Partagez|

fire met gasoline. (ren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
○● Isiah Caldwell ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : Hustle, Clément
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 215
avatar, crédits : michael b. jordan, CASSIℭ
fairytale counterpart : keir minastan, erathia's most prolific assassin
activité rp : ●●●○○ (tc, ren, nell, ...)

MessageSujet: fire met gasoline. (ren) Mer 5 Déc - 22:35

Après une longue journée de travail ù les clients avaient tous été plus chiants les uns que les autres, Isiah attendait cette soirée en compagnie de sa meilleure pote, Hayden, avec impatience. L’occasion de décompresser, de ne pas être systématiquement sur ses gardes et de ne plus avoir à contrôler tout ce qu’il était autorisé à dire ou non. Rien de spécial au programme, juste commander une pizza et terminer le marathon Star Wars qu’ils avaient entamé quelques soirs auparavant. Alors que Luke Skywalker était en pleine introspection pendant l’entraînement prodigué par Maître Yoda, le téléphone d’Hayden sonna. Cette dernière ne pût s’empêcher de décrocher au grand dam d’Isiah, qui, à contrecoeur, pressa pause. « Tu fais chier, fais vite au moins. » Jouant sur son téléphone, il ne fit guère attention à la discussion qu’était en train d’entretenir son amie. C’est seulement lorsqu’elle raccrocha et qu’il découvrit l’air inquiet sur son visage qu’il lui demanda ce qu’il se passait. Ren, sa soeur - et accessoirement ex petite amie d’Isiah - était au poste de police et avait besoin d’un avocat. Sans vraiment y réfléchir, par un pur réflexe, se proposa d’y aller. « Je m’en occupe. » Il aurait peut-être dû analyser davantage la situation avant de prendre un tel engagement. Sa relation avec Ren était loin d’être paisible. S’ils avaient été aussi proches que peuvent l’être deux amis avant de devenir un couple, l’ambiance était devenue délétère aujourd’hui. Leur rupture ne s’était certainement pas passée dans les meilleures conditions et ils faisaient tout pour s’éviter depuis plusieurs années. Jusqu’à ce soir, apparemment. Elle était dans la merde et il ne pouvait pas laisser sa rancune l’empêcher d’agir, de l’aider. Le complexe du héros qu’il entretenait depuis qu’il était devenu avocat était également sûrement entré dans l’équation mené par son inconscient lors de sa prise de décision. Quoiqu’il en était, il s’était désormais engagé et la soirée Star Wars s’achevait ici pour lui. Il allait devoir affronter ses propres démons, son propre côté obscur de la force.

