Partagez|

wanna feel something real. (r/thalia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
charming suits you.
James Lancaster
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 1215
avatar © : matthew daddario, silverose.
fairytale counterpart : prince 'charming' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - nell, thalia, elise (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: wanna feel something real. (r/thalia) Lun 31 Déc - 13:06


◊ ◊ ◊
There's a rumbling in my head, it's getting louder and louder
There's a shaking in my bones, it's getting stronger and stronger.

James n'avait jamais été un homme d'impulsion. Plus observateur qu'acteur, il aurait été simple – quoique réducteur – de le réduire à un homme passif, peut-être un rien ennuyant. De toute évidence, les femmes préféraient le mythe du bad boy à celui du prince charmant qu'il incarnait pourtant à merveille, toujours à la recherche d'une intensité qu'il était incapable d'offrir. Lorsque James aimait – et dieu seul savait s'il avait aimé Dawn, et l'aimait encore – c'était avec tendresse, prévenance et respect. Il ne brusquait pas, n'insistait pas, ne s'imposait pas. Depuis sa rupture, dont il avait là encore été seulement acteur, il avait vu nombre de femmes aller et venir dans sa vie, cherchant sans doute à vérifier si les rumeurs disaient vrai. Et toutes repartaient immanquablement déçues de voir qu'il était exactement ce qu'il prétendait être. James ne brisait pas de cœur, ni couchait pas pour coucher, ne s'attachait pas sans raison, préférait la sécurité à l'intensité. Il existait pourtant une exception, comme à chaque règle que l'on fixait stupidement, celle qui défiait toutes les probabilités et qui le maintenait trop souvent éveillé ces derniers temps. Embrasser Thalia ne lui ressemblait pas. Elle aurait dû rester intouchable, parce qu'elle était la petite sœur et par définition hors du champ des possibles. Thalia n'avait rien en commun avec son aînée : là où Dawn s'était toujours montrée sur la réserve, contrôlée dans chaque geste, chaque parole, Thalia était un flot ininterrompu d'émotions. Elle semblait parfaitement incapable de garder quoi que ce soit pour elle, et capable de s'ouvrir si aisément aux autres qu'il en venait presque à lui envier cette qualité. A bien des égards, elle incarnait tout ce que Dawn n'avait jamais su, tout ce qu'elle n'avait jamais pu être. Et pourtant, James revivait un peu trop souvent la scène, l'angoisse nouant son ventre tant ce comportement l'éloignait des standards auxquels il avait habitué les autres. Il n'aurait jamais rien fait pour blesser quelqu'un volontairement, encore moins celle qui continuait de vivre dans son appartement ne serait-ce qu'en filigrane, en souvenirs imprégnant encore chaque recoin de chaque pièce. Et il en était persuadé : il ne l'avait pas fait contre elle. Comment aurait-il pu, quand il aurait voulu effacer l'erreur impardonnable ? Dawn n'avait de toute évidence pas eu autant de scrupules en retrouvant Liam non pas une, mais plusieurs fois, Liam qu'il considérait comme un frère, mais James avait toujours cru que la vengeance était l'argument des faibles, des petites personnes incapables de passer au-dessus de blessures d'ego. Il ne l'avait pas fait volontairement, et la seule façon de remettre les choses dans l'ordre restait encore de parler. Ainsi que Dawn le lui avait fait si froidement remarquer en reprenant ses affaires, James parlait peu et jamais des choses essentielles. Il gardait pour lui ses propres sentiments, ses peurs, ses doutes, comme si les mentionner rendrait les choses trop réelles. Mais il ferait une exception, une de plus, cette fois-ci. La gêne avait traversé chaque parcelle de son corps lorsqu'il avait appelé Thalia, et une part de lui aurait préféré qu'elle ne réponde pas et qu'il puisse laisser un message qu'il avait planifié en amont. Mais la cadette des Bradford avait décroché et le son de sa voix n'avait fait qu'accroître son malaise. Est-ce qu'on peut se voir ? Avait-il demandé calmement, sans rien préciser de l'objectif. Etait-ce réellement nécessaire, compte tenu du peu d'interactions qu'ils avaient eue autrement ? Thalia avait accepté, scellant de quelques mots l'inévitable discussion. Il avait choisi un terrain neutre, le salon de thé. En partie parce qu'il se situait près de chez lui et offrait le calme nécessaire, en partie parce qu'Elise en était la propriétaire, et que la voir ne manquait généralement pas de l'apaiser pour une raison qu'il ne s'expliquait pas. Arrivé en avance, il commanda une boisson chaude, juste assez pour occuper ses mains et empêcher ses pensées de le distraire. La porte finit par s'ouvrir, accompagnée de son inévitable tintement, pour laisser entrevoir Thalia. James sentit son cœur s'accélérer, signe inhérent à sa gêne, mais ne manqua pas à sa bonne éducation : il se leva pour la saluer, déposant un rapide baiser sur sa joue et lui tenir la chaise pour la faire s'asseoir. Gentleman, toujours, ainsi que son père le lui avait enseigné. Pour ce que ça lui servait... Le silence retomba entre eux, mais n'avait rien d'agréable, aussi finit-il par le rompre avec maladresse. « Tu veux commander quelque chose ? Je t'invite. » Le moins qu'il puisse faire, et une façon comme une autre d'engager la conversation. « Je suis désolé, cet appel a du sembler sortir de nulle part. » Il baissa les yeux, occupé à faire tourner la cuillère dans son thé. « Je dois te confier quelque chose. » Il releva finalement le regard pour le poser sur les traits encore ronds de Thalia. « Je n'arrive pas à oublier ce qu'il s'est passé. » Alerte rouge. Ce n'était absolument pas ce qu'il avait prévu de dire, et son discours était pourtant largement rôdé après l'avoir médité si longtemps. Mais il devait admettre, un rien agacé par son propre comportement, que c'était sans doute là la pure vérité.
Revenir en haut Aller en bas
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 972
avatar © : tiera skovbye ⋅ benterps.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : brody ⋅ james ⋅ tc × robin ⋅ philip.

