Partagez|

› topic commun // and a crappy new year

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
○● The Magician ●○
personnage non joueur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://storytellers.forumactif.com
pseudo, prénom : propriété du staff
date d'inscription : 02/07/2018
messages : 208
avatar, crédits : @maclean
fairytale counterpart : tu ne sauras point.

MessageSujet: › topic commun // and a crappy new year Sam 1 Déc - 19:40

guerre des régions : épisode un
december 1st, 2 AM


Les soirées de Crescent Grove brillaient toujours de mille feux : les néons des bars, les phares des voitures, le cuivre des saxophones, offrant aux rues du quartier une atmosphère électrique. La plupart du temps, la communauté d'habitants se mélangeait sans aucune difficulté, rendant ainsi hommage à l'ambiance cosmopolite de la Nouvelle-Orléans. Mais parfois, comme en cette soirée de passage au mois de décembre, les choses prenaient une tournure très différente.

ahoy, kavanagh street, 00:30 AM
une soirée comme tant d'autres, au rythme du rhum servi en abondance et d'une musique moderne si forte qu'il en devenait difficile de parler. la population habituelle de la ville s'y retrouvait pour communier et s'amuser... jusqu'au mot de trop. personne ne saurait dire quand, comment, ou pourquoi tout a commencé. tout ce que l'on sait de l'événement, c'est qu'en quelques secondes, les choses sont passées du rire à la guerre ouverte, à coups de chaises balancées sur des clients, de bouteilles de verres éclatées sur les crânes, de combats à mains nues, s'étendant jusqu'à la rue pour y mêler des habitants qui avaient simplement le malheur de passer par là.

crescent grove police station, wooley street, 2:00 AM
le poste de police est d'ordinaire très calme à cette heure-ci de la nuit, à l'exception d'une ou deux personnes en état d'ébriété. c'est dire la surprise qui traversa le visage de l'officier présent lorsqu'il vit arriver une trentaine de personnes, accompagnés de quelques uns de ses collègues, dans un poste de police soudain bondé. il ne comprit pas grand-chose des explications, si ce n'était qu'une bagarre au Ahoy avait dégénéré, si bien que les forces de l'ordre avaient fini par intervenir en embarquant tout le monde, indépendamment de leur rôle dans l'histoire. aucun habitant ne serait autorisé à partir avant d'avoir donné ses explications. l'officier observa les personnes les unes après les autres, les tensions toujours aussi vives entre certains d'entre eux et ne put s'empêcher de murmurer pour lui-même : la nuit va être longue...

from dusk till dawn
› tous les personnages peuvent se retrouver ici, qu'ils aient été témoins de la scène ou simples passants confondus avec les responsables. de ce fait, n'hésitez pas à faire participer des personnages qui n'auraient, de façon générale, aucune raison de se retrouver ici.
› n'hésitez pas à provoquer de l'action et à pimenter les choses, l'idée étant de donner matière à avancer pour vos petits camarades. de ce fait, privilégiez également les rps courts.
› chaque rp posté ici rapportera des points à votre région, car nous le rappelons, le but est qu'un des groupes remporte la compétition, avec des cadeaux à la clé ! l'activité est donc clé !
› rien de ce qui se passe dans ce rp n'aura d'impact dans la vie de vos personnages, voyez ça comme un rp alternatif, donc les choses peuvent partir franchement en live... sans la moindre conséquence (si vous décidez d'en tenir compte pour le futur de vos personnages, c'est une autre histoire !)
› vous n'êtes pas tenu de poster dans un ordre particulier. dès que vous sentez qu'il est temps, allez-y.
› et surtout amusez-vous !!!

_________________
abracadabra.
Revenir en haut Aller en bas
○● Hayden Beckwith ●○
[is adorable in spanish]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : maclean, julia.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 475
avatar, crédits : eiza gonzalez, scythe
fairytale counterpart : captain hook (lady viola of ravenshore)
activité rp : ●●●○ (er : morgiane) (no : seth, becks, tc)

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Dim 2 Déc - 1:32

Comme toute histoire qui vaut le coup d'être écoutée, mieux, vécue, celle-ci débute par un — putain, j'suis déchirée. Hayden ne sait pas bien à qui elle a prestement déclaré son état, mais toujours est-il qu'on lui sert un énième shot de tequila qu'elle ne paye pas et qu'elle renverse le godet dans sa gueule en un cul sec foudroyant. Un type à sa droite lui jure qu'il parle espagnol et pour preuve, lui crache les paroles de la camisa negra comme si c'était la plus grande œuvre littéraire et musicale du siècle. Y a cette espèce de fierté qui fait briller ses yeux, et fait gonfler son torse. Elle est fatiguée de ces stéréotypes à la con, de ces mécanismes sociaux de merde qui poussent le con standard à croire qu'elle baissera son froc à qui parviendra à aligner trois mots dans sa langue maternelle. Sa mère l'a élevée mieux que ça. Elle est défoncée, ok, mais pas à ce point-là.  Pas encore, du reste. Toujours est-il que l'essai n'est pas transformé. Que la tentative, en plus d'être passable, la fait pas rire du tout, et rien qu'avec ça, sa soirée prend un virage inattendu. On considère Hayden comme une soularde à l'humeur totalement malléable, au sens où un battement d'ailes de papillon à Tokyo pourrait, effectivement, provoquer la tempête Beckwith à Crescent Grove. Ça alors qu'une micro seconde plus tôt, la nana pouvait pas être dans de meilleures dispositions.

