Partagez|

time to debrief (tc hayes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
way down the river we go
Diana Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 19/12/2018
messages : 220
avatar © : taylor lashae, bleu amer ; code sign siren charms ; icons sign bella ciao
fairytale counterpart : cassandre
activité rp : 6/3 - tc ; miles ; grace ; franky ; mulan ; hayes

MessageSujet: time to debrief (tc hayes) Lun 14 Jan - 16:03

Une tronçonneuse lui massacre le crâne tandis que ses intestins s’entortillent les uns dans les autres et que son estomac menace de régurgiter ce qu’il reste de son ventre – c’est-à-dire pas grand-chose, compte-tenu du fait que Diana Hayes souffre d’une gueule de bois monumentale et est bien incapable d’avaler quoi que ce soit. Elle a regardé les plats se suivre à table sans prendre la peine de dissimuler son dégoût le plus profond – la mère de la fratrie est pourtant une cuisinière honorable – en se demandant comment ses frères et sœurs parvenaient à ingurgiter tout ce qu’il y avait dans leur assiette. Disons qu’elle est loin d’être dans la sienne et que la gamine fait simplement acte de présence : hors de question pour elle de ne pas assister au repas post nouvel an avec la totalité des Hayes – certains partiront immédiatement après le festin, si bien qu’il n’y a que Cordelia, Eliott et Diana qui passeront l’après-midi avec leurs parents au sein de la petite maison familiale. La dernière nommée observe avec un air ébahi sa sœur aînée manger pour deux – tant mieux, elle lui laisse volontiers sa part – alors qu’on sait tous autour de cette table qu’elle picole comme un trou. Et n’a jamais de gueule de bois. Sûrement un truc vaudou. L’heure du repas terminée, les trois enfants n’ayant pas l’intention de se quitter immédiatement se retrouvent dans l’ancienne chambre des filles : Diana se pose immédiatement sur un pouf confortable, échouée comme une baleine sur une plage. Un gémissement beaucoup trop long et beaucoup trop plaintif franchit la barrière de ses lèvres. « J’vais crever putaaiiiiin… » Lamentable. Elle était pourtant en bien meilleure forme hier soir. Uhu. Le souvenir est très agréable ; pas assez néanmoins pour l’empêcher de lâcher un rot retentissant – mieux vaut ça qu’autre chose ok ? On l’a déjà dit : pas dans son assiette. Diana le zombie tente avec peine de trouver une autre position sur son pouf, tâchant de se caler le plus confortablement possible en étant la plus étalée… possible. Pas la première fois que Cordelia et Eliott se tapent une énième gueule de bois de leur sœur, alors pas de fausse réaction choquée ou dégoûtée ok ? On est en famille. Les parents laissent sagement leurs enfants s’entretenir ensemble comme ils le font à chaque repas – probable qu’ils confessent des événements qu’ils n’ont pas forcément envie de connaitre. Pas nous qui leur donnerions tort. Diana, elle, se voit bien raconter ce qu’elle a fait de son nouvel an – et elle a fait beaucoup, beaucoup de choses. Un sourire étire ses lèvres rien qu’en y repensant : la voilà ailleurs. Elle aurait rien fait, probable qu’elle se serait évitée un putain de savon par Nell, qui découvrira immanquablement la vérité tant Diana ne sait rien cacher – et encore moins à elle ou Bonnie. Ou Cordelia et Eliott. Soudain plus en forme à l’idée d’exposer ses exploits sous leurs yeux ébahis à défaut de les montrer directement – ce serait un peu chelou –, Diana lance les festivités. « En tout cas j’vous retiens vous. » Ah oui. C’est l’inévitable moment Calimero de Diana : « J’suis à peine arrivée au nouvel an, y en a une qui se barre (œillade à l’ainée) et y a l’autre qui me fout le plus gros vent que j’me suis mangée de ma vie (index accusateur tourné vers le petit frère). Merci la famille, hein. » On en parle, de ton retard de plus d’une heure et demi sur le bateau, de ton arrivée en mode complètement pétée et de ta présentation merdique à base de Natacha ? Pas prévu dans les sujets à aborder en tout cas. D’autant plus qu’Eliott manquera probablement pas de l’attaquer, à moins que ce ne soit Cordelia qui lance les festivités : dans sa tête, Diana est déjà persécutée. Sourire malin avant d’ajouter : « Maaais j’ai passé une très, très bonne soirée. » Et à en juger par son air coquin, on devine sans souci ce qu’elle a pu y faire. Uhu again. « Bref. » Grimace : sa tête et son ventre sont en train de monter un orchestre philarmonique et ça fait mal. Vraiment. Persuadée qu’on n’aura pas pu mieux fêter la nouvelle année que comme elle l’a fait, quand bien même le type serait pas validé par tout le monde (mais complètement, largement par elle, et c’est le plus important), elle est curieuse de savoir ce que son frère et sa sœur ont fait de leur côté. Curieuse, oui, avec une pointe d’envie de montrer qu’elle aura fait mieux parce qu’elle peut pas s’en empêcher. Enfin évidemment, c’est sans compter sur Cordelia – mais ça, elle le sait pas. Diana perd pas le nord et n’a évidemment pas oublié la sublime rousse avec laquelle Eliott faisait connaissance la veille. « Alors Doudou ? T’as embrassé qui aux douze coups de minuit ? » Dis la rousse. Dis la rousse.
Revenir en haut Aller en bas
désastre des astres
Eliott Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : milou sur pluton
date d'inscription : 21/12/2018
messages : 105
avatar © : logan lerman ; Mok (vava) ; old money (signa)
fairytale counterpart : le petit prince ; le berger de porcelaine
activité rp : (open) the hayes ; tc bayou ;maggie