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Sam 5 Jan - 11:36

Deux minutes à tout casser. Une conversation téléphonique des plus brèves. Deux ridicules minutes qui parviennent à la déstabiliser sans trop de mal. Un état d'esprit qu'elle ne côtoie que très rarement. James au bout du fil. Le James de Dawn. Enfin, plus maintenant qu'elle constate une nouvelle fois avec amertume. Elle a essayé de pas prendre parti, Thalia. Elle devrait tout naturellement supporter Dawn mais elle peut pas. Pas après ce qu'elle a fait. Pas après toutes les fois où Dawn s'est permise de critiquer son train de vie pour finir par faire quoi ? Par tromper son fiancé. Avec le meilleur ami de ce dernier qui plus est. Elle comprend pas ce qui lui est passé par la tête. C'est pas le genre de sa sœur de faire ce genre d'erreur. Elle devrait pas se permettre de juger mais elle y peut rien. Pour une fois que c'est pas elle qu'on désigne comme le mauvais exemple, le vilain petit canard de la famille. Une réflexion bien malsaine qui éveille la honte. Dawn est l'enfant modèle, la fierté -c'est relatif- de leur père. Quand Peter ne se tue pas au travail, son temps libre c'est à Dawn qu'il le consacre. Elle est l'aînée, celle qu'il a su modeler à cette image subjective de l'héritière parfaite. Il a essayé avec Thalia, mais Thalia n'a jamais été assez bien. Imparfaite sous toutes les coutures. Elle supporte plus la pression et le manque d'attention, le manque d'affection. Alors elle prend ses maigres provisions et elle fait claquer la porte de la maison, le cœur décimé par un trop plein d'émotion. Personne ne l'arrête. Elle est libre. Mais seule. Mais libre, bordel. Elle parvient aisément à combler la solitude dans les bras d'autres âmes esseulées. Ils se tiennent compagnie et se donnent cet amour tant convoité l'espace d'une nuitée, mais jamais d'une éternité. Parce qu'encore une fois, Thalia n'est pas assez bien. Peut-être que Peter avait raison de ne pas s'acharner. Qu'est-ce que les jeunes femmes comme Dawn ont de plus qu'elle ? Thalia, on aime son corps mais jamais son cœur. Alors elle met ses formes en avant et elle emprisonne son palpitant. Elle fait les cent pas dans son appartement. Le téléphone qui passe d'une main à l'autre, peut-être qu'elle devrait tout annuler. Dix longues minutes passées à peser le pour et le contre. Une éternité qui s'écoule avant qu'elle ne prenne son courage à deux mains et se dirige vers le point de rendez-vous. Le Black and Peach Tearoom. Terrain neutre. Elle scrute la salle à la recherche de James qui l'accueille en parfait gentleman qu'il est. Des petites attentions qu'on ne daigne lui accorder. Elle s'installe et avec elle, un silence pesant. Comme ce fameux soir où l'alcool coulait dans les veines, la déception dans le cœur, et qu'ils ont commis l'impardonnable. Pourquoi, Dawn ? C'est Dawn qu'elle tient pour responsable quand bien même c'est elle qui a fauté. Dawn's James, qu'une petite voix dans sa tête n'a de cesse de lui rappeler. Comme si elle ne savait pas. Comme si elle ne se maudissait pas tous les jours depuis l'incident. C'est pas ça qui va arranger les relations entre Thalia et sa famille. L'invitation de James la tire de ses rêveries. Elle lui présente un sourire timide avant de faire signe à la serveuse. I'll have what he's having. Un instant de répit avant que l'employée ne les abandonne une nouvelle fois à leur gêne mutuelle. « Tu n'as pas à t'excuser. Tu as bien fait, il faut qu'on en parle. » Et ce même si elle préférerait prendre la fuite plutôt que d'avoir à revivre les événements de cette nuit-là face à un James qui a l'air aussi mal à l'aise qu'elle. Si elle souhaite à tout prix se débarrasser de cette conversation et des souvenirs qui y sont rattachés, c'est parce qu'elle est terrifiée et elle ne se l'explique pas. Elle préfère mettre ça sur le compte de l'alcool et la trahison puis en finir là. Il vaut mieux pour tous les partis concernés. C'est la meilleure chose à faire. « Je dois te confier quelque chose. » Elle n'est pas prête à entendre la suite. Elle n'attend pas, l'impulsive. « C'était une simple erreur, on devrait tout oublier. » déclare-t-elle en même temps que James. « Je n'arrive pas à oublier ce qu'il s'est passé. » Elle s'attendait à tout sauf à cet aveu. Qu'est-ce que ça veut dire ? « Oh. » C'est là tout ce qu'elle trouve à dire. Les mots de James résonnent encore dans sa tête. Elle ne sait pas ce qu'il attend d'elle. Elle n'est pas sûre de vouloir l'apprendre. Tout est déjà si compliqué. « Tu souhaites en parler à Dawn, c'est ça ? Je dois dire que je m'y attendais. La culpabilité te ronge, tu voudrais t'en débarrasser une bonne fois pour toutes et tu penses que lui dire la vérité t'apaiserait. Je comprends. Si c'est ce dont tu as besoin pour mettre cette histoire derrière toi, tu as ma bénédiction. » Elle prie pour que le sol s'ouvre sous ses pieds et l'engouffre à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
charming suits you.
James Lancaster
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 1215
avatar © : matthew daddario, silverose.
fairytale counterpart : prince 'charming' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - nell, thalia, elise (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Ven 18 Jan - 22:31