À peu prêt deux heures, une impressionnante collection de verres volés de les poches de son bombers, et huit grammes dans le sang plus tard, Hayden arrive menottée et en équilibre précaire sur ses deux jambes au poste de police. C'est limite si le flic qui l'escorte n'a pas longuement hésité à la foutre sur son épaule, et ce qui l'a aidé à trancher, c'est qu'il voudrait pas qu'on se méprenne sur ses intentions, et surtout qu'elle mérite pas qu'on l'aide. — Welcome to Kentucky Fried Chicken ! It's finger lickin' good ! qu'elle crache au poulet, pleine face. La folle se lèche le doigt d'honneur au nez du concerné, et éclate d'un rire maniaque parce que putain, qu'est-ce qu'elle est drôle, mental self-five. Preuve qu'elle mérite effectivement pas qu'on lui facilite quoi que ce soit. Le gars la balance sur l'un de ces sièges en plastique bleu qu'on trouve dans tous les commissariats, aussi fort qu'il est frustré. Oui, elle est responsable. D'accord, c'est pas elle qui a balancé le premier coup, mais comme toute emmerdeuse qui se respecte, une Beckwith comme on en a fait quatre, Hayden a copieusement participé à la bagarre. Encore saoul, elle explose de rire à nouveau en se tortillant sur sa chaise, et affiche un espèce d'air morose de suite après. — Eh bah ma chaussure elle est tombée dans les égouts, qu'elle maronne auprès de son voisin d'à côté. Elle s'apprête à crier qu'elle dira rien sans la présence de son avocat, mais est certaine d'avoir trinqué avec lui, boxé à ses côtés, alors alors...

_________________

she's a killer queen. gunpowder, gelatin, dynamite with a laser beam. guaranteed to blow your mind anytime, recommended at the price. insatiable an appetite. wanna try
Revenir en haut Aller en bas
○● Isiah Caldwell ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : Hustle, Clément
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 215
avatar, crédits : michael b. jordan, CASSIℭ
fairytale counterpart : keir minastan, erathia's most prolific assassin
activité rp : ●●●○○ (tc, ren, nell, ...)

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Lun 3 Déc - 1:55

« Qu’est-ce qu’il t’arrive fils de pute ? » C’était probablement à ce moment-là que les choses avaient dégénéré. Ça l’était en tout cas en ce qui concernait Isiah, furieux de voir son pantalon tout à coup submergé sous l’écume d’une bière bon marché. Déjà prêt à en découdre, les mots qu’il choisit ne firent qu’envenimer la situation. Peu importe si le gars en question avait renversé sa bière involontairement suite à une altercation qui naissait à quelques pas d’eux, les quelques phrases échangées transformèrent les quelques étincelles en un véritable brasier. L’empoignant par le col de la main gauche, Isiah envoya deux directs rapides du droit avant de finir sur un crochet qui lui décrocha la mâchoire. La suite était un peu plus brouillonne, le bar entier était en fusion et, pris dans une sorte de frénésie Isiah continuait d’envoyer des coups à quiconque s’approchait de lui de manière hostile. Il encaissa également son lot de coups, mais l’adrénaline aidant, il restait debout, sautant même par-dessus le comptoir pour régler son compte à un lâche qui y avait élu refuge. La scène était un véritable carnage, tout le monde se battait dans tous les sens et plutôt que de paniquer face à la sauvagerie d’une telle situation, Isiah l’appréciait, mieux, il s’en nourrissait.

Quelques minutes plus tard, les sirènes bleues envahissaient les lieux et les flics essayaient de faire régner un semblant d’ordre suite au chaos magistral qui avait été causé. Embarqués au poste, tous, sans exception. Les insultes envers les forces de l’ordre pleuvaient et chacune trouvait un coup de matraque en guise de réponse. Isiah s’était tut pendant tout le trajet jusqu’au commissariat, tentant tant bien que mal de se canaliser, d’essayer de contenir cette colère qui brûlait toujours en lui. Un peu calmé pas moins vindicatif pour autant, Isiah adressa pour la première fois à l’officier qui l’avait menotté en arrivant à la station. « Woodburn c’est ça ? » lâcha-t-il en lisant la plaque qu’il arborait fièrement sur sa poitrine gauche. « Tu sais que je vais te faire virer pour ça ? Tu vas dire au revoir à ta petite situation sociale, te retrouver au chômage ; t’es flic donc tu dois pas savoir lire, pas évident pour trouver un nouveau travail. Et pour couronner le tout ta femme voudra plus d’un bon à rien et elle partira avec ton frère, emmenant les gosses avec elle au passage. » Alors que l’officier mit la main à sa ceinture pour attraper sa matraque, Isiah fit un pas en avant, se retrouvant désormais quasiment nez à nez avec le flic. « Vas-y, fais-moi plaisir, rajoute ton nom à la liste des bavures policières envers les afro-américains. » lâcha-t-il dans un grand sourire, comme si dans un élan de sadisme, il voulait recevoir davantage de coups. Relâchant l’emprise qu’il avait sur sa matraque l’officier envoya tout de même trois bons coups de poing dans les cotes d’Isiah avant de le pousser violemment au fond d’une cellule. Alors qu’il se relevait tant bien que mal, Isiah s’adossa contre les barreaux de la cellule. De l’autre côté, Hayden, qui elle avait eu le droit à une chaise. « Si seulement je connaissais un bon avocat. » lâcha-t-il en se marrant. S’apercevant qu’il lui manque une chaussure, il enchaîna. « T’as réussi à faire ta Cendrillon au milieu de ce merdier ? Putain tu m’impressionneras toujours. »
Revenir en haut Aller en bas
○● Zara Mahdavi ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 13/11/2018
messages : 204
avatar, crédits : leila bekhti ; fanny (av) sial (code sign) kane (icon sign)
fairytale counterpart : morgiane (ali baba and the fourty thieves)
activité rp : 7/3 - griffin ; bonnie ; liam ; tc x2 ; hook ; esmeralda.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Lun 3 Déc - 14:11