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mer 16 Jan - 20:02


≈ ≈ ≈
time to debrief
crédit/ tumblr (gifs) ✰ w/@cordelia hayes & @diana hayes
Il avait été décidé par la volonté de on-ne-sait-quel-dieu, qu’une petite réunion familiale s’imposait dans l’ancienne maison où vous aviez tous grandis. Voilà comment tu te retrouvais à manger la bonne cuisine de maman et de prendre des nouvelles des tes parents. Et puis, c’était une occasion de revoir tout le monde et de passer du bon temps en famille parce que t’étais souvent dans ta bulle. Et avec la température à l’extérieur, pour une fois, t’avais mal nulle part, un véritable miracle, considérant le fait que ça faisait plus d’un mois, malgré la saison d’hiver. Tu te comptais chanceux d’habiter dans une région chaude et ne pas à avoir supporter le froid parce que tu te disais que tu serais probablement en morceaux. Cette cuisine t’avait tellement manqué. Tu te débrouillais pas mal non plus, mais cela te manquait de ne plus faire la cuisine. Et comme tu n’avais pas revu tes deux sœurs depuis l’incident du nouvel an, c’était un bon moment de savoir ce qu’elles avaient bien pu foutre du reste de leur soirée, évidemment. Tu avais embrassé Cece, mais tu n’avais pas du tout revu le bout du nez de tes aînées par la suite. Envolées, volatilisées. Bref, c’était le moment de faire le point avec elles, alors que vous restiez encore un peu dans l’ancienne chambre des filles. Tu n’avais rien de prévu de particulier, alors tu restais en leur compagnie. C’était toujours mieux que de se remettre dans les lourds travaux universitaires qui t’attendaient à l’appartement. Les piles qui s’accumulaient commençaient légèrement à te faire peur. Didi était en pleine crise existentielle, une fois que vous vous étiez retrouvé tous les trois. « Tu vas survivre. Du moins, t’as intérêt. » lui dis-tu, avec une certaine malice dans la voix. Tu savais qu’elle n’était pas à l’article de la mort et qu’elle allait s’en sortir. C’était évidemment pour lui lancer des flèches amicalement. Bien sûr, vint le moment inévitable où elle fit mention de l’évitement que tu lui avais fait subir lorsqu’elle était sortie de nulle part. C’était bien de sa faute à elle si tu t’étais retrouvé dans ce pétrin à être présenté à un inconnu qui te présenta une autre inconnue que t’avais embrassé. « Tu sais très bien pourquoi j’ai pas voulu t’adresser la parole. » Tu lui tiras la langue, comme un gamin. Tu l’étais encore, quand tu y pensais. Mais tu le faisais aussi juste parce que c’était elle, on s’entend. Tu trouvais que c’était encore légitime de le faire. Ce n’était pas comme si Diana ignorait la raison du pourquoi tu n’avais pas sauté dans ses bras lorsqu’elle avait eu le culot de se pointer, quoi. Tu t’étais retrouvé sur ce bateau pour une raison. Le sujet changea radicalement quand on s’adressa d’abord à toi. Génial, c’était donc à toi d’ouvrir le bal des petites cachoteries et de dévoiler ce que t’avais probablement fait aux douze coups de minuit. Tu grognas légèrement avant de lever les yeux ciel. « Cece, la rousse qui était avec moi et qui m’a été présenté par un certain Sebastian. Que je connaissais pas non plus d’ailleurs. Donc disons que ça s’est passé comme dans la petite sirène, mais y’avait pas le crabe pour chanter Embrasse-la dans l’arrière-plan. » Oui parce que c’était aussi important de le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
ray of fucking sunshine.
Cordelia Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 510
avatar © : nathalie emmanuel, @outlines.
fairytale counterpart : circe the sorceress.
activité rp : (●●●●○) 4/5 - hamilton, nash, tc (nola) // inej (erathia)