C'était bien la première fois que James se retrouvait confronté à une telle situation, et dieu qu'elle lui semblait inconfortable. Le parfait gentleman, qui n'aurait jamais commis aucune faute de goût, n'aurait jamais manqué de respect à qui que ce soit, n'aurait jamais trahi la confiance de quelqu'un, assis à une table dans un salon de thé à tenter de trouver comment mettre les mots sur ses pensées. La présence de Thalia face à lui n'aidait en rien : elle était un concentré de ce qu'il se faisait de plus adorable à Crescent Grove et même le malaise évident qu'elle lui renvoyait ne suffisait pas à la rendre moins... mignonne. Elle ne possédait pas la beauté froide de son aînée, belle parmi les belles, le standard de la femme idéale en apparence – et en personnalité, avait-il longtemps pensé – mais possédait quelque chose de différent. Une espièglerie. Une innocence. Un quelque chose qui la rendait à bien des égards plus accessible que Dawn. On avait envie de se confier à Thalia. On avait envie de lui raconter ses dernières anecdotes rien que pour la faire sourire, peut-être même lui arracher un rire. On avait envie d'écouter ses histoires à elle, de rentrer dans la confidence, dans l'intimité de son cercle. Elle était simple, et ce qui aurait été un défaut chez n'importe qui d'autre devenait sa plus grande force, surtout en comparaison avec les névroses de l'aînée. Cette pensée lui valut de se maudire intérieurement. Encore maintenant, il ne pouvait rien faire, rien dire, rien penser, sans faire un rapprochement de près ou de loin avec Dawn, dont le spectre planait encore sur lui, et surtout sur eux et cette discussion. « J'aurais du le faire plus tôt » confessa-t-il, honteux d'avoir laissé passer tant de temps en prétendant qu'un baiser ne voulait rien dire. Première erreur dans une longue succession d'erreurs commises depuis. Thalia parla en même temps que lui dans ce qui aurait pu être un échange amusant s'il n'avait pas été aussi nerveux. D'un geste de la main, il l'invita à parler la première – à défaut d'être l'homme idéal, au moins préservait-il sa galanterie en toutes circonstances – et l'écouta attentivement sans rien laisser transparaître de sa réaction jusqu'à la fin, à l'exception d'un bref froncement de sourcils lorsqu'elle mentionna sa sœur. Prêt à lui répondre, il s'interrompit cependant pour laisser place à l'arrivée de leur commande, servie par la gracieuse Elise à laquelle il accorda un sourire poli. Si son regard s'attarda quelques secondes sur la propriétaire du salon de thé, comme mu par une étrange curiosité sur laquelle il ne s'était jamais arrêté auparavant, il reporta bien vite toute son attention sur Thalia dont les joues étaient devenues positivement pivoines. En temps normal, s'il s'était agi d'une autre histoire, d'un autre protagoniste dont elle lui narrait les aventures, sans doute aurait-il posé une main sur la sienne, avec l'amitié dont il l'avait toujours gratifiée, mais c'était désormais chose impossible. « Non » entama-t-il le plus sérieusement du monde. « Non, je ne compte pas en parler à Dawn » compléta James avec sérénité. Il ne lui en parlerait pas, pour la seule raison que cette histoire ne la concernait ni de près ni de loin. Elle avait abandonné tout droit sur sa vie et ses fréquentations le jour où elle l'avait trompé avec Liam. Ou bien le jour où elle l'avait quitté. Quoiqu'il en soit, sa parole ne comptait pas et il se garderait bien de partager avec elle une histoire qui ne ferait que blesser toutes les personnes concernées. « La culpabilité me ronge, mais Dawn n'a rien à voir avec ça » affirma-t-il. Il culpabilisait, parce qu'il la mettait dans une position délicate, parce que James n'embrassait pas sans raison, juste sous l'impulsion du moment, parce qu'il lui faisait peut-être croire à quelque chose de plus mais qu'il n'était pas encore capable de savoir ce que lui même voulait. « Je suis désolé Thalia, tu as du penser que je profitais de toi ou que je cherchais à me venger de ta sœur. Ce n'est pas le cas. » Il l'avait embrassée parce qu'elle se trouvait là, certes, mais surtout parce qu'elle lui avait offert un réconfort qu'il pensait ne jamais trouver. Thalia était facile à vivre, amusante, distrayante. Il pouvait rire d'un rien avec elle et ne pas se prendre au sérieux. Après l'enfer des dernières semaines avec Dawn, James était reconnaissant de l'intérêt que quiconque lui portait. « Tu vas sans doute penser que je réfléchis beaucoup trop, mais je tenais simplement à te dire que ce n'était pas une erreur. » Une impulsion, probablement. Une erreur, jamais. Il avala une gorgée de son thé, cherchant à sonder la réaction de Thalia. « Il faudrait être idiot pour t'embrasser par erreur. » Et idiot, il ne l'était pas.
Revenir en haut Aller en bas
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 972
avatar © : tiera skovbye ⋅ benterps.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : brody ⋅ james ⋅ tc × robin ⋅ philip.

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Mar 22 Jan - 3:15

Elle aurait pu filtrer son appel, prétendre que toute cette histoire n'était que ça. Une simple histoire, vestige de son imagination débordante et son état d'ébriété constant. Elle aurait pu, oui. Sauf que son esprit torturé ne partageait clairement pas son avis. Après « l'incident », elle n'a pas eu le courage d'affronter le regard de son père et de sa sœur, elle qui cherche constamment validation auprès des siens. Elle ne peut, en toute bonne conscience, se présenter face à Dawn, traînant derrière elle ce lourd secret qu'elle manquerait accidentellement de divulguer. Aussi se fait-elle la promesse de ne pas contacter James dans le but de reprendre le cours normal de son existence. Si elle n'y pense pas à toute heure de la journée, c'est que ce n'est jamais arrivé, n'est-ce pas ? Et ça a fonctionné. Un temps. Elle pense être passé à autre chose mais quand il la contacte pour discuter, son monde fait d'illusion s'écroule autour d'elle. « Je ne t'en tiens pas rigueur. C'est une situation délicate, mais tu es le moins lâche de nous deux. Si ça dépendait de moi, cette conversation prendrait place dans un futur très très éloigné. » Elle n'a jamais su comment aborder la chose. Elle a mis tout ça sur le compte de l'alcool et du chagrin. Rien de plus, rien de moins. Quand bien même ce baiser ne signifiait rien pour lui, ou n'était qu'un acte dicté par sa vendetta personnelle pour le mal causé par Dawn, Thalia refuse d'en vouloir à James. Elle aurait pu le repousser. Elle aurait dû le repousser, certainement. Non, James, t'es bourré, t'es brisé, tu sais pas c'que tu fais. Tu sais pas c'que tu veux. C'est ce qu'elle aurait dû lui dire. Mais ce n'est pas ce qu'elle a dit et encore moins ce qu'elle a fait. Idiote en manque d'affection qui ferait tout pour qu'on lui accorde un peu de son temps et son attention. La déclaration de James pourtant vient chambouler toutes ses convictions. Et pour la première fois de son existence, Thalia est à court de mots. Elle maudit sa réaction, la maigre onomatopée qui peine à quitter ses lèvres et dissimule un malaise évident. Cet aveu complique véritablement les choses. Personne auparavant n'a su lui subtiliser ses mots ni sa contenance. Reconnaissante pour cette courte interruption qui lui permet de retrouver son assurance perpétuelle. Soulagement instantané lorsqu'il lui avoue que se confier à Dawn ne fait pas partie de ses plans immédiats ou futurs. « Tant mieux, je t'avoue que je tiens encore à mon visage. » Plus que ça, elle tient encore à ce semblant de relation qui semble unir les deux jeunes femmes. Elle préfère cette indifférence ambiante à la haine pure et totale. La culpabilité me ronge, mais Dawn n'a rien à voir avec ça. Elle aimerait pouvoir en dire de même. Elle aimerait ne pas se sentir coupable mais c'est plus fort qu'elle. Coupable et interdite lorsqu'il prononce ses excuses. « Je me suis posée pas mal de questions, en effet. Je ne vais pas te mentir et prétendre le contraire. Et je ne réfléchis assez, on vit tous avec nos défauts. Cela dit, je suis extrêmement soulagée d'apprendre que tu n'es pas qu'un gros connard en manque- » Idiote. Elle voulait juste désamorcer la situation et combattre cette gêne tenace avec sa démesure habituelle. Le moment était juste mal choisi. « Désolée, trop tôt. » Elle n'a jamais pensé que James était malintentionné, cette idée ne daignant lui effleurer l'esprit. Elle est juste perdue, Thalia, et elle attend sagement qu'on lui balance une putain de corde de survie pour qu'elle puisse enfin remonter à la surface. Et c'est ce qu'il fait. Elle n'est pas certaine, mais elle ne peut s'empêcher de sourire face à sa dernière confession. Un sourcil arqué l'air de dire you say that to all the girls ? « M'embrasser n'est jamais une erreur... Tu penses que j'ai des chances de trouver l'âme sœur avec une phrase d'approche pareille ? » Tentative numéro deux. Elle n'est plus aussi crispée qu'à son arrivée. Peut-être parviendront-ils à retrouver leur aisance naturelle avant que leur thé ne refroidisse. « Pour c'que ça vaut, je ne pensais pas vraiment c'que j'ai dit tout à l'heure. Des erreurs j'en fais par milliers mais je n'ai jamais eu l'impression que cette soirée en était une. » Une confession qui la déstabilise plus que de raison, la chaleur de ses joues qu'elle tente de dissimuler avec l'aide de sa boisson chaude. « Je craignais que votre séparation... et puis cette soirée... changent quelque chose à notre relation. J'en ai voulu à Dawn pour ça. Je sais que c'est mesquin, que ça n'a aucun sens, mais j'aimais bien t'avoir à nos côtés. Ça n'a jamais été évident avec Dawn et mon père... » Lors de réunions familiales, elle pouvait compter sur sa simple présence pour que l'événement lui semble moins oppressant. Les relations sincères, elle les compte sur les doigts de sa main alors l'idée de perdre James lui semble être désormais inconcevable.
Revenir en haut Aller en bas
charming suits you.
James Lancaster
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 1215
avatar © : matthew daddario, silverose.
fairytale counterpart : prince 'charming' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - nell, thalia, elise (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Jeu 7 Fév - 15:00