Bien plus calme et posée que les deux loustics avant elle (dans le sens où elle ne cogne personne et n’est pas bourrée jusqu’à l’œil), Zara n’a pas encore compris comment les choses ont pu dégénérer à ce point. « C’est un scandale ! » fulmine-t-elle au milieu du poste de police, ses décibels aggravant les gueules de bois monumentales des bagarreurs victimes d’une redescente fulgurante en terme d’ivresse – il est notoirement connu que se faire arrêter et embarquer par la police permet à certains de retrouver rapidement leurs esprits (à défaut de leur état normal). Quelques minutes plus tôt, elle sortait – très – tard de son cabinet juste à côté de ce fameux bar où tout le monde a décidé de collectivement péter un câble. Attirée par les cris et les effusions – comme beaucoup d’autres –, l’avocate s’était retrouvée sans trop comprendre le pourquoi du comment menottes aux poignets et contrainte et forcée de les accompagner au poste. « J’ai l’air d’une sauvage ? » « Vous n’avez pas le droit. » « Je vais porter plainte pour abus de droit. » « Je n’ai rien à voir là-dedans. » « Vous allez me laisser partir maintenant ou je vous colle un procès au cul bordel de merde. » Rien à dire, rien à faire : ces stupides flics ne comprennent rien et la voilà maintenant assise à côté d’une fille visiblement arrachée qui lui balance que sa chaussure est tombée dans les égouts. Information dont le degré d’importance est bien évidemment au plus haut. Zara lui balance son regard le plus méprisant avant de répondre : « C’est vraiment très intéressant. » La fille est encore sûrement trop bourrée pour comprendre le second degré pourtant évident de l’avocate, apparemment bien décidée à ne pas laisser la conversation s’installer. Fort heureusement, une nouvelle scène surréaliste se produit sous leurs yeux ébahis : Isiah Caldwell est en train de faire le con avec des flics. Tiens. Il fait aussi partie des charmants invités des charmants policiers. Ô joie : toutes les conditions sont réunies pour que cette soirée déjà désagréable fasse partie de son top 3. Qu’on la sorte d’ici, par pitié. Résultat des courses : une fille pas capable de tenir debout deux secondes et un avocat faisant preuve d’une intelligence hors norme pour se foutre dans la merde. Et ce n’est qu’un début, parce que l’assemblée des débiles n’a pas fini de défiler. L’homme finit le cul au fond d’une cellule – outrage à agent, participation probable à une bagarre générale : un beau bilan. Et voilà qu’il s’adresse à la fille à la chaussure manquante ; grosse équipe de bras cassés. Si seulement il connaissait un bon avocat ? Zara voudrait bien faire disparaitre son sourire moqueur naissant mais ne parvient pas à s’en empêcher. Et puis tant pis. « Si seulement, en effet. » Oh, elle ? Elle est excellente. Quant à lui, elle est encore trop fière, trop mauvaise pour reconnaitre qu’il soit doté d’un quelconque talent, ce même si, parmi les quelques dossiers sur lesquels ils se sont confrontés, il faut bien admettre que Caldwell a accompli de jolis coups. Zara ne lui viendra pas en aide – comme s’il en avait besoin. La question ne se pose pas dans tous les cas : il est hors de question qu’elle reste coincée toute la nuit au poste de police après la journée qu’elle vient de passer. L’avocate interpelle donc un policier : « Ecoutez, je sors du boulot, je bosse au cabinet à côté de ce maudit bar. J’ai rien à voir avec cette stupide bagarre alors laissez-moi partir : vous me retenez sans motif valable – je ne suis même pas en état d’ivresse. Par contre, je suis avocate. Et vous êtes en train de commettre une grossière erreur. Je veux voir votre chef. Immédiatement. » Que les autres abrutis coincés avec elle ne se fassent pas de films : elle ne défendra personne dans cette affaire pourrie. Pas envie d'être sympa ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
○● Thalia Bradford ●○
(courage kindness magic)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 283
avatar, crédits : florence pugh ⋅ isleys ⋅ dianasofthemyscira.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : ●●● ⋅ brody, tc › nola ⋅ erathia.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Lun 3 Déc - 16:13

Trois, huit, ou douze. Thalia ne saurait deviner la quantité de liquide qu'elle a ingurgitée perchée sur sa chaise depuis maintenant plusieurs heures. Ni le nombre de gros lourdauds qu'elle a rembarrés malgré elle. Ce qui est certain c'est que sobriété s'est définitivement fait la malle. La limite du raisonnable franchie depuis bien longtemps, la belle se félicite pourtant de quitter le bar avant de finir effondrée sur le comptoir. Se dirigeant maladroitement vers la sortie, son esprit embrumée ne prend même pas mesure du capharnaüm qui commence à régner sur les lieux. Une fois à l'extérieur, la jeune femme retire ses escarpins et vient s'adosser contre la façade du Ahoy. Généralement sa soirée se termine chez elle ou chez son partenaire mais pas aujourd'hui. Une bien triste réalisation pour Thalia qui soupire, pas prête à se retrouver en tête-à-tête avec Solitude qui, elle, l'attend sagement à l'appartement. Les sirènes et gyrophares au loin la tirent de sa rêverie et la blonde s'anime enfin après cinq minutes passées à somnoler sur le trottoir. Et parce que Thalia n'aime pas faire les choses dans le respect des normes de sécurité, ses pieds quittent le trottoir pour fouler la route quand une voiture de police vient stationner à ses côtés et l'agent côté passager ouvre sa portière et assène un coup sur la tête de la jeune femme qui s'était agenouillée un instant pour récupérer la chaussure qui lui avait filé entre les doigts. Absence de réaction de la part de la barmaid qui se relève difficilement avec l'aide de l'agent. Elle s'appuie sur le coffre de la voiture pour retrouver un semblant d'équilibre et son sourire vient s'élargir quand elle croise enfin le regard de son agresseur. « Thalia. » qu'elle se présente, s'agrippant désespérément au bras de l'officier pour ne pas perdre l'équilibre une nouvelle fois. Un spectacle bien triste à voir. « J'ai un faible pour les hommes en uniforme.  Je préfère les pompiers mais tu feras l'affaire. J'ai toujours rêvé de le faire dans une voiture de police. » avoue-t-elle de but en blanc alors que le policier fait signe à son partenaire d'investir le bar sans lui, sous-entendant qu'il s'occuperait du cas de Thalia personnellement. Agent qui se saisit prestement des poignets de la jeune femme pour lui passer les menottes. Ce qui ne semble pas inquiéter Thalia, bien au contraire. « Oh, alright, I hear you Mr. I Like it Rough. » Ce à quoi l'officier répond par un rictus moqueur avant de la balancer sans ménagement à l'arrière du véhicule en direction du poste de police. Son partenaire sort du bar accompagnés de deux autres personnes à qui il a passé les menottes et qu'il installe désormais sur la banquette à côté de la jeune Bradford. Le conducteur jette un regard à Thalia dans le rétroviseur et se tourne vers son collègue. «Qu'est-ce qu'elle a fait ? » « Le trottoir. » « Techniquement j'étais pas sur le trottoir. » se plaint Thalia alors qu'on l'emmène au poste avec le reste des fauteurs de trouble. Là-bas, elle retrouve des visages familiers, notamment celui de Hayden qui se plaint d'avoir perdu sa chaussure. Les siennes sont pendues à ses doigts et en très bonne amie qu'elle est, elle lui balance l'une d'entre elles mais celle-ci s'échoue lamentablement au sol après s'être heurtée aux barreaux qui séparent désormais les deux jeunes femmes. On lui demande de s'asseoir, ce qu'elle fait prestement avant d'observer la scène qui se présente à elle. L'une des personnes qui a été arrêtée se dit être avocate. « Ouais, moi aussi j'suis avocate et je veux voir votre chef immédiatement. » répète Thalia tout en tapant du pied avant de partir dans un fou rire qui en dit long sur la véracité de ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
○● Cordelia Hayes ●○
ray of fucking sunshine.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 188
avatar, crédits : nathalie emmanuel, @isleys.
fairytale counterpart : circe the sorceress.
activité rp : (●○○○○) 1/5 - tc [hamilton, nash] (nola) // (erathia)