Une vingtaine de minutes plus tard, Isiah se trouvait devant le poste de police, terminant sa cigarette avant d’entrer dans le commissariat. Il y avait passé une nuit plutôt agité quelques temps auparavant, pour une fois, derrière les barreaux. Pas un de ses souvenirs favoris et certainement pas une histoire qui devait ressortir et venir entacher sa réputation auprès de ses clients. Après cette demandé une énième fois ce qui lui avait pris de se proposer de lui-même pour venir en aide à Ren - à qui il estimait ne rien devoir - il poussa finalement la porte et entra dans le bâtiment. Se dirigeant vers l’officier à l’accueil, il ne perdit pas son temps à ce que dernier lui prête son attention. « Je suis le représentant de mademoiselle Beckwith. Merci de m’amener à ma cliente. » balança-t-il. Temps de réaction un poil trop lent aux yeux d’Isiah, il ne pût s’empêcher d’ajouter « Immédiatement. » L’agent, probablement blasé par son air arrogant, leva les yeux au ciel avant de l’amener jusqu’à la cellule dans laquelle se trouvait Ren. « Bonsoir Ren. » lâcha-t-il, après voir contenu un petit haut le coeur. « Laissez-nous seuls, merci. » poursuivit-il, s’adressant cette fois-ci à l’officier qui était resté planté à l’entrée de la cellule. Les pensées fusaient dans la tête d’Isiah, le bon comme le mauvais s’entremêlaient, les souvenirs, les reproches, les regrets. Un cocktail plutôt explosif qu’il contint tant bien que mal. Il n’était pas ici pour régler leurs problèmes non résolus. Non, il n’était pas ici en tant qu’ex petit ami, mais en tant qu’avocat et c’est avec professionnalisme qu’il allait se comporter. La donne serait sûrement complètement différente pour Ren, mais lui se devait de montrer l’exemple, montrer qu’il était le plus mature des deux. « J’suis ici pour le business, pas pour le plaisir. » énonça-t-il, pour essayer de désamorcer toute conversation ayant comme sujet leur relation. Elle finirait tôt ou tard par arriver, cette conversation, il le savait, il n’était pas naïf à ce point, mais il allait essayer de la repousser le plus longtemps possible. Il y avait plus urgent à régler, ils étaient tous les deux dans une cellule, et, malgré sa profession, ce n’était pas l’endroit qu’Isiah affectionnait le plus. « Tu me racontes ce qu’il s’est passé ? » questionna-t-il, tentant d’adopter le ton le plus empathique qu’il avait. « Les flics t’ont bien traité ? » enchaîna-t-il, manière déguisée pour savoir comment elle se portait.
Revenir en haut Aller en bas
○● Ren Beckwith ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : ivy.
date d'inscription : 01/12/2018
messages : 16
avatar, crédits : corbero, chrysalis.
fairytale counterpart : little match girl.

MessageSujet: Re: fire met gasoline. (ren) Lun 10 Déc - 12:57

Elle n'est pas repentante. Pas une seconde, et c'est placardé dans chaque centimètre carré de sa moue glaciale, dans chaque angle de sa position hostile. Asshole got what was comin' to him, et c'est ça, à l'évidence, qui agace les flics. Prise en flag', ils voudraient qu'elle tremblote, qu'elle verse une larme, qu'elle se fasse petite et pénitente. Qu'elle soit effrayée - et, Grands Seigneurs, ils la rassureraient, gentiment paternalistes. S'ils savaient. Elle en a vu d'autres. Elle a une silhouette qui pourrait attendrir si seulement elle y mettait un peu du sien, si seulement elle l'utilisait comme un élastique et non comme une arme de poing, et c'est cette foutue condescendance qui lui fait serrer les dents plus fort. Elle a la mâchoire tellement tendue qu'on pourrait y gratter un silex. Ce n'est pas le crime en soi que les flics méprisent mais sa confiance en elle, et c'est de loin ce qui l’écœure le plus. Le watch the attitude, young lady qui suinte des regards ternes. Sans surprise, ils lui ont confisqué son Zippo avant de la jeter en cage, alors Ren s'occupe les doigts en griffant l'assise du banc. Elle est crevée, elle a froid, elle sent le whisky, le feu et l'eau de cologne des crétins par simple relation de proche en proche. Tout ce qu'elle veut, c'est Hayden. Il y a une seule habitude enfantine qui perce à travers le grillage rigide, et c'est la simplicité naïve du je-veux-ma-sœur. Comme si l'aînée pourrait effacer les six dernières heures par vertu d'avoir toujours su couvrir la benjamine en cas de besoin, d'être invariablement la première à réparer ses bavures.