Moins lâche qu’elle, il n’en était pas certain. Il avait après tout failli ne pas se rendre au rendez-vous qu’il avait lui-même organisé, incapable de faire taire la nervosité et la gêne grandissant en lui à l’idée de la recroiser. Mais ce n’était pas ça, qu’il appréhendait le plus. C’était cette pointe d’espoir tentant de se frayer un chemin en lui, cette envie de la voir, de lui parler de tout et de rien, sans n’avoir jamais à prétendre que rien ne s’était passé. Les semaines post-rupture l’avaient changé, transformé en un homme amer, rancunier, dont les mots dépassaient souvent la pensée. Le genre à broyer du noir, à se remettre en question sans jamais réussir à comprendre pourquoi. Et dieu seul savait combien il se l’était posée, cette question. Pourquoi Dawn l’avait-elle fui ? Pourquoi l’avait-elle trompé en premier lieu ? Qu’y avait-il chez un autre qu’il fût incapable de lui donner, alors qu’il lui avait offert son cœur, sa vie, une belle histoire, un futur ? L’incessante valse de questions l’avait hanté des nuits entières, jusqu’à Thalia. Sans qu’elle ne le sache – sans qu’il n’en ait lui-même vraiment conscience – elle avait pansé au moins un peu une plaie à vif et l’avait rassuré : peut-être n’était-il pas responsable de leur échec ? Peut-être leurs âmes n’étaient-elles pas faites pour s’aimer ? Peut-être qu’il s’agissait d’une leçon, plus que d’une erreur, dont il pourrait tirer les conséquences avant de se relancer dans la quête du grand amour ? C’était tout ça qu’il avait trouvé dans leur soirée, et dans un baiser fugace nourri par une vague de soulagement. Et cette idée le terrifiait, à bien des niveaux. « Mais elle prendrait quand même place » nota-t-il, un vague sourire sur les lèvres. Lui préférait l’engager dès maintenant, en avoir le cœur net et aviser en fonction de son issue. Son cerveau, en questionnement permanent, avait envisagé bien des scénarios de discussions, mais probablement aucun ne s’approchant de leur discussion réelle. Il n’avait pas pris en compte l’appréhension de Thalia vis-à-vis de sa sœur – et pourtant, s’il s’était moins concentré sur ses propres émotions pour s’inquiéter de celles de la benjamine, il aurait vu qu’il s’agissait là de l’appréhension la plus importante à calmer. « Je suis désolé de t’avoir mise dans cette situation avec Dawn. Je sais que vous n’êtes pas les sœurs les plus proches qui soient, mais elle reste ta sœur. » La gêne s’invita à nouveau sitôt après avoir évoqué le lien qui les unissait, et qui le liait à Thalia par extension. Elle était la belle-sœur, celle qu’il avait toujours vue sous un prisme de bienveillance comme il l’aurait fait avec une petite sœur. La gêne disparut, au profit d’une honte insidieuse. Le commentaire de Thalia l’obligea à reposer le regard sur elle, non sans surprise. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle venait de dire et l’observa, stoïque, sans savoir ce qu’il pouvait répondre à ça, jusqu’à comprendre que c’était sa façon à elle d’évacuer la gêne évidente entre eux. Il accompagna sa réponse d’un sourire plus franc. « Sans doute un peu… mais je suis ravi de ne pas être qualifié de connard en manque, cela dit. » Et connard, James ne l’était assurément pas. Il avait toujours mis un point d’honneur à respecter le peu de femmes qu’il avait fréquentées, jamais pour une durée courte et toujours avec galanterie – même si de toute évidence il ne s’agissait pas des critères que celles-ci recherchaient en premier lieu. Il offrait l’assurance, la certitude, l’habitude… tandis qu’elles cherchaient la passion, l’intensité, l’imprévu. Thalia continua à parler et il l’écouta avec attention, notant dans un coin de son esprit la façon qu’elle avait de chercher à dissimuler sa gêne en parlant un peu plus fort, ou en rivant son regard dans sa boisson chaude. Il retrouvait dans certains gestes un peu de Dawn, mais pour la première fois, l’idée ne le mit pas complètement mal à l’aise. Plus important encore, ils revenaient sur un terrain que James maîtrisait. « Nous sommes deux à lui en vouloir alors » ne put-il s’empêcher de commenter, un rien d’aigreur dans le ton de sa voix. « Je ne pensais pas que la soirée finirait de cette… façon. Mais, au cas où tu te poserais la question, je ne l’ai pas fait pour me venger d’elle. » A vrai dire, il n’avait même pas pensé à Dawn au moment où son cerveau embrumé avait pris la décision hasardeuse de poser ses lèvres contre les siennes. Il s’était concentré sur Thalia, uniquement sur Thalia, pour la personne qu’elle était, la confidente, l’amie, la femme. « Je l’ai fait parce que j’en avais besoin. » A cet instant-là, et sans être tout à fait certain de savoir pourquoi, il avait pensé que l’embrasser était la seule chose qui le ferait aller mieux… et ça ne s’était pas avéré complètement faux. « Notre relation n’est pas obligée de changer. On peut… on peut mettre ce qu’il s’est passé derrière nous et reprendre comme avant. » Ils pouvaient. Et c’était sans doute la meilleure décision possible, pour l’un comme pour l’autre. Si l’on exceptait du moins la petite voix dans un coin de son esprit qui lui soufflait que la voir acquiescer à cette proposition le décevrait plus que ça ne le devrait.
Revenir en haut Aller en bas
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 972
avatar © : tiera skovbye ⋅ benterps.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : brody ⋅ james ⋅ tc × robin ⋅ philip.

