de se taper Diana, parce qu'il venait de se foutre dans une merde intersidérale. Sa sœur avait tendance à se faire des films pour pas grand-chose et le malheureux élu allait sans doute très vite s'en rendre compte. Eliott entama son récit, obtenant un nouvel high-five (mental, celui-ci) de Cordelia. Well done baby bro. Well done indeed. « Tu connais pas Sebastian ? Tu connais pas mon meilleur ami Sebastian dont je vous parle depuis des années ? Est-ce que quelqu'un m'écoute quand je vous raconte ma vie ou...? » Question rhétorique. De toute évidence non, et c'était probablement mieux comme ça. Elle gloussa lorsqu'il mentionna la petite sirène et se mit à chantonner la chanson. « Shalala my oh myyyy look at the boy too shyyyy » Sauf que lui avait embrassé la fille. « Et donc ? Qu'est-ce qu'il s'est passé après ? Second base ? » Elle lui jeta un regard entendu. « Third base... ? » Improbable. A l'inverse de Diana et d'elle-même, Eliott n'était pas le genre coup d'un soir. Ou bien peut-être qu'elle lui accordait bien plus d'élégance qu'il n'en possédait. Peut-être qu'il était encore puceau ? Oh, who cares. « Bien, maintenant qu'on sait qu'Eliott a embrassé la rouquine, que Diana s'est tapé ce qui doit sans doute être un psychopathe, à mon tour. » Et elle allait pouvoir augmenter la mise de façon dramatique. « Et pour répondre à ta question, Diana, je ne me suis pas barrée, je suis sortie fumer avec Sebastian. » Ce n'était pas vraiment une question qu'elle avait posée, but again, who cares. « Si tu crois que t'as passé une bonne soirée, attends de savoir comment j'ai passé la mienne... » Elle marqua une pause, laissant planer le suspense. « Sebastian Aldridge, Nell Beckwith et Cordelia Hayes sont bourrés sur un bateau. Que se passe-t-il ? Option A : Sebastian et Nell couchent ensemble. Option B : Sebastian et Cordelia couchent ensemble. Option C : Nell et Cordelia couchent ensemble. Option D : all of the above. » Sourire satisfait pour accompagner la devinette. Elle finit par hausser un sourcil coquin. « Option D, évidemment. Et pas qu'une fois, if you know what I mean. » Self-five !
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 261
avatar © : taylor lashae, delreys ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 3/3 - miles ; franky ; hayes