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Lun 3 Déc - 21:11

Impossible de savoir comment tout a commencé, mais Cordelia sait au moins une chose : comment tout a fini. Une bagarre sortie de nulle part, des blaireaux se mettant salement sur la gueule pendant qu’elle sirotait son quinzième cocktail de la soirée, le cul vissé sur le tabouret en évitant de peu de jouer les cheerleaders et encourager son préféré du moment. Le bon sens lui ayant soufflé qu’elle risquait elle aussi de s’en manger une, elle a préféré regarder à défaut de participer. Après tout, avec sa couleur de peau et sa chance légendaire, elle aurait sans doute fini battue et laissée pour morte sur le sol du Ahoy et franchement, c’est pas une mort digne d’elle. Elle n’a pas esquissé le moindre signe d’agacement quand les flics ont finalement débarqué pour emmener tout le lot au poste indépendamment de leur implication. Non, au lieu de ça, Cordelia s’est marrée, parce que la situation est aussi improbable qu’elle n’est drôle. Certes, le cocktail de trop ingurgité à l’arrache à la demande pressante d’un flic très peu patient l’a probablement faite basculer du mauvais côté de l’ébriété mais au moins elle peut en plaisanter une fois arrivée au poste de police, comme les trente autres compagnons d’infortune. « Oh, Woodburn » fait-elle, pointant son index sur l’insigne du flic qui roule des yeux au ciel en la reconnaissant. « Comme si t’étais pas heureux de me voir franchement, ça faisait au moins trois semaines que tu m’avais pas croisée ici, fais pas genre que ça t’emmerde ! » Cordelia est une habituée, soit pour elle, soit pour récupérer son abruti de frère. Pas besoin de lui indiquer le chemin jusqu’à la cellule déjà trop bondée, elle s’y rend de bonne grâce, sourire amusé sur les lèvres. A l’inverse de certains comparses, elle tient encore très bien debout, ne titube pas, et peut aligner quelques phrases cohérentes. Une femme tente de protester, se prétendant avocate et donc indigne de se trouver ici. « Oh ta gueule la princesse, tout le monde s’en branle de ce que tu fais dans la vie, va t’asseoir et boucle-là. » Patiente, mais pas patiente au point de ne pas s’agacer des merdeuses qui essaient de faire jouer leur statut social. « T’sais quoi, je suis guide de musée vaudou et si tu m’emmerdes, je vais prendre ta tronche et t’foutre les épingles dessus. Cadeau de la maison. » Elle ricane bêtement, parce que l’idée l’amuse profondément et qu’elle aimerait bien l’essayer sur quelqu’un. En tâtant la poche de son manteau, qu’elle a eu la présence d’esprit de prendre avec elle, elle y redécouvre ce qui va sans doute égayer le reste de leur soirée. Regard triomphant, elle sort une petite bouteille de rhum, encore pleine, chopée au passage puisqu’il n’y a pas de petit profit. « Tournée générale ! Mais que pour les gens dont la tête m’inspire. Toi t’es punie » ajoute-t-elle, le regard dirigé vers la pseudo-avocate-trop-bien-pour-toi. « Mais vous deux par contre, c’est cadeau. « Toi parce que t’es mon frère de peau, et toi parce que je t’ai croisée trop souvent au Ahoy pour pas t’en faire profiter » fait-elle en tendant la bouteille à Isiah et Hayden. « Tiens, toi aussi, t’as l’air tellement bourrée ce serait con de pas en rajouter une couche. » Cadeau pour Thalia. Quitte à s’emmerder toute une nuit en cellule, autant se sociabiliser.

_________________

-- I asked her how she did it once, how she understood the world so clearly. She told me that it was a matter of keeping very still and showing no emotions, leaving room for others to reveal themselves.
Revenir en haut Aller en bas
○● Dawn Bradford ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : léa.
date d'inscription : 10/11/2018
messages : 254
avatar, crédits : robbie @perlman
fairytale counterpart : aurora, the sleeping beauty who's very awake now. princess of caerwyn.
activité rp : (0/4) jawn, dawseth, auriel, philore.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Mar 4 Déc - 12:41