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Jeu 21 Fév - 15:28

« Oh, biologiquement parlant, nous sommes sœurs, c'est une évidence. Nous avons les mêmes parents, et c'est bien là la seule chose qui nous unit. La famille. » Préambule d'un rire qu'elle laisse mourir dans sa gorge avant de s'éclaircir la voix. Un sujet qu'elle n'a pas franchement envie d'aborder. Elle ne saurait resituer leur dernière réunion. Peter n'a jamais vraiment cherché à avoir de ses nouvelles après sa décision de quitter la maison familiale pour jouir d'une liberté dont on la privait auparavant. Un acte qu'elle ne regrette nullement. Parce qu'elle a essayé, Thalia. Elle a essayé de se faire plus discrète, de brider cette personnalité un peu trop volubile, un peu trop volage. Et ça a fonctionné, un temps. Le regard porteur de jugement a fini par s'effacer pour laisser place à simple indifférence. Elle a vraiment essayé. Plus docile, moins sauvage. More lady, less tramp. Plus Dawn, moins Thalia. Et puis, comme à chaque fois, quand le poids devient trop lourd à supporter, elle a baissé les armes, a mis fin à cette comédie. Elle est partie. Elle s'en est allée parce qu'elle a enfin compris qu'au sein du foyer Bradford, on ne l'accepterait jamais pour ce qu'elle est, ce qu'elle représente. Elle pourrait hurler à la face du monde que son ancienne vie ne lui manque pas. Que Dawn et Peter ne lui manquent pas. Elle pourrait, mais elle sait que ce n'est pas vrai. Un mensonge qu'elle se plaît à nourrir à son esprit torturé pour ne pas se complaire dans son chagrin. Alors quand James lui avoue être désolé de l'avoir mise dans cette situation avec Dawn, elle ne peut que sourire tristement et balayer cette excuse d'un revers de la main. Il y a longtemps que sa relation avec Dawn s'est brisée et il est loin d'en être le principal responsable. Au fil des années, la présence de James à leurs côtés, leur a permis de se retrouver, d'apprendre à se connaître. Plus par obligation que par envie. Pour entretenir les apparences. Maintain the illusion, a toujours pensé Thalia. Une initiative qu'aucune des sœurs Bradford n'aurait prise autrement. Et pourtant, Thalia, naïve qu'elle est a bien pensé que cette union permettrait à la famille de se retrouver, de remettre les choses à plat et de tout recommencer. Elle pensait avoir récupéré sa famille. Une bien belle erreur. Dawn a fini par fauter et par tout foutre en l'air. Elle a levé le voile sur une mise en scène ridicule. Peut-être devrait-elle lui en être reconnaissante. Thalia se fait, chaque jour un peu plus, à l'idée qu'ils ne sont pas faits pour s'entendre. Sur ce plan astral ou tous les autres. Elle relève la tête vers un James légèrement sidéré par ses propos peu flatteurs et une fois le malaise passé, elle ne peut s'empêcher de rire face à la réaction du chef cuisinier. Elle est si à l'aise à ses côtés qu'elle en oublie parfois le caractère plus réservé de James, qui dénote étrangement avec le sien. Elle s'excuse encore une fois et lui rend son sourire. Ce sourire qui l'a empêchée de commettre bien des maladresses, qui l'a sauvée maintes fois lors des dîners de famille alors qu'elle encaissait sans broncher les critiques non déguisées des siens. Le ton de la conversation semble changer alors qu'ils mentionnent la tromperie de son aînée. Et parce que Thalia n'a jamais été à l'aise dans ce genre d'ambiance, elle se contente d'acquiescer lorsqu'il lui fait part de sa rancune. Aussi quand il revient sur le sujet de leur soirée, elle l'écoute attentivement et lorsqu'elle ouvre la bouche, ce n'est pas pour lui intimer que sa confession la rassure. Non, comme à son habitude, elle laisse échapper énième ineptie pour apaiser les esprits prêts à s'échauffer. « Oh moi, si. C'était mon plan depuis le début. J'ai toujours envié Dawn. » Du moins, c'est ce qu'on lui a fait comprendre à maintes reprises. Et pourtant, il réside une part de vérité dans cette fausse confession. L'idée de lui voler son fiancé ne lui a jamais traversé l'esprit, non. Mais elle a toujours envié Dawn, oui. Pour sa maturité, son élégance, sa facilité à capter l'attention d'autrui et à la garder. Si on adule la folie de Thalia aux prémices de la relation, on se rend très vite compte que suivre son rythme est une tâche ardue qui nécessite temps et patience ; qualités qu'on finit assez rapidement par épuiser. « Pardon, pardon. J'arrête. C'est promis. C'est une situation un peu délicate... Et tu sais comme je suis... Tu étais là, aux dîners de famille, après tout. » Il continue à se justifier et elle sourit presque timidement. Je l’ai fait parce que j’en avais besoin. Elle hoche la tête pour lui signifier qu'elle voit où il veut en venir, qu'elle comprend. « Pour passer à autre chose ? » l'interroge-t-elle, pas certaine d'être prête à entendre la réponse à cette question. On se sert souvent d'elle pour passer à autre chose. Pour oublier sa peine de cœur, pour combattre la solitude, pour des besoins égoïstes. On ne s'enquiert jamais de son état d'esprit à elle. De ses envies, de ses désirs. « Tu n'as pas à te justifier. J'ai l'habitude, tu sais. Thalia, histoire d'une nuit ; Dawn, histoire d'une vie. » balance-t-elle sur un ton nonchalant, comme si elle s'était tristement habituée à se faire larguer pour des Dawn. Une Dawn : une fille plus sérieuse, bonne à épouser, dont le caractère posé ne fait pas honte à l'entourage. Elle accroche son regard à celui de James quand arrive le moment fatidique de laisser leur relation inchangée ou de la ré-imaginer. Elle y cherche une indication quant à la bonne réponse à donner. Si bonne réponse il y a. Ils pourraient faire comme si de rien n'était. Après tout, c'est bien dans cette optique qu'elle avait accepté le rendez-vous. Elle attrape la main de James qu'elle fixe avec la plus grand attention, incapable de relever la tête pour croiser son regard. « Sois sincère, James, c'est vraiment c'que tu souhaites ? Si c'est le cas, alors très bien, on fait comme si de rien n'était. Je suis une boîte à secrets ambulante, tu sais. » On a souvent fait d'elle the other woman, après tout. Souvent à son insu. Elle n'est pas à prendre avec des pincettes, elle saura se relever. « Tu sais, si Dawn n'avait pas été ma sœur, je t'aurais dit que je n'ai pas cessé de repenser à cette soirée, qu'elle a eu de la chance d'être tombée sur un type bien comme toi et qu'à sa place, j'aurais su... j'aurais tout fait pour te garder. Mais Dawn est ma sœur, alors je ne dirai rien. » qu'elle lui avoue à demi-mot ; courage légendaire qui s'est fait la malle.
Revenir en haut Aller en bas
charming suits you.
James Lancaster
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 1215
avatar © : matthew daddario, silverose.
fairytale counterpart : prince 'charming' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - nell, thalia, elise (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Dim 24 Fév - 0:29