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mer 30 Jan - 19:11

Evidemment, ni son frère ni sa sœur ne prennent la peine de compatir à son triste sort – c’aurait été trop demander. Mais peu importe : la baleine échouée est bien trop dans le mal pour se plaindre de ce manque honteux de considération pour sa pauvre personne, beaucoup trop concentrée sur un état qu’on qualifiera de lamentable. Elle ricane au la prochaine fois tu picoleras moins, Natacha de sa sœur. « Haha j’avais oublié cette partie. » Heureusement qu’elle sait encore se faire rire puisque visiblement, ni son cadet, ni son ainée n’ont apprécié sa petite présentation improvisée sur le bateau. Une nouvelle grimace déforme son visage quand une crampe à l’estomac menace de lui faire déverser ce qu’il contient devant les yeux ébahis de la moitié de la fratrie Hayes. Le reste, elle entend pas. Comme d’habitude puisque les reproches ou leçons que l’on peut faire à la gamine n’effleurent même pas ses oreilles. C’est son attention qui se déconnecte automatiquement à la première pointe de ton moralisateur : Diana n’écoute pas, comme toujours. Ses yeux se lèvent quand Eliott rétorque qu’elle sait très bien pourquoi il lui a foutu l’ouragan de l’année. « Comme si ça m’arrivait d’être à l’heure. » La gamine hausse les épaules, boudeuse, mais sa mine renfrognée ne dure pas longtemps – jamais d’ailleurs : elle aime trop ses frères et sœurs pour leur faire la gueule plus de deux minutes et est, de toute façon, beaucoup trop positive pour rester sur ce stupide point, ne prenant pas non plus de temps pour reconnaitre ses propres torts – elle, des torts ?! Elle réceptionne le high five de son aînée avec toute l’énergie dont elle peut faire preuve, c’est-à-dire aucune. Son ventre et sa tête le lui font aussitôt regretter mais merde, on refuse pas un high five, surtout quand ils ont ces raisons-là. Eliott annonce avoir embrassé la sublime rousse avec laquelle elle l’avait croisé ; Diana lève les bras un peu trop vite vers le ciel en signe de reconnaissance de l’éclatante victoire de son petit frère. « YAS ! » suivi irrémédiablement d’une énième grimace, de ses mains qui reviennent à son ventre et d’un nouveau : « Oh putain, j’vais creveeeeeer. » Et vous avez pas fini de l’entendre le répéter. Elle entend à peine sa sœur demander jusqu’où ils sont allés – les Hayes sont des serial choppeurs. Par contre, elle retient très bien le mot psychopathe. « Quoi ? Tu crois que c’en est un ? Tu sais même pas qui c’est ! » Sauf qu’on sait tous que Diana Hayes n’a généralement pas de chance, voire tout le contraire, et qu’il est tout à fait probable que le type soit en réalité particulièrement louche. En tout cas RAS de ce qu’elle a pu voir, et quand bien même aurait-elle été complètement bourrée et que son jugement ne vaut donc rien, elle espère que pour une fois, elle a eu de la chance. Déjà que son choix n’était pas très judicieux compte-tenu de ces histoires avec Hayden (l’omniprésence de cette nana dans sa vie commence à l’insupporter au plus haut point, bien qu’elle fasse toujours bonne figure) et donc avec Nell. Vient le tour de Cordelia d’annoncer ce qu’elle a foutu après sa disparition – abandon serait plus juste – la veille sur le bateau avec le fameux Sebastian. Elle en fait des caisses, en tout cas trop pour la patience de la cadette qui lance un impatient : « Bon bah accouche là ! » … QUOI ?! « QUOI ?! » Avec sa Nell ? Sa Nell à elle ? L’une de ses meilleures amies ? Ah bah d’accord, ben si on peut coucher avec les meilleurs amis des frères et sœurs, les festivités sont ouvertes. Mais plus important encore, Cordelia a eu un plan à trois, et ça dépasse complètement ce qu’elle a pu faire elle à son nouvel an. Jalouse ? Un petit peu. Admirative ? « Threesome high fiiiiiiive ! » Le peu d’élan qu’elle a mis en levant sa main vers sa sœur la fait s’effondrer avec tout le ridicule qu’on imagine sur le côté : Diana se redresse difficilement, plus pâle que jamais avant d’annoncer : « J’vais crever. » Surprise.
Revenir en haut Aller en bas
désastre des astres
Eliott Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : milou sur pluton
date d'inscription : 21/12/2018
messages : 161
avatar © : logan lerman ; Lempika. (vava) ; old money (signa)
fairytale counterpart : le petit prince ; le berger de porcelaine
activité rp : (open) the hayes ; maggie ; tc mardi gras