Les yeux baissés sur les entailles que ses ongles laissent sur le banc, elle ne les relève que lorsque des bruits de pas mènent jusqu'à elle, le cœur dans la gorge à l'idée de voir enfin un visage ami. La silhouette qui se détache à la place est familière mais importune. Mécaniquement, elle laisse tomber sa tête contre le mur, un râle au bout des lèvres. Fuck no. Là pour le business, pas pour le plaisir, comme s'il y avait quoi que ce soit qui ressemble à du plaisir entre eux depuis des années. Comme si elle pouvait croire une seconde qu'il se pointerait par sollicitude. Elle comprend immédiatement la stratégie d'Hayden en envoyant Isiah -autrement plus efficace sur le plan juridique que le réconfort sororal- mais ça ne l'empêche pas de protester. "Nope. Demi-tour. J'ai pas de quoi me payer tes honoraires." Il y a du sarcasme dans sa voix, mais le fond est tragiquement sincère. Tout de suite, dans l'immédiat, Ren préfère être foutue sur le long terme que devoir jouer la civilité avec lui. C'est plus qu'elle ne pense pouvoir supporter. Particulièrement quand elle est crevée, a froid, et se trouve si clairement dans une position d'infériorité. Un de ses défauts majeurs et concrètement, celui qui l'a forcée derrière les barreaux : son incapacité de voir the big picture. Elle se contentera de l'avocat commis d'office et tant pis pour les conséquences. Elle veut simplement que l'humiliation prenne fin avant d'avoir commencé. À sa question, pas plus subtile qu'une tentative timide d'approcher un animal sauvage blessé, elle arque un sourcil. "À ton avis ?" Elle n'a rien dont se plaindre si ce n'est la condescendance épaisse, le sexisme mal déguisé, ses circonstances atténuantes réduites à rien parce que sa robe est courte donc elle l'a forcément cherché. Sur la défensive, elle détourne le regard. Fixe un point sur le mur. "Va t'en Iz. Je dirai rien à Hayden." La supplication ne serait audible pour personne d'autre que lui, lovée dans le surnom dont elle l'affublait quand ils étaient gosses. Ça fait des années qu'il n'a plus franchi ses lèvres et à ses propres oreilles, il sonne poussiéreux. Ren n'est pas tout à fait certaine de ce qu'elle espère accomplir en l'utilisant. Peut-être le convaincre de contourner tout résidu de loyauté. De se diriger droit vers la sortie et prétendre que cette minute n'a jamais eu lieu. C'est bien ce qu'ils ont fait avec tout le foutu reste.
Revenir en haut Aller en bas
○● Isiah Caldwell ●○
cast member
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : Hustle, Clément
date d'inscription : 25/11/2018
messages : 215
avatar, crédits : michael b. jordan, CASSIℭ
fairytale counterpart : keir minastan, erathia's most prolific assassin
activité rp : ●●●○○ (tc, ren, nell, ...)