Il répondit d'un sourire compréhensif, comme il l'était toujours lorsque Thalia était concernée. Il avait assisté plus souvent qu'il ne l'aurait voulu aux repas de famille version Bradford et ceux-ci l'avaient toujours mis profondément mal à l'aise – un exploit pour un James naturellement affable et enclin à faire bonne impression. A bien des égards Dawn et Thalia se ressemblaient. Il s'agissait de détails subtils, à peine perceptibles pour qui regardait en surface, en-dehors d'une évidente ressemblance physique. Mais plus que leurs ressemblances, il était chaque fois frappé par leurs différences. Dawn était méthodique, organisée, posée et raffinée. Thalia était l'électron libre, joyeuse, impulsive, brusque. Dawn était la pluie incessante, Thalia la bourrasque de vent. Mais pour toutes les fois où cette réflexion s'était imposée à lui, il n'en avait jamais tant pris conscience qu'à cet instant précis, son regard posé dans le bleu de celui de Thalia. « Tu sais bien que ce n'est pas vrai. » Pas entièrement, du moins. Elles possédaient un lien indéfectible et inconditionnel en dépit de toutes leurs différences, et ce n'était pas qu'une question de sang. James le savait mieux que personne, lui qui vivait avec l'idée d'avoir un frère qui soit son parfait opposé en tout point – et qu'il évitait autant que possible, tant ils partageaient peu. « Vous vous ressemblez plus que vous ne le croyez » affirma-t-il dans un sourire. C'était un compliment, indépendamment du fait qu'il ait été si longtemps avec Dawn et avait embrassé Thalia peu de temps après sa rupture. « Vous ne vous en rendez pas compte parce que vous vous concentrez sur tout ce qui vous sépare, mais je vous ai vues suffisamment souvent ensemble pour m'en être rendu compte. » Il poussa un soupir, but une nouvelle gorgée de son thé avant de reprendre. « Je sais que les relations familiales sont complexes et le rêve d'une famille unie n'est souvent que cela, mais si jamais tu en doutais, sache qu'elle tient à toi. » Si Dawn ne l'avait jamais exprimé dans ces mots-là, lui avait perçu toutes les subtilités dans ses paroles pour comprendre le fond de la pensée. Et ce que l'une enviait à l'autre, l'autre enviait à l'une, si bien que les deux se complétaient comme deux pièces d'un puzzle. La culpabilité le reprit à la seule idée de ce qu'il avait mis en danger... et au fait de ne pas être certain de le regretter. Celle-ci ne fit qu'augmenter à mesure que Thalia tentait, maladroitement certes, d'en plaisanter. Mais James peinait à ne pas prendre les choses sérieusement, comme toujours. Il n'y avait aucune légèreté dans son comportement, aucune impulsivité à l'exception de ce baiser, et une propension certaine à tout analyser, rationaliser, expliquer. Sentimental, mais réfléchi, assez pour mesurer les conséquences de ce qui aurait pu, et sans doute du, n'être qu'un moment d'égarement dont ils auraient fini par plaisanter en minimisant l'affaire. Mais James était James, aussi baissa-t-il la tête, penaud, profondément mal à l'aise et incapable de plaisanter comme elle le faisait. Il sut que sous le couvert de l'humour, elle pensait une partie de ce qu'elle disait. Il le savait d'autant plus qu'il avait eu l'expérience des dîners de famille qu'elle mentionnait. « Qu'est-ce que tu envies chez elle ? » finit-il par demander, sincèrement étonné qu'elle puisse envier une personne si radicalement différente d'elle... et qu'elle ne prenne pas le temps d'envier ses propres qualités. « Dawn est... compliquée. Complexe, sans que ce soit une bonne ou une mauvaise chose. Même après des années ensemble, j'ai toujours eu le sentiment de ne pas réussir à franchir ses barrières. Si un jour tu te retrouves encore à l'envier, pense à ce que je viens te dire, et apprécie le fait d'être aussi ouverte et spontanée. » C'était sans doute le trait de caractère qu'il avait le moins supporté chez Dawn, cette façon qu'elle avait de ne jamais s'ouvrir entièrement à lui, d'être toujours mesurée, de ne dire les choses qu'à demi-mots. Ce qu'il avait à l'origine pris pour une réserve naturelle n'était rien de plus qu'une incapacité à laisser quelqu'un entrer, y compris celui qui partageait les moments les plus importants et intimes de sa vie. James fronça les sourcils en entendant Thalia se dévaloriser une fois de plus. Rassurant – et protecteur, plus qu'il ne l'aurait du – il posa une main réconfortante sur la sienne, ancra à nouveau son regard dans le sien pour l'obliger à se confronter à lui. « Arrête ça. Arrête de penser que tu vaux moins qu'elle, ou qu'on te préfèrera toujours Dawn ou je ne sais quelle idiotie. C'est faux. Je te le dis, avec toute la sincérité du monde, c'est faux. Pas parce que je me sens coupable et que j'ai besoin de te rassurer, pas parce que je veux être poli, mais parce que c'est la vérité. » Il pensait chaque mot prononcé, quand bien même ne le croirait-elle sans doute pas – la force de l'habitude. Tout était une question de timing. Dawn avait rencontré James au bon moment, et il en irait de même pour Thalia. Il était inconcevable d'imaginer une fille comme elle rester célibataire et celui qui finirait par gagner son cœur était le type le plus chanceux au monde. La suite de la discussion le prit au dépourvu, assez pour le priver de ses mots, restés coincés dans sa gorge. Il s'agissait pourtant d'une suite logique à ce qu'ils venaient de dire, mais il ne s'attendait pas à ce que la question soit posée si frontalement. La réponse la plus sincère qu'il pouvait lui offrir était sans doute également la pire : je ne sais pas. Et qu'il était frustrant de ne pas savoir, de nager dans l'incertitude la plus totale, d'envisager pour mieux reculer. Mais il savait que cette réponse était indigne de lui, et que Thalia méritait bien mieux qu'un pathétique je ne sais pas venue de celui qui avait causé cette situation à l'origine. Alors il lui donnerait mieux – à peine. « Je n'ai pas envie de faire comme si de rien n'était, non » confirma-t-il calmement. « Je ne peux pas te regarder et ne pas y penser, ou te dire sans mentir que l'idée de recommencer ne m'a pas traversé l'esprit. » Mais, puisqu'il en fallait toujours un à ce type de discussion. « Mais les circonstances initiales n'étaient sans doute pas les meilleures pour pouvoir affirmer que c'était une bonne idée ou que l'on devrait s'engager sur une voie avec autant de conséquences. » Voilà ce qu'il pouvait lui offrir sans mentir : il y avait songé, bien plus souvent qu'il n'aurait du, mais savait pertinemment qu'il traversait une étape compliquée et que Thalia méritait bien plus qu'un type largué et perdu. « Peut-être que l'on peut continuer à se voir, sans l'ombre de Dawn au-dessus de nous, sans se sentir coupables, sans hésiter, et voir ce qu'il se passera. »
Revenir en haut Aller en bas
(courage kindness magic)
Thalia Bradford
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : bangtan ⋅ rita.
date d'inscription : 08/11/2018
messages : 972
avatar © : tiera skovbye ⋅ benterps.
fairytale counterpart : ella ⋅ cinderella.
activité rp : brody ⋅ james ⋅ tc × robin ⋅ philip.