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Jeu 7 Fév - 2:44


≈ ≈ ≈
time to debrief
crédit/ tumblr (gifs) ✰ w/@cordelia hayes & @diana hayes
Être le petit dernier avait ses grands avantages... et ses inconvénients, surtout quand on était coincé et qu’on n’avait pas beaucoup d’amis, même pas des amis petits génies parce que c’était la compétition dans ton domaine. Donc, disons que c’était pas la place pour socialiser. Alors, il fallait dire que tes options étaient limitées, même si t’avais pas vraiment envie de te faire des amis en tant que tel. T’aimais être un solitaire, un loup qui se promène seul et qui mène sa vie comme bon lui semblait, quoi. Tu n’avais rien contre la présence des gens autour de toi, c’était juste que tu n’étais pas le plus à l’aise et puis, ça, le reste de la famille était assez au courant. Fallait gratter avant que tu puisses faire confiance. Tes sœurs s’étaient mises en tête qu’il était temps que tu te trouves quelqu’un. N’importe qui que ce soit des mecs ou des filles. Et puis, elles s’étaient complètement emballées dès que tu leur avais raconté que t’avais embrassé cette Cece. « Non, je l’ai seulement embrassé et ça s’est arrêté là. » avouas-tu, en toute honnêteté. Bref, après un peu de karaoké version Cordy, tu fronças les sourcils quant à son récit. Ah ouais, à trois? En même temps, elle était aventureuse, Cordelia. Contrairement à toi. T’étais pas trop étonné ou même choqué d’entendre sa petite histoire de jambes en l’air. Vous étiez pas du genre à vous cacher des trucs, ni même à avoir la moindre pudeur. « Wow, je suis censé être étonné, mais je ne le suis pas. C’était bien, au moins? » lui demandas-tu, assez curieux de sa réponse. Quoi qu’elle ne semblait pas traumatisée et que ça l’avait au contraire amusée. Puis, tu te retournas vers Didi qui parla de son coup d’un soir. Évidemment Cordy en mettait une couche en émettant la thèse du psychopathe ce qui était bien probable, quand tu y pensais très fort dans toutes tes probabilités et tes statistiques. « Elle a un peu raison, Di. Je veux dire... ça non plus, ça m’étonnerait pas trop que tu sois tombée sur un psychopathe. Les statistiques ne mentent pas! » la taquinas-tu, bien qu’elle soit encore sur le point de crever et qu’elle était visiblement au bout de sa pauvre vie. Tu pris la poubelle de plastique qui trainait encore dans cette pièce, malgré l’absence visible de vie et tu la tendis à ta sœurette adorée. « Prends ça, au moins t’en feras pas un dégât. » Et tu la laissas encore se lamenter quelques instants avant de demander des explications sur ce psychopathe en question. Après tout, toi et Cordy aviez bien déballé vos petits jeux de séduction, mais toi, tu le connaissais pas le type avec qui elle avait passé la soirée, alors avant de mourir, fallait que vous sachiez qui c’était, sinon c’était tout simplement pas juste. « Bon allez, on t’a dit qui c’était, à toi maintenant! Pas vrai, Cordy? » Tu voulais avoir un support, un ok de ton autre sœur pour que Didi dévoile absolument tous les détails.
Revenir en haut Aller en bas
ray of fucking sunshine.
Cordelia Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 905
avatar © : nathalie emmanuel, @dublin.
fairytale counterpart : circe the sorceress.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - hamilton, nash, hayes, sebastian (nola) // megara (erathia)

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Jeu 21 Fév - 23:12

« Pas moi... » rétorqua Cordelia, encore mécontente de l'intrusion hasardeuse de sa sœur au nouvel an. Etre à la bourre, passe encore, la nana n'avait aucun repère temporel, mais tenter de se faire passer pour quelqu'un d'autre juste pour le plaisir... Heureusement, l'aînée avait calmé rapidement les ardeurs de la cadette. She's not fucking Natacha. Eliott avait de toute évidence une vie sentimentale bien moins palpitante que ses deux sœurs – et c'était probablement pour le mieux, vu ce qu'elles en faisaient – mais elle ne put réprimer une moue déçue à la confirmation que rien ne s'était passé. On lui mettait le pain dans la bouche mais elle ne pouvait pas mâcher le travail au point de bouffer le pain pour lui. « T'abuses Eliott. C'était bien la peine qu'on te présente la fille si au final tu t'arrêtes à un baiser. » Et pourtant c'était caractéristique du petit dernier, toujours doux, toujours lunaire, toujours dans un monde où on ne se tape pas une fille ni deux dans une cabine de bateau. Cordelia s'émerveillait chaque jour un peu plus de la différence qui existait entre chacun des frères et sœurs de la fratrie Hayes. Pas un seul ne ressemblait à l'autre, un kaléidoscope de personnalités, de comportements, d'ambitions qui ne détonnait finalement pas. Ils était bordéliques, chacun à leur façon, mais fonctionnaient à merveille ensemble. Visiblement, leurs parents avaient eu l'oeil en les choisissant pour intégrer la famille. Forte de son anecdote croustillante, qu'elle partagea avec empressement avant de faire claquer sa paume dans celle de sa sœur, elle hocha vigoureusement la tête à la question d'Eliott. Si c'était bien ? Mieux que ça. Better than anything she'd ever tried. Fallait dire qu'avec tout ce qu'elle s'était enfilée avant, elle aurait pu se taper un bâton de bois qu'elle aurait sans doute pris son pied – dans le doute, peut-être aurait-il été bienvenu de retester l'expérience, just to be sure – mais elle en gardait un excellent souvenir et la satisfaction de savoir qu'elle était aussi efficace avec une femme qu'avec un homme. Tant de perspectives s'ouvraient désormais à elles... Rêveuse, elle posa son menton dans la main. « C'était la meilleure nuit de ma vie. » Consciente qu'elle exagérait sans doute un peu, elle se reprit. « Bon, ouais, peut-être pas la meilleure, mais c'était cool, fun, et sans conséquences. » Pour elle, du moins. Elle ne pouvait pas en dire autant de Sebastian, qui assumerait sans doute difficilement si leur histoire venait à arriver aux oreilles de Grace. Jamais dans l'exagération, Diana semblait passer un moment délicat, son visage prenant une teinte de plus en plus verdâtre. Là où Cordelia l'aurait laissée crever sans rien faire, Eliott se montra plus gracieux en lui tendant la poubelle. « T'es vraiment trop gentil Eliott. Elle a trop bu, qu'elle se démerde et assume ses bêtises. Right, Natacha ? » Sourire mesquin, mais affectueux. C'était de bonne guerre, et surtout la conséquences d'années à voir sa cadette se foutre de sa gueule en la voyant rentrer de soirée, défaite et bourrée. Sa confidence partagée, retour à Diana et à sa propre soirée. Cordelia acquiesça de nouveau à la question de son frère. Ouais, quitte à partager leur intimité, autant leur dire qui avait eu le malheur de se la taper, qu'elle puisse lui adresser ses condoléances. « Allez accouche, balance le nom, et sache que je prie de toutes mes forces pour pas me l'être déjà tapé parce que ça serait awkward. And gross. On peut partager beaucoup de détails personnels mais là ça irait trop loin même pour moi. » Certes, Cordelia ne s'est pas tapé TOUT Crescent Grove, dieu l'en préserve, mais avec leur chance...
Revenir en haut Aller en bas
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 261
avatar © : taylor lashae, delreys ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 3/3 - miles ; franky ; hayes