Dawn Bradford n'était pas le genre de fille qui termine menottée dans un commissariat au milieu de la nuit. Habituellement. Mais, il semblait qu'elle se plaisait à repousser les limites du politiquement correct dernièrement. Pour sa défense, la blonde avait simplement accepté en toute innocence d'aller boire un verre dans un des bars de la ville. Accompagnée de son garagiste proclamé sauveur d'un jour, dont elle ne savait que le prénom d'ailleurs, ils s'étaient rendus à l'Ahoy. La soirée avait donc commencé ainsi. Seth, surestimant la capacité de la blonde à ingurgiter autant de shots, les déposait inlassablement devant elle. Et, Dawn, bien décidée à se noyer pour oublier, avait choisi de l'alcool bas de gamme comme arme du crime. Riant comme une folle sortie de l'asile, les cheveux lâchés sur les épaules et les joues rendues rouges par son état d'ébriété, la jeune femme n'avait pas vu la soirée basculer vers un combat de gladiateurs titubants. Jusqu'à ce qu'un verre atterrisse dans le mur à sa gauche, à une dizaine de centimètres de son visage seulement. Lâchant son shot brusquement sur le sol, dans un effort vain de couvrir sa figure, elle n'esquiva cependant pas l'éclat qui vint se loger dans sa pommette.  Le liquide, rouge comme son rouge à lèvres hors de prix, dégoulinait le long de sa joue. Dawn, paniquée et l'esprit rendu lent par l'alcool, trébucha sur ses talons hauts à travers la foule, devenant de plus en plus dense. Elle appela lamentablement Seth, son compagnon d'un soir, une main ensanglantée sur la joue et l'autre tendue devant elle. Celui étant introuvable, la blonde se dégagea un chemin vers la sortie. Le brouhaha des cris se transforma en sirènes de police un fois le porche passé. Génial. Elle était tombée nez à nez avec un officier exaspéré par le spectacle se déroulant devant ses yeux. Ivre, mais pas idiote pour autant, Dawn savait pertinemment que le mot coupable était écrit en lettres écarlates sur son front. Elle leva les mains en l'air, exagérément, son sang gouttant sur le bitume. « Je vous jure que c’est pas moi monsieur l’agent ! »

Ses supplications avaient clairement été vaines. Conduite en cellule de dégrisement, un pansement de fortune sur la joue, Dawn se retrouvait assise avec une trentaine d'autres personnes. Seth, toujours inconnu au bataillon, ne s'était pas décidé à venir la sauver sur son grand cheval blanc. Elle avait appris sa leçon concernant les virées alcoolisées avec des hommes qu'elle venait à peine de rencontrer. Tout le monde braillait à côté d'elle, et, la blonde avait l'impression que sa tête allait exploser. La douleur dans sa pommette n'aidait clairement pas sa situation non plus. Un rire cristallin éclata dans la cellule à côté d'elle, la faisant relever brutalement les yeux. Jésus, Marie, Joseph, pas ça. Sa petite soeur, Thalia, symboliquement aussi ivre qu'elle, se trouvait elle aussi derrière les barreaux. Leur père allait adorer l'anecdote. Ou les tuer. La seconde option était la plus plausible. « Je peux savoir ce que tu fais là ? » asséna-t-elle à sa cadette en faisant de grands gestes pour attirer son attention. Dawn, avec son air ahuri et son visage ensanglanté était prête en avance pour Halloween. Une inconnue - Cordelia-,  elle aussi sous l'emprise le l'alcool, les interrompit, tendant une bouteille de rhum à sa petite-soeur. Comment avait-elle réussi à faire entrer ça dans le commissariat ? La blonde l'attrapa au passage, portant le goulot à ses lèvres. Dawn en avait ostensiblement besoin pour digérer le ridicule de la situation. « Pour la douleur. » lâcha-t-elle devant les regards étonnés par son action, en désignant sa pommette. « Et aussi parce que je suis pas encore assez saoule pour supporter l'idée d'être enfermée dans une cellule avec ma petite-soeur. » Elle se laissa tomber à côté des autres joyeux lurons, maudissant silencieusement Seth Admiraal pour l'avoir mise dans cette situation. Elle prendrait un malin plaisir à le pousser sous les roues de sa voiture, si celle-ci redémarrait un jour.
Revenir en haut Aller en bas
○● James Lancaster ●○
charming suits you.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 530
avatar, crédits : matthew daddario, outlines.
fairytale counterpart : prince 'charming ' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - dawn, nell, tc (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Dim 9 Déc - 19:33

Contrairement à l'immense majorité des personnes présentes dans ce poste de police, James n'était ni saoul, ni énervé. Il prenait le chaos avec une certaine bonhommie, ne cherchait pas à s'échapper, ni à critiquer des officiers ne faisant que leur travail. Personne n'avait prévu que les choses tourneraient de cette façon et lui non plus ne s'attendait pas à finir la nuit au poste, plus encore compte tenu du fait qu'il n'avait pas même mis un pied dans le bar où les problèmes avaient commencé. Lui n'était qu'un passant rentrant à pied de son restaurant et s'offrant un détour par la rue la plus animée de la ville pour apprécier un air de jazz, qui avait fini par être interpellé par des policiers visiblement débordés par l'ampleur d'une bagarre ayant dégénéré au Ahoy. Pas franchement du genre à sortir dans ce genre d'endroit, il avait tenté de prendre une autre route, avant de venir au secours d'une femme, frappée par le jet d'une chaise. Il n'en avait pas fallu plus pour se retrouver à son tour accusé avec virulence d'être l'un des fauteurs de troubles. Cette seule idée avait de quoi le faire beaucoup rire, car quiconque connaissait James Lancaster savait qu'il était probablement la personne la moins à même d'agir de la sorte. Assis sur une chaise, il attendait son tour pour enfin savoir ce qu'il adviendrait de lui. On lui fit enfin signe d'approcher et il s'exécuta calmement. « James Lancaster. Je passais seulement par Kavanagh St pour rentrer chez moi, et je suis comme qui dirait tombé au mauvais endroit au mauvais moment. Une femme venait de recevoir une chaise en pleine tête, je suis venu l'aider et c'est à ce moment que vos collègues m'ont arrêté. » L'officier lui faisant face notait son témoignage sans faire le moindre commentaire et émit un grognement une fois sa prise de notes achevée. « Vous êtes pas le premier à nous dire que vous y êtes pour rien, mais vous voyez le bordel que vous avez tous foutu ? Si je commence à en laisser un partir, je vais m'retrouver avec une insurrection sur le dos. Allez vous promener par là-bas, mais ne quittez pas l'enceinte du poste. » James hocha la tête, compatissant, et s'éloigna du bureau, attiré par une discussion visiblement houleuse dans une des cellules de dégrisement. Il entendit une voix qu'il aurait reconnue n'importe où et en effet, ne fut pas surpris de découvrir Dawn en compagnie d'autres personnes, plus misérable que la plupart de ses compagnons d'infortune. Il s'approcha des barreaux, incapable de s'empêcher un commentaire. « Content de voir que tu m'as quitté simplement pour pouvoir te souler et finir la soirée dans une cellule. Belle évolution, Dawn, très belle évolution. »