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Dim 3 Mar - 1:33

Il a tort. Il peut se targuer de connaître Dawn bien mieux qu'elle mais il a tort. Les sœurs Bradford ne sont ni proches ni complémentaires. Rien ne les unit, absolument tout les sépare. Une observation réaliste à laquelle Thalia s'est difficilement et tristement accoutumée. Alors, non, il n'a pas le droit de s'asseoir là en face d'elle et de tenter de lui prouver le contraire. De lui assurer que ses calculations sont erronées. Pas après toutes les fois où elle a mis sa fierté de côté dans l'espoir de renouer un lien, même infime, tout ça pour finir par se retrouver confrontée au caractère impénétrable de son aînée. Deux personnalités qui n'ont jamais su cohabiter au sein du foyer Bradford, une différence alimentée par le climat de compétition instauré depuis l'enfance par le paternel. Récompense à la clé : son infinie dévotion à qui sera la meilleure héritière, la plus passive, la plus malléable, la plus présentable. À celle qui ne l'humiliera pas face à ses collègues. Cette seconde famille qu'il respecte plus que celle qui vit sous son toit. Un jeu qui a bien vite eu raison de la patience de Thalia. Ses efforts jamais récompensés, elle a quitté le domicile familial dès que l'occasion s'est présentée à elle. Une décision qui n'a eu pour conséquence que d'élargir le fossé qui s'est creusé entre elle et les membres de sa famille. Aussi quand James lui affirme qu'elles se ressemblent plus qu'elle ne croit, elle laisse malencontreusement un rire nerveux lui échapper. « Permets-moi m'en douter. » Elle voudrait le croire parce que cela signifierait que tout n'est pas encore perdu pour elles, qu'il réside encore quelque part une faible lueur d'espoir prête à être rallumée... sauf que ses désirs sont bien loin de la réalité. À l'écouter parler, Thalia n'est plus certaine de rien. L'opinion de James est sûrement plus objective que la sienne mais malgré toute la bonne volonté et l'optimiste dont elle souhaite faire montre, elle ne peut empêcher ses doutes de remonter à la surface. Mais si jamais tu en doutais, sache qu'elle tient à toi. La jeune femme secoue la tête pour lui signifier qu'il s'avance là un peu trop. « Elle a une façon bien étrange de le montrer. » réplique-t-elle le plus naturellement possible. Thalia, dans tout sa mansuétude, essaie une nouvelle fois de détendre l'atmosphère mais sa tentative se solde en échec. Elle le sent mal à l'aise -un sensation qu'elle ne peut que comprendre et partager- elle voudrait trouver les mots justes pour rendre cette situation moins compliquée mais ils ne viennent pas à elle alors elle se contente d'avaler une gorgée de sa boisson chaude pour déloger la boule qui s'est lentement formée dans sa gorge. La question de James la prend un peu au dépourvu. Elle hausse les épaules. « Tout et rien à la fois, c'est compliqué. » Elle voudrait lui offrir plus mais elle ne parvient à mettre des mots sur ses sentiments. Ce n'est pas tant sa personnalité qu'elle envie mais la facilité déconcertante avec laquelle elle parvient à obtenir l'aval de ses pairs, à s'accaparer leur attention... et pas uniquement le temps d'une soirée. Mais peut-être qu'il a raison. Peut-être qu'elle devrait cesser de se comparer à elle et commencer à apprécier ce qu'elle a à offrir au monde. Et si Dawn et sa relation avec James étaient absolues perfections, comme la jeune Bradford se plaisait à penser, c'est pourtant la main de Thalia que James vient envelopper de la sienne pour lui insuffler un courage qu'elle ne savait pas dormant. Son regard accroché à celui de James, elle souhaiterait accepter son discours d'encouragement sans la moindre réserve. Elle souhaiterait le croire mais son expérience personnelle détonne énormément avec les paroles qu'il lui sert. « C'est pas si facile, James. Toute ma vie, on a essayé de me faire comprendre d'être un peu plus comme Dawn... » Moins spontanée, moins libérée. De faire preuve de plus de maturité, de ne pas agir sur des coups de tête. Toute sa vie, elle est allée à l'encontre de ces conseils, un choix de vie qui ne semble pas totalement lui réussir. « Tu sais que tu es la première personne qui ne critique pas mes choix et souhaite bien m'apprécier à ma juste valeur ? C'est pas désagréable. » lui avoue-t-elle, sourire timide en coin. Il y a bien Brody avec qui elle n'a pas l'impression d'être jugée mais ils n'ont jamais encore abordé de sujets si sensibles. Sans compter que Brody ne connaît pas les deux sœurs et le lien qui les unit, pas autant que James. Et puis vient le moment le plus difficile. Thalia prend suffisamment de risques au quotidien et ce n'est pas aujourd'hui qu'elle compte arrêter. Non, ce qui l'intéresse c'est de savoir si James est enclin à s'autoriser ce même caprice. Sur sa réponse repose tout le futur de leur relation. Une réponse qui ne tarde pas à arriver et la conforte certainement plus qu'elle ne devrait. Elle accepte ses quelques réticences sans broncher parce qu'elle sait qu'il a raison, que tout n'est pas noir et blanc, qu'il n'existe pas de solution facile à ce problème qui les agite, qui les dépasse. Elle l'écoute attentivement, tendresse certaine dans le regard, avant de lâcher un simple « d'accord. » Probablement la seule réaction qu'il ne s'attend pas à recevoir de la part de Thalia dont le sourire s'élargit tandis qu'elle scrute son visage à la recherche de la moindre trace de réticence. Elle jette un coup d'œil nerveux autour du salon de thé, et personne ne semble leur prêter une quelconque attention. Thalia, une main toujours dans celle de James, s'appuie légèrement sur la table pour se rapprocher de son visage marqué par la surprise ou l'appréhension, et dépose un furtif baiser à la commissure de ses lèvres. « Sans se sentir coupables, sans hésiter. » répète-t-elle, alors qu'elle reprend place sur sa chaise.
Revenir en haut Aller en bas
charming suits you.
James Lancaster
Voir le profil de l'utilisateur
pseudo, prénom : jordane (labonairs).
date d'inscription : 26/07/2018
messages : 1215
avatar © : matthew daddario, silverose.
fairytale counterpart : prince 'charming' james of kriegspire.
activité rp : (●●●●●) 5/5 - nell, thalia, elise (nola) // charmings, tc (erathia).