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mar 5 Mar - 15:43

« Oh, ça va… » ronchonne Diana en grimaçant ; c’est bon, l’épisode Natacha était drôle, point. Inutile de lui exposer le contraire ou de partir sur autre chose tant il est connu que cette Hayes-là n’écoute ce qu’on lui dit que quand ça l’arrange. D’autant plus lorsque le contenu de son estomac manque à chaque seconde de se retrouver étalé par terre devant les yeux ébahis de son frère et de sa sœur et que son crâne lui donne l’impression constante d’être matraqué. Eliott annonce avoir seulement embrassé la jolie rouquine ; Diana affiche une moue à la fois contente et déçue : elle connait son frère, qu’il ait osé rouler une pelle à la fille est déjà un exploit en soi. Quand les deux sœurs se jettent chacune à leur façon les bras ouverts dans leur quotidien et profitent de tout ce qu’il peut leur apporter, le cadet prend son temps, apprécie. Cordelia est plus mature et de loin – quoi que tout le monde est mature en comparaison de Diana. Diana et son étiquette de gamine indécollable, gravée dans son cœur, son corps, son âme : comment voulez-vous raisonner une nana comme ça ? Cordy rouspète – ça sert à quoi de présenter une meuf à Eliott s’il va pas au bout toussa toussa –, Di répond : « Eh bah en tout cas, bien joué Doudou ! Elle était ca-non. » Et parce qu’aucune fille ne peut être plus belle qu’elle aux yeux de son petit frère, elle ajoute : « Enfin, moins que moi. » Non, ce n’est pas chelou du tout de dire ce genre de choses à son frangin. Parce qu’il est si important pour elle, parce qu’il n’y a rien du tout de bizarre entre eux et parce que Diana est évidemment la meilleure, on ne peut qu’en conclure qu’il s’agit d’une connerie balancée pour la simple et bonne raison qu’elle lui a simplement traversé l’esprit. Et puisque la gamine dit tout ce qui lui passe par la tête, y compris les trucs chelous, son entourage a bien fini par comprendre qu’il n’y a rien d’étrange à ce que Diana balance un peu tout et n’importe quoi à qui veut l’entendre. Grimace encore, plus liée aux statistiques qui ne mentent pas dixit Eliott. Il lui semble pas avoir entendu un jour que Rhysand Ryker était – est – un psychopathe, mais sait-on jamais. Vrai qu’elle a tendance à toujours attirer les mauvais garçons. Vrai qu’elle a tendance à sortir avec des trous de balle. Vrai que tomber sur un serial killer ne l’étonnerait pas plus que cela ni ne la pousserait dans un profond désespoir : Diana Hayes est si habituée à ce que sa propre vie la trolle qu’elle a fini par l’accepter depuis longtemps. Alors pas de mystère sur le nom, mais avant, la gamine accepte avec une infinie reconnaissance la corbeille tendue par Eliott : ce garçon est un ange descendu du paradis. « Merci Doudou, je t’aime. » Et à Cordy : « Toi par contre, t’es une grosse crevarde, voilà. » Un rot tonitruant – et apparemment un chouilla liquide – retentit dans la pièce pour marquer la fin de sa phrase. Diana reste la tête au-dessus de la corbeille quelques secondes au cas où le reste voudrait suivre. Et enfin : « C’était Rhysand Ryker. » Redressage de caboche pour observer les réactions de son frère et de sa sœur : « Alors ? Psycho ou pas psycho ? » Avant d’ajouter : « Si l’un d’entre vous a déjà couché avec… Vous serez d’accord avec moi pour dire qu’il a un sacré coup de rein putain. » Trop. T’en dis trop.
Revenir en haut Aller en bas
désastre des astres
Eliott Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : milou sur pluton
date d'inscription : 21/12/2018
messages : 161
avatar © : logan lerman ; Lempika. (vava) ; old money (signa)
fairytale counterpart : le petit prince ; le berger de porcelaine
activité rp : (open) the hayes ; maggie ; tc mardi gras