_________________

-- Their love, which had grown with their growth, was as true and steadfast as though it had sprung up between a poor shepherd and shepherdess in the green plains of Arcadia.
Revenir en haut Aller en bas
○● Hayden Beckwith ●○
[is adorable in spanish]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : maclean, julia.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 475
avatar, crédits : eiza gonzalez, scythe
fairytale counterpart : captain hook (lady viola of ravenshore)
activité rp : ●●●○ (er : morgiane) (no : seth, becks, tc)

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Lun 10 Déc - 23:48

Isiah a au moins le mérite de capter le peu d’attention qu’elle a encore en magasin, cela même si ses histoires d’avocats lui passent par-dessus le cul et la tête. — C’est qui ça, Cendrillon ? qu’elle souffle, la bouche pâteuse qu’on arroserait volontiers d’un petit digestif. La providence, qui a visiblement un sens de l’humour unique, intervient lorsque Thalia lui balance une de ses pompes. Ça c’est de l’amour véritable, du vrai, du pur, du dur, à cent balles la paire de pompes. Hayden la regarde en biais, de ce regard vitreux qui ne la quittera surement plus de la nuit, et marmonne : — Alors comme ça, ça fait le trottoir sans sa meilleure amie, Bradford ? Pensais t’avoir éduquée mieux que ça !  Marmonner, gronder, grogner, ça dépend de l’acoustique. Hayden lui fait un sourire, et enfonce sur son pied la pompe qui lui manquait. L’une, la sienne, est une adidas stan smith à l’écusson fuchsia, fashionable af , l’autre est une chaussure de ville en cuir noir. Encore une chance qu’elles fassent la même taille de pompe, mais c’est le cadet de ses soucis. Entourée d’avocats sobres, plus ou moins, Hayden se perd dans la contemplation des deux requins qui se défient, et s’arrête sur Izi, qu’elle scrute avec plus d’intérêt que jamais auparavant.  — T’as des lèvres tellement grosses Izi, te jure. C’est ouf. On dirait deux knacki dans leur emballage sous vide. T’as du faire plein de trucs à ma soeur avec ces grosses lèvres. Elle phase. Vraiment. Très fort. — Celle du bas, c’est la pire. la mieux ? je sais pas. Ses doigts s’amuse avec sa bouche, comme une gamine de cinq ans pas plus. — J-j-j’tadore hein. Non, en vrai, ch’t’aime, t’es mon meilleur poto et tout. Mais là… ff. C’est trop de collagène pour moi tout cette histoire. Sa phrase est à peine terminée, qu’elle s’est déjà détournée complètement de la cause. Le tintement d’une bouteille de rhum attire toute son attention, évidemment. — Mais que vois-je que c’est là qu’une bouteille de Château Beckwith  Une cuvée Hayden, à un juger par l’étiquette : un rhum brun, pile ce qu’elle avait l’habitude de siroter à l’adolescence pour se déchirer, au milieu du sempiternel sirop pour la toux et autre get 27. Si elle est passée depuis à bien des breuvages nettement plus corsés, le rhum reste quand même la base. Pour ce loup de mer en perdition, ce pirate, ce capitaine, un remède même, une cure à la plus vilaine des malédictions.  — drink up me hearties yoho! cul sec.

_________________

she's a killer queen. gunpowder, gelatin, dynamite with a laser beam. guaranteed to blow your mind anytime, recommended at the price. insatiable an appetite. wanna try
Revenir en haut Aller en bas
○● Isiah Caldwell ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : Hustle, Clément
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 215
avatar, crédits : michael b. jordan, CASSIℭ
fairytale counterpart : keir minastan, erathia's most prolific assassin
activité rp : ●●●○○ (tc, ren, nell, ...)

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Jeu 13 Déc - 22:11

Alors qu’il pensait pouvoir décuver tranquillement dans sa cellule en attendant que les choses se tassent, Isiah eut la mauvaise surprise de voir débarquer maître Mahdavi, une avocate qui bossait dans un cabinet concurrent et qu’il avait eu l’occasion d’affronter à plusieurs reprises. Malgré les grands airs qu’elle essayait de se donner, elle était dans la même situation que lui ce soir, excepté le fait qu’elle semblait être sobre alors qu’il était complètement rond. « Parce que tu penses réellement qu’un supérieur va te recevoir avant qu’ils aient enregistré toutes leurs inculpations ? Il y fait bon vivre dans le monde des bisounours ? » Lui était pathétique parce qu’il était bourré, il en était conscient, mais elle l’était en pensant qu’elle pouvait sortir du commissariat en deux secondes. Si Isiah avait appris une chose au fil des années c’est que les flics étaient sacrément bornés et qu’ils adoraient faire traîner les choses et ce, même s’ils n’avaient aucune raison de garder un suspect. Les événements devinrent plus au goût d’Isiah lorsqu’une des dernières personnes à les avoir rejoint dans la cellule extirpa de son manteau une bouteille de rhum qu’elle avait réussi à dissimuler pendant tout ce temps, magnifique. Isiah l’aimait déjà. « Et bien j’accepte cette bouteille avec plaisir sister. » lâcha-t-il lorsqu’elle lui tendit la bouteille. Il ingurgita deux grosses gorgées avant de faire circuler le breuvage sur sa droite. Un nouvel homme fît son apparition dans cet espèce de petit groupe qu’ils étaient en train de constituer et jugea sans vergogne l’une des filles avec qui il semblait avoir un sacré passif. « Regardez-moi ce snob. » glissa Isiah aux autres en le désignant de la tête, puis, s’adressant directement à James. « Arrête de te croire meilleur que les autres blanc-bec, t’es au comico comme nous tous. » Les airs supérieurs, il n’y avait rien d’autre qui énervait davantage Isiah, ça le mettait constamment hors de lui. Mais avant qu’il ne put ajouter quoique ce soit, il fût la victime d’un délire d’Hayden qui semblait bloquer complètement sur ses lèvres. « Des knackis, vraiment ? » répliqua-t-il en rigolant. Il l’aurait sûrement mal pris venant d’une autre personne et aurait peut-être même chercher à lancer une nouvelle bagarre, mais Hayden avait gagné ce droit au fil des années. « T’en fais pas pour ta soeur… » Ce n’était pas un sujet qu’ils abordaient souvent, il était à moitié tabou car il était hors de question de mettre Hayden en porte à faux vis-à-vis de l’un des deux. Mais ce soir, Isiah était saoul et n’en avait plus rien à faire, il avait défoncé les barrières de la décence depuis plusieurs heures déjà. « Mes lèvres se sont très bien occupées des siennes… Et pas qu’en haut. » dit-il en baissant subitement le volume de sa voix. Empoignant de nouveau la bouteille, il s’adressa cette fois-ci à tout le monde. « Allez on va faire un p’tit jeu. » Après tout, ce n’était pas parce qu’ils étaient en cellule que la soirée devait s’arrêter, qu’ils devaient passer la nuit à s’ennuyer. Il prit une gorgée de rhum pour se racler la gorge, avant d’enchaîner. « Je n’ai jamais couché avec une personne ici présente. » Regard fixé sur James, il lui tendit la bouteille avec un sourire mesquin. « Quelque chose me dit que tu vas devoir te joindre à nous monsieur le snob. »
Revenir en haut Aller en bas
○● Thalia Bradford ●○
(courage kindness magic)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 283
avatar, crédits : florence pugh ⋅ isleys ⋅ dianasofthemyscira.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : ●●● ⋅ brody, tc › nola ⋅ erathia.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Ven 14 Déc - 2:45