MessageSujet: Re: fire met gasoline. (ren) Jeu 13 Déc - 2:12

Comme prévu, Ren ne se montra pas particulièrement emballée par l’apparition d’Isiah dans sa cellule. Elle vivait déjà une sale soirée et il devait probablement être la dernière personne qu’elle avait envie de voir débouler. Lui, ou le pauvre propriétaire de la voiture brûlée. Dans son boulot, il n’y a rien qu’Isiah déteste davantage qu’un client récalcitrant. Si l’on ne veut pas de lui, il ne s’attarde généralement pas sur un cas, et ce, même si l’attitude du client n’était qu’un petit caprice. Son temps est précieux et il n’a pas pour habitude de le dépenser avec des personnes indignes de son intérêt. Mais ce soir, la donne était différente, Ren n’était certainement pas une cliente comme les autres et il allait devoir lui faire comprendre que même si elle l’exécrait de tout son être, il était sa meilleure option pour sortir de cette histoire plus ou moins indemne. « T’inquiètes pas, mon employeur m’oblige à prendre quelques pro bono de temps en temps, pour parfaire notre image en venant en aide aux cas désespérés. » répondit-il dans un premier temps lorsqu’elle lui expliqua, non sans sarcasme, qu’elle n’avait pas les moyens de s’offrir ses services. « Tu corresponds parfaitement aux critères. » assena-t-il après une pause d’une ou deux secondes. Isiah était venu pour aider Ren mais rien ne l’obligeait à prendre des pincettes avec elle. Si elle voulait se montrer sèche, il n’aurait aucun problème à adopter le même ton cassant. Il avait l’ascendant ici et il en était parfaitement conscient, elle allait devoir subir sa présence et si elle voulait faire en sorte que ce moment soit plus déplaisant qu’il n’avait à l’être, il n’avait absolument aucun problème avec cela, bien au contraire. « Généralement quand les gens posent une question c’est qu’ils n’ont pas la réponse, sauf quand c’est des connards condescendants qui font preuve de rhétorique. » Elle ne semblait pas vouloir réellement répondre aux questions d’Isiah en se contentant d’y répondre par d’autres questions. Comme s’il pouvait deviner tout ce qu’il s’était passé ce soir. La réponse était bien évidemment non. Il aurait imaginé Ren trop vieille pour ces conneries, il aurait pensé qu’elle serait devenue un poil plus mature avec le temps, qu’elle ne faisait plus les mêmes conneries qu’ils avaient l’habitude de faire lorsqu’ils étaient adolescents mais il avait visiblement bien tort. Il ne connaissait plus la Ren d’aujourd’hui alors non, il n’avait aucune idée de ce qu’elle avait bien pu vivre ce soir, aucune idée des raisons qui avaient pu la pousser à mettre le feu à une voiture ce soir, aucune idée si les flics l’avaient traité de manière décente ou pas, aucune idée de qui il avait en face de lui. Fouillant dans les larges poches intérieures de son manteau, il en sortit un carnet et un stylo qu’il avait toujours sur lui. Alors qu’il s’apprêtait à lui poser de nouvelles questions sur les événements de la soirée, elle lui demanda, ou plutôt murmura, de partir. Il leva les yeux au ciel. « Parce que bien entendu, elle ne finira pas par l’apprendre tôt ou tard. » C’était plus facile de prétendre qu’Hayden était l’unique raison de sa présence ici, alors il allait dans le sens de Ren. La vérité c’est que peu importe ce qu’elle dise, il n’était pas prêt de la laisser tomber. Oui ils avaient rompu depuis des années, oui ils étaient quasiment devenus des étrangers du jour au lendemain, oui ils essayaient de s’éviter autant que possible, mais non, il ne serait jamais complètement indifférent à son sujet. Avant d’être sa petite amie, elle avait été sa meilleure amie, sa complice, sa confidente, son double et aucune rupture au monde ne pourrait changer ça, rien ne pourrait atténuer l’importance qu’elle avait à ses yeux ; et ce, même s’il prétendait le contraire dès qu’on lui parlait d’elle. « De toute façon t’as déjà utilisé ton appel, tu pourras pas contacter un autre avocat, t’es coincé avec moi. » Alors il ne tenait qu’à elle d’être plus coopérative pour abréger ses souffrances et se libérer non seulement de cette cellule, mais également de sa présence. « Contrairement à ce que tu penses, tu pourras pas t’en sortir par toi-même cette fois-ci. » ajouta-t-il en s’asseyant à ses côtés. Il était persuadé qu’elle allait se décaler de l’autre côté pour créer davantage d’espace entre eux. S’il espérait résoudre cette affaire rapidement et sortir Ren de la merde dans laquelle elle s’était foutu, Isiah avait également envie de profiter de la situation pour la faire sortir de ses gonds et un léger sourire narquois s’afficha brièvement sur ses lèvres. Il posa de nouveau ses yeux sur son carnet et pointa son stylo contre le papier. « Bon. C’est qui le gars dont t’a brûlé la caisse ? Tu le connaissais ou c’était juste pour le sport ? » Les réponses n’allaient certainement pas être évidentes à obtenir - méfiante comme elle était - mais Ren allait devoir se confier un minimum si elle voulait éviter de passer la nuit dans cette cellule.
Revenir en haut Aller en bas
○● Contenu sponsorisé ●○

MessageSujet: Re: fire met gasoline. (ren)

Revenir en haut Aller en bas

fire met gasoline. (ren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Delilah x fire meet gasoline
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire
» Deck Recon: Rapid Fire
» Fields of Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: wooley st.-