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Dim 10 Mar - 16:31

Tu levas les yeux au ciel, tout en arborant un petit sourire. « Bon allez, vous savez que ma vie amoureuse se résume à zéro. Autant chez les gars que chez les filles. » Et tu ne t’en plaignais pas. T’étais trop dans tes bouquins ou dans les nuages pour te trouver la personne de ta vie. M’enfin, le premier objectif était d’abord d’entrer dans les rangs de la NASA et après, voir si tu pouvais avoir une vie autre qui se résumait au ciel, aux étoiles et aux planètes. Mais c’était encore un bout de chemin pour y arriver, évidemment. Diana raconta alors que Cece n’avait pas été aussi canon qu’elle et pourtant, ce commentaire ne te surprenait en rien. Bien sûr qu’elle était pas aussi belle que sa sœur, aucune fille ne pouvait être aussi belles qu’elles, c’était un fait qu’on devait accepter une fois qu’on rentrait chez les Hayes. « Bien sûr que non. » Mais toi tu te fichais pas mal du sexe de la personne sur laquelle t’allais un jour tomber, si ça devait arriver un jour. « Personne n’arrive à être aussi belles que les filles Hayes, tout le monde le sait bien. » rajoutas-tu, tout en décidant de t’allonger le dos sur le lit. Tu avais eu l’idée d’aider Didi à faire passer son mal de crâne, mais t’avais été trop clément selon Cordy qui n’avait pas eu la même gentillesse. Trop gentil, comme d’habitude. Mais c’est juste parce que tu tenais trop à tes sœurs pour les laisser dans un tel état. Par contre, certaines ne partageaient pas trop tes opinions là-dessus. Bon, c’était pas si grave après tout, c’était pas la fin du monde, tu te trouvais assez chanceux de les avoir et de pouvoir compter sur elle, no matter what, après tout. D’accord, tu pouvais encore rester fâché parce qu’elle s’était pointé de on-ne-sait-où cette journée-là, après tout. Peut-être qu’elle était désespérée à ce point pour passer une partie de la soirée seule avant de vous rejoindre ou elle avait tout simplement oublié que vous alliez être là. C’était même les deux options les plus bidons que auxquelles ta cervelle de scientifique avait pu penser. Tu soupiras. « Moi aussi je t’aime, même si tes fesses sont toujours en retard. » Tu ne pouvais pas vraiment la contredire sur quoi que ce soit. Lorsque finalement Didi se mit à prononcer le nom du gars avec qui elle avait couché, tu fronças les sourcils. Il était évidemment inconnu au bataillon, mais son nom était assez étrange. Tu haussas les épaules, avant de te redresser sur tes coudes sur le lit pour faire face à Diana. « Connait pas, mais son nom sonne psychopathe. » dis-tu, tout en faisant une drôle de grimace. Ouais, assez psycho pour que ça te hante, une fois que t’allais pas vouloir y penser. Qui pensait à ces prénoms à coucher dehors, sérieux? Tu te retournas vers Cordy. « Toi, ça te dit rien? »
Revenir en haut Aller en bas
ray of fucking sunshine.
Cordelia Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 905
avatar © : nathalie emmanuel, @dublin.
fairytale counterpart : circe the sorceress.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - hamilton, nash, hayes, sebastian (nola) // megara (erathia)