La soirée n'était pas censée se dérouler ainsi. Quand Thalia fait irruption au poste avec son nouvel agent préféré, elle ne sait si elle doit rire ou pleurer. Elle observe la petite foule qui commence à s'amasser dans les locaux, ne sachant plus trop où donner de la tête. Elle tente de deviner la raison de cet attroupement exceptionnel mais la situation semble lui échapper. L'alcool ne l'aidant clairement pas à y voir plus clair. Quelques visages familiers attirent son attention et bientôt les choses prennent une toute autre tournure. Le ridicule à son apogée. Sa chaussure s'échoue lamentablement aux côtés d'une Hayden encore plus défoncée qu'elle et Thalia pouffe de rire. Oh father, if you could see me now. « J'faisais pas- » qu'elle s'exclame, tentant une nouvelle fois de se justifier mais n'en voyant finalement pas l'utilité. Tout Crescent Grove a eu vent de ses habitudes outrancières. Elle hausse les épaules et ignore le banc pour s'installer sur le sol quasi-glacial et maculé de taches non-identifiables. Elle observe Hayden enfiler la chaussure qu'elle lui a si généreusement offerte et qu'elle ne reverra probablement jamais. Elle applaudit l'initiative de sa meilleure amie et la gratifie d'un sourire fier et d'un pouce en l'air. Une voix familière parvient à ses oreilles et Thalia laisse échapper un rire qui attire l'attention de l'agent responsable de son arrestation. Ce dernier hérite d'un clin d'œil et d'un baiser qu'il semble étrangement moins réticent à accepter que les avances de la belle énoncées effrontément sur le trottoir. La barmaid se rappelle soudainement de l'interrogation soulevée par son aînée et soupire bruyamment, ne ressentant ni l'envie ni la nécessité de justifier son train de vie erratique, de se justifier tout court. « 'peux savoir c'que toi tu fous là ? » Peut-être que Miss Parfaite n'est pas si innocente qu'elle ne laisse paraître. Une révélation qui réjouit Thalia malgré la gravité relative de la situation. Si leur père savait... Son courroux très certainement s'abattrait sur Dawn, ayant depuis bien longtemps abandonné l'idée de faire de Thalia une jeune femme respectable qu'il n'aurait pas honte de parader devant ses clients et fidèles amis. Thalia qui, malgré de vaines tentatives, nourrit inlassablement l'espoir de faire un jour sa fierté. Mais pas aujourd'hui. La nouvelle venue fait apparaître une bouteille de rhum dans la cellule, une surprise qui arrache à la barmaid un « whoa » teintée d'un émerveillement certain. Seulement Dawn est plus rapide qu'elle et la bouteille lui échappe. « T'pas encore assez saoule pour supporter l'idée d'être dans la même pièce qu'ta p'tite sœur. Le p'tit peuple n'est pas assez bien pour Peter et Dawn Bradford. » Elle se relève maladroitement et entreprend de faire une courbette pour souligner ses propos avant de retomber sur son postérieur. Un spectacle bien triste à voir interrompu par l'arrivée de James. Décidément, cette soirée promettait son lot de rebondissements. « Pst, Prince Charmant. T'veux pas nous sortir d'ici ? » qu'elle l'interpelle, bien trop perchée pour saisir qu'il fait désormais partie des leurs. Telle une gamine de cinq ans, Thalia tape des mains quand l'un des trouble-fêtes propose un jeu. Never have I ever. L'inconnu tend la bouteille à James, ce qui a le don d'amuser la barmaid qui se met à pouffer de plus bel. Elle n'ose imaginer un instant que James Lancaster décide de son plein gré de participer aux festivités. « J'adore la prison ! »
Revenir en haut Aller en bas
○● Seth Admiraal ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : hey jude (judith).
date d'inscription : 10/11/2018
messages : 187
avatar, crédits : daniel sharman ©carson, pinterest, tumblr.
fairytale counterpart : the big bad wolf.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - dawn, bonnie, hayden, 2x tc.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Ven 14 Déc - 6:37