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia) Dim 10 Mar - 12:34

Si par façon bien étrange de le montrer, Thalia voulait dire incapacité totale à dévier du script programmé en elle, alors en effet. Dawn avait appris à ne jamais laisser paraître ses émotions, à rester d'humeur égale, à s'enfermer dans un rôle sans être capable d'en sortir même pour des moments importants. James s'était fait à cette idée, au fait qu'elle était sienne sans l'être entièrement, que sa politesse et sa douceur donnaient parfois un arrière-goût d'hypocrisie à leurs échanges. Il l'avait aimée parfois pour ça, souvent en dépit de ça, mais il ne pouvait blâmer Thalia d'avoir le sentiment que Dawn ne tenait pas à elle. « Je ne sais pas si c'est vraiment réconfortant, mais elle le fait avec tout le monde. » Il était étrange pour lui d'avoir l'impression de mieux connaître, mieux comprendre Dawn que sa propre sœur, preuve qu'elle restait un mystère complexe à déchiffrer, fait de dizaines de paradoxe, de nuances, de couches à creuser, à l'inverse d'eux deux, dont les émotions perlaient directement sur leur visage. Tout le monde – lui compris - s'était obstiné à penser qu'ils étaient faits pour être ensemble, qu'ils se ressemblaient, possédaient une personnalité similaire, et pourtant leur intimité et la trahison qui en avait découlé étaient des preuves indéniables de leurs différences. Ironiquement, il s'identifiait davantage à Thalia quand bien même était-elle plus extravertie que lui, qu'il ne s'était jamais identifié à Dawn. Naturellement, sans leur rapprochement, il n'aurait jamais fait ce constat tant l'aînée avait obnubilé toutes ses pensées, mais à présent qu'il découvrait une vie sans elle, il prenait conscience que Thalia et lui se ressemblaient sur bien des points. « Je vois... » répondit-il, peu désireux de la pousser à s'ouvrir à lui contre son gré. Les relations familiales étaient parmi les plus complexes et lui-même ne le savait que trop bien. Son propre frère et lui ne s'entendaient que peu, voire mal, leurs différences de personnalité flagrantes utilisées comme des armes par leurs parents pour nourrir une compétitivité qui n'avait pas lieu d'être. Il aurait – évidemment – tout sacrifié pour lui si cela avait été nécessaire, mais pour l'heure se contentait de brefs échanges et des dîners de famille toujours un peu gênants dans lesquels on lui rappelait la déception qu'il avait créée chez ses parents en suivant sa propre route. Pour avoir vécu certains dîners de famille chez les Bradford, il savait que les situations, quoique différentes, partageaient certaines caractéristiques. « Tous ceux qui t'ont dit ça n'ont probablement jamais connu la véritable Dawn. Je ne suis même pas sûr qu'elle se connaisse vraiment elle-même, pour tout dire. » Comment expliquer autrement que leur couple ait à ce point volé en éclat, du jour au lendemain, pour quelque chose d'aussi ridicule (et douloureux) que de le tromper avec son meilleur ami. Il n'avait jamais envisagé qu'elle puisse être réellement intéressée par Liam, et continuait de penser que ce n'était qu'un subterfuge, comme tout ce qu'elle faisait, tout ce qu'elle était. « A l'heure actuelle, je me sens bien plus à l'aise avec toi qu'avec elle. Pas que je souhaite alimenter une compétition qui n'a pas lieu d'être, mais je refuse que tu te diminues ou que tu forces la comparaison. » Elles se ressemblaient plus qu'on ne l'imaginait, mais n'en restait pas moins fondamentalement différentes dans leurs approches de la vie, et c'était probablement mieux ainsi. Et tant pis si James profitait aussi de cette différence pour s'échapper de sa propre culpabilité à l'idée de fréquenter la sœur de son ex. Il ne savait pas sur quel chemin leur relation pouvait les amener, peut-être se rendraient-ils compte qu'ils étaient mieux amis qu'amants, ou bien qu'ils n'étaient pas prêts, ou encore que le contexte ne s'y prêtait tout simplement pas. Ou peut-être se rendraient-ils compte qu'ils étaient une évidence, et que tout les avait préparés à ce chemin. James n'en savait rien, et pour une fois, appréciait l'inconnu vers lequel il tendait. Lui qui avait passé toute sa vie à rester dans les codes, à ne jamais dévier des normes, du cadre, de ce que l'on attendait de lui, qui éprouvait le besoin systématique de planifier, d'anticiper, de se projeter, prenait une décision qui lui imposait de ne pas se précipiter et de se concentrer sur l'instant présent. En sentant les lèvres de Thalia à la commissure de ses lèvres, il afficha un sourire un peu idiot et hocha la tête. La culpabilité n'existait qu'en raison du lien qui unissait Thalia et Dawn, un lien que personne n'avait choisi et contre lequel ils ne pouvaient rien. S'il pouvait ignorer ce lien, alors il ne serait coupable de rien. « Passer du temps ensemble sans avoir à le cacher, et voir où ça ira » appuya James, un sourire gêné sur les lèvres, le regard plongé dans sa tasse vide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: wanna feel something real. (r/thalia)

Revenir en haut Aller en bas

wanna feel something real. (r/thalia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Deck - Joute] Le Siège de Port-Real - Siège de Winterfell
» [Knowledge Pool] Thalia and the Gitaxian Probe of DOOM!
» ~ i feel so
» Real Steel.
» de FDD à REAL FOOTBALL MANAGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tales down the river :: crescent grove and new orleans :: waterlily sq.-