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mer 13 Mar - 12:16

Entendre Diana se lancer des fleurs face à la compétition était toujours un divertissement passionnant, au point de rouler des yeux au plafond et de donner un coup dans l’épaule de son frère. « Arrête d’entretenir son égocentrisme, elle va finir par croire que c’est vraiment la plus belle » Tirage de langue à l’adresse de sa sœur pour faire bonne mesure, avant de secouer la tête, navrée par le spectacle de cette gueule de bois. Pour toutes les cuites qu’elle s’était prises (et il y en avait eu de terribles), elle n’avait jamais fini dans un tel état. « J’espère que t’es pas comme ça avec tes conquêtes » nota-t-elle, moqueuse. Un spectacle aussi désolant qu’amusant. « Oui je suis une crevarde, mais c’est pour ton bien. Je t’apprends la vie, baby sis’. » Diana ne l’avait pas attendue pour, mais il fallait reconnaître que dans ce domaine, Cordelia décrochait la palme, no argument there. Entre deux nausées, Diana parvint cependant à balancer le nom de sa conquête qui, s’il n’évoqua rien à Eliott, arracha un regard choqué à l’aînée. « Tu te fous de ma gueule… » commença-t-elle, parce que cette possibilité n’était pas à exclure de la part de Natacha. Mais au regard perplexe que lui rendit sa sœur, elle dut se rendre à l’évidence que non, elle ne se foutait pas de sa gueule. « Putain Diana, sérieusement ?? De tous les mecs que tu pouvais te taper fallait que tu choisisses l’ex de ma meilleure pote ? » Parce que pour Cordelia, Rhys Fucking Ryker sera jamais rien d’autre que le merdeux qui est resté bien trop longtemps avec Hayden pour son propre bien et auquel elle tendrait pas d’eau même s’il crevait de soif. Il n’était pas fondamentalement insupportable – et le nombre de soirées passées avec lui dans le mix s’étaient révélées funs – mais loyauté oblige, il était forcément l’ennemi et intouchable. Encore plus par sa sœur. « C’est pas un psychopathe mais c’est un merdeux. Si t’as envie de le revoir, oublie tout de suite. Dans l’hypothèse même où il serait intéressé, c’est moi qui fous mon véto » déclara-t-elle le plus sérieusement du monde. Pas le genre à vraiment se mêler des affaires des autres – elle aimait être au courant mais n’agissait que rarement – il était des cas spéciaux pour lesquels son intervention lui semblait indispensable. Cette situation était un cas spécial et elle était prête à pourrir cet enculé de Ryker s’il envisageait de s’approcher à nouveau de sa sœur. « Tu sais qu’Hayden va te faire la misère si elle l’apprend ? » Peut-être pas, puisqu’Hayden semblait bien remise de leur histoire, mais le problème avec elle, c’est qu’on n’était jamais vraiment trop sûr. Elle aurait tout aussi bien pu prétendre, sans pour autant l’être. « T’as de la chance d’être ma sœur, je lui dirai rien, mais si ça se reproduit, je te jure que je lui balance tout et je te souhaite bonne chance pour survivre à ce qui va te tomber dessus. » Oui, elle exagérait un peu. Non, Diana pouvait pas deviner qu’elle avait jeté son dévolu sur le seul type à éviter de toute la ville – hell, même pour Sebastian elle en aurait pas fait un tel drame, encore qu’il avait de toute façon été trop occupé pour ne serait-ce que s’intéresser à sa petite sœur – mais tout de même. Mieux valait enfoncer le clou pour s’assurer que ça rentre bien dans son crâne de moineau. « Tu pouvais pas choisir un mec normal franchement Di ? Genre Miles, tu sais très bien que c’est le seul gars que j’accepterai pour toi. » Low blow, compte tenu du fait que c’était pas faute pour Diana de le vouloir. « T’en penses quoi toi Eliott ? J’exagère ou elle a vraiment merdé ? » Même si elle ne tiendrait évidemment pas compte de son avis puisqu’elle s’estimait parfaitement dans le vrai, elle était cependant prête à écouter d’autres avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes)

Revenir en haut Aller en bas

time to debrief (tc hayes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A Most Dangerous Time: Japan in Chaos, 1570-1584 - MMP
» [Fan-Clip] Bionicle AMV "Running out of Time".
» Debrief Lallaing
» We've got forever but you know that's not much time | Parfaite
» Lizette "Time Flies".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: desroses av.-