Yet, another saturday night for him. « Fais gaaaaaaffe. » parce que s'il se découvrait une vilaine cicatrice en plein front le lendemain, il actionnerait le poste de police, leurs supérieurs et le pauvre idiot qui lui avait balancé une bouteille de bière à la figure. L'homme grogne, douleur oblige. « Je peux en avoir quelques uns de plus ? Pour la chance. » que Seth minaude, à l'infirmière blonde, tout en pointant les analgésiques et n'hésitant pas à battre des cils et à faire la moue. Un ou deux calmants supplémentaires, juste histoire de planer bien comme il se devait - alors que policiers éparpillés ne semblaient pas arriver à faire du sens de tous ces habitants confinés. Elle semble hésitante, pas réellement encline à lui servir sur un plateau d'argent ce que les toxicos s'arrachent pour un semblant de high. Il passe une main où les points de rapprochements sonts, le sang séché bien exposé, toujours. « Je. Souffre. » Il chigne, un doux mélange de yeux tendres et de fausses larmes et bingo. trois/quatre calmants - to share with friends. Loin, installé près des paramédics, Seth n'avait rien perdu de la scène de contrebande, des querelles en tout genre. Aussitôt renvoyé vers la cellule, comme ses compagnons de fortune, Seth semblait retourner au bercail - comme le petit morveux dans home alone.  « Amis, conquêtes, adversaires, frères d'armes. » Ravi d'avoir combattu à vos côtés, merci pour vos services. Oh, yeah right, alcool. Rien ne passait inaperçu à l'oeil de l'homme-enfant, pas lorsque le mot Rhum était de mise. Il fend littéralement le petit groupe avant de s'arrêter devant Cordelia, dépose ses paumes contre les joues de la jeune femme et lui plante un furtif baiser sur les lèvres. « My savior. » Il a la reconnaissance qui suinte de toutes ses pores, le visage est expressif comme si la seule idée de continuer la soirée sans alcool lui était impensable et/ou carrément inconcevable. Le focus de courte durée dont savait faire preuve Seth, de façon si brillante s'était dirigé vers le clou de la soirée, vers sa bonne amie la bouteille avant de la lever à son tour, vers Isiah, vers monsieur parfait - avant de balancer un coup de coude dans les côtes d'Hayden. « Cheers. » drink up, woman. Le brun lance ensuite un clin d'oeil à son acolyte de la soirée, Dawn qui ne semblait plus autant s'amuser et pourtant; Seth avait trouvé l'endroit parfait pour l'after party. Right here, right now. Puis il se souvient, qu'il boit parce qu'il a déjà bang une ou deux nanas dans le radius et on s'attend à ce qu'il relance - bien évidemment. Histoire d'éviter tensions et autre baston. « Je n'ai jamais.. Non. Attends. » he did that. « Je n'ai jamais.. été sous état d'arrestation complètement sobre. » et aucune voix ne s'était levée pour le contredire. Sourire suffisant de collé sur le visage, il y avait, tout du moins, deux êtres humains - autre que Bonnie Cartwright - qui avaient des balais coincés way, way up there et qui semblait cruellement manquer de carburant, bouteille tendue - à nouveau - dans la direction du prince charmant en question.
Revenir en haut Aller en bas
○● Zara Mahdavi ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : fanny.
date d'inscription : 13/11/2018
messages : 204
avatar, crédits : leila bekhti ; fanny (av) sial (code sign) kane (icon sign)
fairytale counterpart : morgiane (ali baba and the fourty thieves)
activité rp : 7/3 - griffin ; bonnie ; liam ; tc x2 ; hook ; esmeralda.

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year Ven 14 Déc - 13:49

Visiblement, les flics interpelés n’ont rien à carrer du fait que Zara soit sobre, inculpée sans le moindre motif et avocate de surcroit. Ok guys, vous vous êtes fait une ennemie : elle va peut-être pas pouvoir le leur faire payer là, maintenant, tout de suite, mais on ne s’en prend pas à la ténor du barreau sans se manger un mur. Du temps, elle en trouverait bien pour leur faire payer, ne serait-ce que pour qu’il passe le leur sur cette triste affaire. Toujours est-il que Zara Mahdavi n’est pas vraiment du genre à prendre son mal en patience. Elle soupire d’abord quand une fille archi bourrée affirme être elle aussi avocate, pétant complètement les effets – déjà inexistants – de son interpellation. Mais c’est une autre nana qui la hérisse définitivement. « Tu peux aussi fermer la tienne, la reine du bayou. Je t’ai pas sonnée. Va jouer avec tes épingles et me fais pas chier. » Isiah Caldwell en profite pour lui balancer une petite réplique cinglante, Zara lui répond du tac au tac : « Si tu comptes attendre tranquillement, c’est ton problème Caldwell. Fais-moi juste le plaisir de ne pas m’adresser la parole. Merci. » Autrement dit : pas le moment de l’emmerder encore plus. Et c’est là que tout part en vrille total : la reine du bayou sort une bouteille de son manteau – les flics sont si incompétents que ça ici ? – et voilà que tout le monde s’enjaille à picoler comme des mômes le soir de leur première cuite. Un délire. Elle nage en plein délire. Zara Mahdavi est coincée avec des abrutis bourrés et y a pas un policier pour intervenir et leur indiquer que non, boire ici, dans la cellule du comico, c’est pas autorisé. Et ça ne fera qu’aggraver leur cas. Allons-y gaiement les amis, foutons-nous tous en l’air comme des cons et jouons à… je n’ai jamais ? De toute façon exclue d’office – ce qui ne la dérange pas vraiment – par, toujours, la reine du bayou, Zara soupire, blasée, lasse, pressée que le cauchemar se termine et de rentrer chez elle. Elle n’est visiblement pas la seule à être mise de côté, et quand le je n’ai jamais prend une tournure ou le seul homme sobre du comico (hormis – et c’est pas sûr à 100% - les flics) est sensé boire, la reloue de service intervient une fois encore : « Non mais vous voulez pas arrêter vos conneries deux minutes ? Vous vous êtes foutus dans la merde comme des débiles et vous creusez encore. Continuez de faire votre super soirée au commissariat entourés de flics entre vous et foutez la paix à ceux qui vous ont rien demandé. » Pas compliqué. Enfin compte-tenu de l’état de certains plus qu’imbibés, pas sûr que tout le monde comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
○● Contenu sponsorisé ●○

MessageSujet: Re: › topic commun // and a crappy new year

Revenir en haut Aller en bas

› topic commun // and a crappy new year

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SEASON FINALE ▬ Topic commun (après le mariage)
» TOPIC COMMUN ;
» TOPIC COMMUN ▬ Débat télévisivé pour les élections du représentant de quartier
» MATCH DE VOLLEY ▬ topic commun
» TOPIC COMMUN ✣ MEETING

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: kavanagh st.-