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes) Mar 22 Jan - 19:07

Aller déjeuner chez les parents pour fêter la nouvelle année était le genre de traditions auxquelles aucun des fils et filles Hayes pouvaient se soustraire, no matter the headache. Ou dans le cas de Cordelia, les courbatures post plan à trois qui s'était achevé quelques heures plus tôt dans la joie, la bonne humeur, et sans aucune gêne. Elle aurait du obtenir la palme de la plus grosse gueule de bois, mais avait le plaisir de déléguer ce titre à sa petite sœur qui, comme à son habitude, ne cessait de se plaindre, de gémir, de se faire remarquer en mentionnant combien elle avait la gueule de bois. Alright, Diana, we get it. Si le déjeuner se passa sans encombre notoire – leur mère, Josephine, avait préparé son célèbre gumbo, le meilleur de toute la ville aux yeux de Cordelia – le reste de la fratrie ne manqua pas de filer dès la dernière cuillère avalée. Contrairement aux trois restants, eux n'avaient pas daigné célébrer le nouvel an sur le bateau (losers) et ne méritaient donc pas le moment inévitable se profilant à l'horizon : le débriefing. Assise dans la chambre des filles (trois lits, beaucoup trop peu d'espace pour vivre décemment), Cordelia se remémorait avec un sourire malicieux les souvenirs de la veille. Elle aurait cru qu'ils seraient rares et flous, mais même pas : tout lui revenait en tête avec une très grande précision et elle admirait sa faculté à avoir eu parfaitement conscience de ce qu'elle faisait et de ne même pas sentir la moindre culpabilité. That was one hell of a bang, merci Sebastian, merci Nell. Elle ricana en entendant Eliott fermer le clapet de sa sœur – jusqu'à preuve du contraire, personne n'était jamais mort d'une gueule de bois – et acquiesça à son tour. « La prochaine fois tu picoleras moins, Natacha » rappela-t-elle à sa sœur. Elle aurait mérité de se reprendre une claque dans la nuque pour la punir de sa bêtise, mais Cordelia, dans sa grande charité, préféra rester assise sur le lit, adossée au mur, une main jouant habilement avec son téléphone. « T'avais qu'à être à l'heure, comme Eliott, comme moi. Et pas raconter tes conneries habituelles ». Aussi. Elle leva un sourcil vaguement intéressé à la mention de sa soirée et étouffa un nouveau ricanement, avant de faire claquer sa main libre contre celle de sa sœur. High-five sister. Ses condoléances au fou qui avait accepté de se taper Diana, parce qu'il venait de se foutre dans une merde intersidérale. Sa sœur avait tendance à se faire des films pour pas grand-chose et le malheureux élu allait sans doute très vite s'en rendre compte. Eliott entama son récit, obtenant un nouvel high-five (mental, celui-ci) de Cordelia. Well done baby bro. Well done indeed. « Tu connais pas Sebastian ? Tu connais pas mon meilleur ami Sebastian dont je vous parle depuis des années ? Est-ce que quelqu'un m'écoute quand je vous raconte ma vie ou...? » Question rhétorique. De toute évidence non, et c'était probablement mieux comme ça. Elle gloussa lorsqu'il mentionna la petite sirène et se mit à chantonner la chanson. « Shalala my oh myyyy look at the boy too shyyyy » Sauf que lui avait embrassé la fille. « Et donc ? Qu'est-ce qu'il s'est passé après ? Second base ? » Elle lui jeta un regard entendu. « Third base... ? » Improbable. A l'inverse de Diana et d'elle-même, Eliott n'était pas le genre coup d'un soir. Ou bien peut-être qu'elle lui accordait bien plus d'élégance qu'il n'en possédait. Peut-être qu'il était encore puceau ? Oh, who cares. « Bien, maintenant qu'on sait qu'Eliott a embrassé la rouquine, que Diana s'est tapé ce qui doit sans doute être un psychopathe, à mon tour. » Et elle allait pouvoir augmenter la mise de façon dramatique. « Et pour répondre à ta question, Diana, je ne me suis pas barrée, je suis sortie fumer avec Sebastian. » Ce n'était pas vraiment une question qu'elle avait posée, but again, who cares. « Si tu crois que t'as passé une bonne soirée, attends de savoir comment j'ai passé la mienne... » Elle marqua une pause, laissant planer le suspense. « Sebastian Aldridge, Nell Beckwith et Cordelia Hayes sont bourrés sur un bateau. Que se passe-t-il ? Option A : Sebastian et Nell couchent ensemble. Option B : Sebastian et Cordelia couchent ensemble. Option C : Nell et Cordelia couchent ensemble. Option D : all of the above. » Sourire satisfait pour accompagner la devinette. Elle finit par hausser un sourcil coquin. « Option D, évidemment. Et pas qu'une fois, if you know what I mean. » Self-five !

_________________

-- Let me say what sorcery is not: it is not divine power, which comes with a thought and a blink. It must be made and worked, planned and searched out, dug up, dried, chopped and ground, cooked, spoken over, and sung.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: time to debrief (tc hayes)

Revenir en haut Aller en bas

time to debrief (tc hayes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ZEN] Time Sieve
» Time vault
» Impossible de connecter mon lapin via une Time Capsule
» Hockey time !
» A Most Dangerous Time: Japan in Chaos, 1570-1584 - MMP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: desroses av.-